Actualité

L’extrême centre au pouvoir des municipalités

Par Fred Dubé le 2022/11
Image
Actualité

L’extrême centre au pouvoir des municipalités

Par Fred Dubé le 2022/11

Image de Clément de Gaulejac

« La technique de L’APPAREIL de Rimouski Inc. est faite pour user la population à son détriment. Des solutions sont proposées, l’APPAREIL répond : on doit analyser, on doit bien soupeser. L’APPAREIL sème le doute et finalement n’agit pas. Et quand L’APPAREIL agit, ce n’est que pour servir l’agenda des coulisses du Corporate. »

Citoyen anonyme

Le discours de l’extrême centre en politique municipale domine. Nos élus «ni de gauche ni de droite» se qualifieront de rationnels, pragmatiques, raisonnables, responsables, pondérés, sensés, normaux.

Effectivement, sans révolution aucune, nos élu.e.s se seraient libérés des idéologies politiques. Ni capitalistes ni anticapitalistes, ni fascistes ni antifascistes, ni fesse droite ni fesse gauche : bien au centre. L’immobilisme au pouvoir en guise de position modérée. Nos élu.e.s administrent le gros bon sens. Ils gèrent la réalité réalistement. Aucun changement en profondeur ne sera toléré. L’auto solo tue les villes et le climat? Ils construiront encore des routes, mais en ajoutant une piste cyclable à côté. L’extrême. Centre. La surproduction et la surconsommation ravagent nos esprits et la nature? Ils construiront un Costco, un Walmart, une Cité des achats où les multinationales et les parkings règnent en maîtres, mais nous inciteront à utiliser des sacs réutilisables en magasinant là-bas, et une fois par année ils créeront de douces campagnes publicitaires pour nous inciter à acheter localement nos cadeaux de Noël.

L’imagination? L’audace? L’ardent désir de changer ce système? Choisir la justice avant les lois? Désobéir pour le bien commun?N’y pensons pas, tout ça, ce sont des élans irréfléchis réservés à des radicaux qui ne savent pas calculer. Les fous intimident avec la cagoule, alors que les élu.e.s en veston cravate font l’économie de la haine en laissant le statu quo charcuter le vivant pour eux. La technique de L’APPAREIL de Rimouski Inc. Voilà la violence qui se cache sous la bonne gouvernance raisonnable. Pour ces « démocrates », des citoyens pacifiques portant une cagoule en guise de protestation contre l’inaction en matière de justice sociale et climatique, c’est de la violence, de l’intimidation. Mais dix flics armés qui débarquent à l’hôtel de ville pour menotter et réprimer violemment ces personnes, c’est l’ordre, c’est la paix. Sous des allures rationnelles, pragmatiques, raisonnables, responsables, pondérées, sensées, normales, ils défendent violemment un monde violent pour que rien ne change, d’où leur posture d’extrême centre. Deneault confirme : « L’idéologie d’extrême centre, dans laquelle nous nous enlisons, est extrémiste. »

La chorale municipale chante en chœur la technique de L’APPAREIL de Rimouski Inc. :

On ne peut rien faire de plus.

Je ne suis qu’un conseiller de la ville.

Il y aura une consultation citoyenne pour 2030.

On doit être patient et attendre le gouvernement provincial.

On doit être patient et attendre le gouvernement fédéral.

On doit être patient et attendre Godot.

Alain Deneault écrivait que «dans dinouïs efforts de relations publiques, le centre dont il se réclame est alors synonyme de pondération : cest un concept publicitaire. (…) La gouvernance radie le terme devenu ancien de «politique», et place les règles de l’entreprise privée au centre de tout modèle organisationnel de la vie sociale. »[1] C’est pourquoi les élus municipaux administrent la ville comme on gère une PME, alignent des colonnes de chiffres et des règlements hyper-spécifiques, sous prétexte qu’ils sont guidés par le gros bon sens. Mais le gros bon sens comptable dissimule leur parti pris idéologique néolibéral, leur prétendue « post-idéologie » qui déroule le tapis pour le statu quo. Offrir la ville sur un plateau d’argent à tout projet entrepreneurial, sans considérer qu’ils reposent sur l’exploitation humaine et naturelle, alléger leur bonne conscience par des consultations publiques sans réel pouvoir délibératif pour apaiser la critique; voilà le projet que déguisent leurs complets beiges extrême-centristes.

