Actualité

Monnaie locale, un projet entériné ?

Par Mathieu Perchat le 2024/05
Image
Actualité

Monnaie locale, un projet entériné ?

Par Mathieu Perchat le 2024/05

L’auteur fait partie de l’Initiative de journalisme local

Avant l’arrivée de la pandémie, il existait plusieurs projets de monnaies locales au Bas-Saint-Laurent et Gaspésie. Par exemple, avec le demi qui circulait en Gaspésie. Cette monnaie locale consistait simplement à couper en deux des billets, dont chaque partie valait la moitié de la valeur initiale. Or, aujourd’hui en 2024, les initiatives de monnaies locales se font très discrètes dans la région. Alors qu’elles devraient au contraire gagner en popularité en raison des enjeux d’achat local, d’enrichissement de la région et de lutte contre l’exportation massive de biens.

En effet, la monnaie locale offre la possibilité de recentrer les activités économiques, favorisant l’achat local au niveau de la population, mais aussi au niveau des entreprises et de leurs fournisseurs.

Il va alors être question de trouver une esquisse de réponse quant à discrétion que fait preuve la monnaie locale aujourd’hui dans la région.

Les causes de sa discrétion

Une monnaie locale peu prendre différentes formes : une initiative citoyenne, une monnaie centrée sur un seul type de produit, ou encore une « monnaie anti-crise mise en place uniquement entre entreprises et acteurs économiques » (Broussolle, 2019).

Elle a pour but de permettre à la population d’un territoire de se réapproprier les échanges, de relocaliser les activités économiques et sociales, mais aussi de redonner un dynamisme au territoire. Ce type de monnaie se trouve être à l’exact opposé du bitcoin. En effet, il n’est pas le fruit d’une création et d’une émission issue d’une délibération démocratique et politique. Mais aussi, son utilisation « n’est en rien soumise à des objectifs de développement de l’activité économique au bénéfice d’un territoire ou de renforcement du lien social au service de la collectivité » (Broussolle, 2019).

La monnaie locale comporte également une dimension écologique : en favorisant les échanges de proximité, elle permet de réduire les émissions de CO2 liées au transport.

Malgré ces avantages, la monnaie locale présente de faibles impacts économiques sur un territoire, et cela en dépit du dynamisme qu’elle produit. Cependant, leur création reste récente, ce qui pourrait expliquer ces faibles résultats. Mais aussi, la monnaie locale reste une initiative qui comporte comme projet de sortir la logique économique du gain d’intérêts et de l’accumulation du capital. De ce fait, vouloir mesurer son efficacité par le biais économique, c’est manquer son efficacité.

Pour certains partisans, l’ambition première d’une monnaie locale est avant tout d’être un lieu d’éducation populaire, être « un laboratoire où les citoyens et citoyennes font un petit pas vers un mode de consommation plus respectueux de la planète » (Broussolle, 2019).

Une réussite possible par la collaboration

Afin qu’une monnaie locale puisse perdurer, le rôle des pouvoirs publics est indéniable. Ils permettent de soutenir ce type de projet en assurant une campagne d’impulsion et une campagne de communication. Mais aussi que les politiques d’actions municipales entrent en résonances avec la monnaie locale par le partage de valeurs, comme des politiques d’inclusions, un plan de commerce, une démocratie participative, etc. De manières concrètes, une municipalité pourrait permettre de payer les impôts locaux avec la monnaie locale en question.

L’implication de la population est également à considérer. Elle peut se stimuler grâce à des concertations publiques, des groupes de travail, des comités de gouvernance, etc. (Broussolle, 2019).

Pour résumer, « la monnaie est affaire de confiance partagée. En conditionnant son usage au respect de l’environnement ou au soutien d’une économie de proximité, les monnaies locales contribuent à placer cette confiance dans d’autres registres » (Milanesi & Nicolini, 2020, p. 53). Sa présence ténue relève de conjonctures multifactorielles, mais aussi de son objectif initial : celui de proposer une alternative au système hégémonique. Son efficacité peut alors difficilement être analysée par les outils du système. Cependant, ces avantages indéniables, aussi bien sur les plans économiques, sociaux et écologiques vont assurer la réémergence de la monnaie locale.

Broussolle, Yves. « Le développement des monnaies locales », Gestion & Finances Publiques, vol. 5, no. 5, 2019, pp. 4-15.

Milanesi , J., & Nicolini, L, « Les promesses des monnaies locales » DARD/DARD, no. 3, 2020, p. 47-54.

Vallat, D., & Ferraton, C. « Les systèmes d’échange local ou l’utopie d’une monnaie sans dette », Revue internationale de l’économie sociale, 2012, p. 21-34.

Partager l'article