Champ libre

Dans l’iris du projet L’Oeil et le monocle

Par Véronique Lavoie le 2016/05
Image
Champ libre

Dans l’iris du projet L’Oeil et le monocle

Par Véronique Lavoie le 2016/05

Quatre saisons, quatre albums. Non, il ne s’agit pas des quatre concertos de Vivaldi, mais bien du Rimouskois Antoine Létourneau-Berger qui pilote son projet solo L’Oeil et le monocle depuis six ans. Toujours plongé dans de nouveaux défis, il a terminé, en novembre dernier, sa série de quatre albums pour quatre saisons avec Grandes marées somnambules, cette fois inspiré de l’automne.

Bien connu sur la scène musicale de la région, notamment en tant que membre du duo électro Talfast et de la formation Equse, Antoine Létourneau-Berger est un percussionniste de formation qui se passionne pour le potentiel instrumental de chaque objet. Friand d’improvisation musicale, c’est dans cette optique qu’il a créé ce projet autour des quatre saisons qui a commencé par la sortie de l’album Îles blanches(2012), puis Bestiaire imaginaire (2013), Un champignon dans la tête (2014) et finalement Grandes marées somnambules (2015).

Le processus de création prend tout son sens lors de l’enregistrement de chacun des albums. Avec initialement en tête quelques sons ou effets, chaque pièce transporte le multi-instrumentiste dans un univers qui se bâtit au fil de notes et de rythmes qui s’influencent. Chaque pièce est donc ancrée dans une ambiance différente, passant parfois de l’électronique à un côté plus organique et ambiant pour arriver à des distorsions « hypnotisantes ». Le genre de musique qui plane et qui peut faire naître dans l’esprit un kaléidoscope. Des pièces qui peuvent passer en boucle tout un après-midi sans le moindre heurt dans l’esprit.

Premier vidéoclip

En janvier dernier, Antoine Létourneau-Berger a lancé sur la page Facebook de L’Oeil et le monocle son tout premier vidéoclip avec la pièce Piriac-sur-mer, tiré de l’album Grandes marées somnambules. Réalisée par
Gabriel R. Drapeau, cette vidéo fait honneur à l’époque des cassettes avec sa résolution sablonneuse et des images qui rappellent une mire de télévision aux couleurs multiples. Bref, des images oniriques en parfaite harmonie avec la musique!

Le processus de création prend tout son sens lors de l’enregistrement de chacun des albums. Avec initialement en tête quelques sons ou effets, chaque pièce transporte le multi-instrumentiste dans un univers qui se bâtit au fil de notes et des rythmes qui s’influencent. Photo : lafabriqueculturelle.tv

Le processus de création prend tout son sens lors de l’enregistrement de chacun des albums. Avec initialement en tête quelques sons ou effets, chaque pièce transporte le multi-instrumentiste dans un univers qui se bâtit au fil de notes et des rythmes qui s’influencent. Photo : lafabriqueculturelle.tv

Gageons qu’Antoine Létourneau-Berger ne tardera pas à se mettre un nouveau projet sous la dent, lui pour qui l’inconnu est inspirant.

Partager l'article