La langue de l’extrême centre

Ils parleront en termes de langage managérial : Gouvernance. Revitaliser. Attractif. Inclusif. Dynamiser. Valoriser. Revaloriser. Innovation. Vision innovante. Flexible. Flexibilité. Adaptable. Adaptabilité. Leadership. Projet porteur. Idée structurante. Synergie. Acceptabilité sociale. Marketing territorial. «L’innovation, c’est être flexible dans notre façon d’innover», nous dira l’extrême centre.

Tout ce vocabulaire résume la politique et les forces inégales qu’elle contient en un simple art de gérer. Les luttes des classes et les rapports de force politiques disparaissent au profit d’une bonne gouvernance inclusive et d’un leadership flexible. Leur langage bureaucratique masque la violence du système capitaliste qu’ils incarnent et défendent à chaque conseil de ville.

Réflexion d’extrême centre

En septembre 2019, l’ancien maire de Rimouski, Marc Parent, avait appelé la population à voter en faveur du candidat dont le parti est le plus susceptible de remporter les élections fédérales. Avec raison, cette déclaration du maire à l’époque avait été critiquée. Encore faut-il la critiquer avec pertinence.

Le conseiller municipal de Sainte-Odile à Rimouski, Grégory Thorez, écrivait alors sur sa page Facebook : « Votez pour qui vous voulez, à droite, à gauche, souverainiste ou fédéraliste, vert, bleu, rouge ou même Parti rhinocéros, mais votez. Selon moi, il ny a pas de bon bord, il y a dabord et avant tout des humains, et des convictions. Chacun les siennes, elles sont toutes respectables. »[2]

Autrement dit, peu importe pour qui tu votes, le plus important, c’est de voter. Comme si le vote est une fin en soi. Tout se vaut. On s’en fout que tu votes pour le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier, un libertarien climatonégationniste proche de l’extrême droite.[3] On s’en fout que tu votes pour le Parti Conservateur, où la majorité des délégués nient que les changements climatiques sont une réalité.[4] On s’en fout que tu votes pour ces partis de droite réactionnaires qui nuisent à l’accès à l’avortement. On s’en fout que tu votes pour le Parti Libéral, champion des subventions aux énergies fossiles.[5] On s’en fout que tu votes pour le Bloc Québécois qui appuie le projet du 3e lien en affirmant que c’est écologique. On s’en fout de ces convictions, chacun les siennes, elles sont toutes respectables selon l’idéologie d’extrême centre de monsieur Thorez. On s’en fout : VOTEZ! Si des partis d’extrême droite se retrouvent au pouvoir, au moins, ils l’auront été démocratiquement! Yeah.

Alain Deneault nous éclaire encore : « Le projet de lextrême centre : garantir la croissance des entreprises et laugmentation des dividendes versés à leurs actionnaires ; leur assurer laccès aux paradis judiciaires et fiscaux ; réduire l’écologie politique à un marketing du verdissement. »

Les conseillers municipaux se donnent comme seul mandat de boucher les nids de poule sur les routes en assurant la stabilité sociale pour les patrons. Ni droitistes ni gauchistes : asphaltistes. Think big, sti.


[1] https://aoc.media/opinion/2022/05/10/lextreme-centre-est-un-extremisme/?fbclid=IwAR2-dryumoCh4dMiWXv5uahDeuZ2Z6CINR4Bqv606VYNZ_NqCGhIDlh59XY?&loggedin=true&fbclid=IwAR1IBCuPsbjUXOZjNv3JnF5SDvpLiuMxaf0RA-BBKwcg4VHDPB_pKGdyG0g

[2]https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1313255/elections-marc-parent-maire-rimouski-controverse

[3] https://www.ledevoir.com/politique/canada/563242/maxime-bernier-accuse-de-fomenter-la-haine-aux-debats

[4] https://www.ledevoir.com/politique/canada/597321/erin-o-toole-et-ses-delegues-en-desaccord-sur-la-realite-des-changements-climatiques

[5] https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/2021-10-28/combustibles-fossiles/le-canada-meneur-du-g20-pour-le-financement-public.php

Partager l'article