Champ libre

MUSIQUE GGRILLÉE DES DEUX BORDS

Par Olivier D'Amours le 2016/05
Image
Champ libre

MUSIQUE GGRILLÉE DES DEUX BORDS

Par Olivier D'Amours le 2016/05

Le Grand groupe régional d’improvisation libérée (GGRIL), bien installé à Rimouski depuis une dizaine d’années (le seul grand ensemble de free improv à l’est de Montréal), effectuait en mars dernier sa toute première tournée européenne. De Paris à Milan, en passant par Vienne et Bordeaux, les seize musiciens du groupe ont parcouru plus de 4 000 kilomètres en camion pour donner une dizaine de concerts dans des contextes tout aussi sympathiques qu’hétéroclites : club de jazz, église du XVIe siècle, centre de culture scientifique, fête populaire, galerie d’art, etc. Comme quoi la musique actuelle s’est bien démocratisée en sol européen! Le public était au rendez-vous, et le GGRIL a pu écouler la majorité des copies de son disque Gestes, paru chez Tour de Bras pour l’occasion.

Les pièces présentées par le groupe pendant la tournée étaient principalement des jeux d’improvisation. Par exemple, dans Jeu de carte (É. Normand, 2011), un paquet de cartes à jouer format géant est réparti parmi les musiciens, chaque carte symbolise un type d’action s’échelonnant sur une période maximale d’une minute. Le trois de carreau signifie une mélodie froide, le valet de pique une imitation interrompue, etc. Plus subtil qu’il n’y paraît, Jeu de carte exige une grande écoute de la part des improvisateurs tout en permettant les revirements sonores les plus inattendus. Dans Dirigée à deux chefs(GGRIL, 2012), c’est l’esprit plus punk du groupe qui ressort. Un langage de signes développé au fil des ans est utilisé pour donner des consignes musicales qui en viennent volontairement à se contredire par leur multiplicité. À tout moment, l’un des improvisateurs peut venir remplacer l’un des chefs déjà en place, signe que le groupe aime bien se jouer des hiérarchies sociales tout autant que sonores. Ces pièces font entendre un groupe qui ne se prend pas tout à fait au sérieux et qui est aussi là pour s’amuser – plaisir le plus souvent communicatif.

En sol européen, le GGRIL a pu construire des ponts avec plusieurs autres grands orchestres d’improvisateurs tels que le Vienna Improvisers Orchestra, l’ensemble UN à Bordeaux, le collectif Muzzix à Lille, Le Lobe à Poitiers et l’Orchestre de Musique expérimentale du Doc à Saint-Germain d’Ectot. Il a été intéressant de constater la relative universalité des signes de direction que chacun des orchestres utilise. En Autriche, il était beaucoup plus facile de communiquer musicalement que verbalement avec les autres artistes. Parmi les moments forts de la tournée, notons aussi la rencontre avec Barre Phillips dans la région du Var et les retrouvailles avec Xavier Charles, avec qui le groupe a créé la pièce d’ambiance minimaliste Sur les genoux en 2014. De façon plus générale, la perche est tendue pour que de grands musiciens continuent de fréquenter les Rencontres de musiques spontanées.

Le groupe se produira avec l’Ensemble SuperMusique au Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) le 20 mai.

Partager l'article