Non classé

L’échange de livres dans le 418, un geste solidaire et poétique

Par Mélissa Thériault le 2022/08
Image
Non classé

L’échange de livres dans le 418, un geste solidaire et poétique

Par Mélissa Thériault le 2022/08

La dernière fois que j’ai été invitée en Gaspésie, j’ai demandé à mes hôtes ce qui leur ferait plaisir et qu’on ne trouvait pas sur place. Je pensais qu’on me demanderait un grand cru, un condiment rare ou des crochets à nappe de pique-nique en forme d’ornithorynque, mais non, la réponse était plutôt désarmante : « Des livres. C’est que la librairie la plus proche est à des centaines de kilomètres! »

Je me suis donc exécutée sur-le-champ. En me voyant avec une pile de polars d’un pied de haut, mon libraire d’occasion préféré (mes hommages en passant à la sympathique équipe de la librairie Parenthèses à Montréal) a réagi sur le ton de la blague, disant que ça m’occuperait un moment. J’ai répondu que j’avais beaucoup de temps de route à meubler et ai conclu sur le ton de la blague : « C’est que ça manque en Gaspésie, vous devriez ouvrir une succursale! »

Le ton est redevenu sérieux : « On y pense, on voudrait bien en fait. »

L’enjeu est le transport, évidemment, et la rentabilité, bien sûr. Donc malgré la présence appréciée de Liber à New Richmond, de Lulu sur Mer à Carleton-sur-Mer, de la librairie Alpha à Gaspé et de L’Encre noire à Sainte-Anne-des-Monts, les bibliophiles doivent se tourner vers la commande en ligne. Heureusement, il y a leslibraires.ca…

Alors cette année, j’aimerais lancer une invitation toute spéciale aux visiteurs et aux visiteuses qui feront leur virée annuelle dans la péninsule : venez vous remplir les yeux et l’esprit avec les paysages enchanteurs, le bruit des vagues et l’air du large, mais profitez-en aussi pour libérer vos placards et faire de la place pour vos nouveaux livres. Les boîtes d’échanges de livres n’attendent que le partage de vos coups de cœur.

Évidemment que la population gaspésienne peut se commander tous les livres en ligne et n’a pas besoin de la charité des touristes, mon propos n’est pas là. C’est plutôt que le geste lui-même fait du bien : confier à d’autres mains un livre qu’on a aimé ou qui ne nous sert plus est libérateur. Que ce soit sur le quai de Trois-Pistoles, sur la pointe de Gaspé ou devant l’épicerie au centre du petit village de Grande-Rivière, ce geste d’échange anodin peut ouvrir des horizons, réchauffer le cœur, inspirer. C’est à partir de là que votre visite de la péninsule deviendra un échange humain dépassant la transaction monétaire ou la vantardise photographique sur Instagram.

C’est par ce tout petit geste que vous lancerez une bouteille à la mer, qui vous le rendra bien : à la fin de votre séjour, vous aurez laissé un peu de vous.

DES ADRESSES POUR REFAIRE LE PLEIN DE LIVRES USAGÉS EN ROUTE :

Cultures à partager (214, av. de la Cathédrale, Rimouski)

La section livres de la Friperie de l’Est (303, rue Saint-Jean-Baptiste Ouest, Rimouski)

Librairie 3P – livres usagés (55, rue Notre-Dame Ouest, Trois-Pistoles)

La carte des Croque-livres, partout dans la province : https://croquelivres.ca/reseau/

Pour faire le plein de livres neufs chez votre librairie indépendante : https://www.leslibraires.ca/nos-librairies/

Partager l'article