Actualité

Mettre en péril la sécurité des femmes trans

Par Mathieu Perchat le 2024/02
Image
Actualité

Mettre en péril la sécurité des femmes trans

Par Mathieu Perchat le 2024/02

L’auteur fait partie de l’Initiative de journalisme local

La Débrouille et plusieurs organismes de défense des droits des communautés 2SLGBTQIA+ au Canada sont consternés par les commentaires dangereux émis publiquement le 21 février 2024 par l’aspirant premier ministre et le chef conservateur Pierre Poilievre : « les espaces féminins devraient être exclusivement réservés aux femmes et non aux hommes biologiques », les femmes devraient avoir accès aux « espaces à sexe unique » dans des domaines tels que les prisons, les salles de bains et les salles de sports.

En appuyant l’exclusion des femmes trans des espaces réservés aux femmes, comme les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence entre partenaires intimes, le chef du Parti conservateur du Canada pose une menace sérieuse aux droits humains fondamentaux des femmes trans.

Son choix d’affirmer un agenda politique misogyne et transphobe s’inscrit dans sa stratégie et son discours actuels, particulièrement préoccupants, qui suggèrent que les femmes trans représentent une menace à la sécurité des femmes cisgenres.

Les femmes trans sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté, de se retrouver en situation d’itinérance, d’être victimes de violences conjugales et sexuelles. Leur interdire l’accès aux espaces réservés aux femmes exacerbera les inégalités dont elles sont victimes, ce qui entraînera davantage de violence et de discrimination à leur égard.

Alors que les maisons d’aide et d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale sont confrontées à la réalité tragique d’un 4e féminicide au Québec depuis le début de l’année, il est sinistre d’envisager que leurs portes seraient définitivement fermées aux femmes trans dont la sécurité est gravement menacée.

Empêcher les femmes trans d’accéder à des espaces dédiés aux femmes cisgenres équivaut à les exclure de la vie en société et à les priver des services essentiels auxquelles elles ont droit, notamment sur le plan de l’aide en contexte de violence entre partenaires intimes.

Défendre les droits des personnes trans, non binaires et Two-Spirit/bispirituelles est indispensable pour protéger toutes les femmes contre la violence et la discrimination.

La Débrouille exhorte Pierre Poilievre à s’excuser de ses propos dangereux et à cesser ses attaques transmisogynes. Son parti doit s’engager à respecter les droits et l’égalité des femmes trans, des femmes cisgenres et de toutes les personnes 2SLGBTQIA+.

La Débrouille offre ses services d’aide et d’hébergement aux femmes, trans et cisgenres, comme à toutes les personnes trans victimes de violence entre partenaires intimes. Leurs services sont gratuits, confidentiels et disponibles en tout temps.

Partager l'article