Le blogue du rédac

Le docteur Barrette et le cynisme

Par Sylvain Lirette le 2014/07
Image
Le blogue du rédac

Le docteur Barrette et le cynisme

Par Sylvain Lirette le 2014/07

Dans cette nouvelle section, le rédacteur en chef du Mouton Noir, Marc Simard, partage avec les lecteurs ses coups de gueule, des textes coup de cœur de collaborateurs et encore plus…

Cette semaine, il vous invite à partager la lecture d’une « radiographie » du Dr Barrette par Sylvain Lirette de Montréal.

——————-

« Cynisme : nom masculin (en latin : cynismus, du grec : kunismos) Attitude cynique, mépris effronté des convenances et de l’opinion qui pousse à exprimer sans ménagements des principes contraires à la morale, à la norme sociale. » – Le Dictionnaire Larousse

« Le ministre de la Santé Gaétan Barrette est même allé jusqu’à dire que l’assurance autonomie aura été «l’exercice le plus cynique de l’histoire du Québec» ». – Le Devoir

Sans être partisan et sans défendre le projet du péquiste Réjean Hébert, quand j’entends ça de la bouche du bon docteur Barrette, mon sang ne fait qu’un tour…

Je repense aux compressions des dernières années en santé qui se chiffrent à peu près à la même hauteur que l’augmentation salariale négociée pour les médecins spécialistes par l’actuel ministre Barrette alors qu’il était président de leur fédération…

Je repense à tous les coups qu’il a donné dans les jarrets des ministres Bolduc et Couillard (toujours ami du Dr Porter à l’époque), alors qu’il était candidat vedette de l’ADQ et à l’accueil que ces deux derniers lui ont réservé comme candidat-vedette du PLQ lors de la dernière campagne…

Je repense à sa candidature libérale dans le comté de Fatima Houda-Pépin, chassée du PLQ, et à la campagne victorieuse qu’il a menée avec l’argent qu’elle et ses partisans avaient amassé… Je repense à ses sorties publiques rassurantes voulant que des coupures de 600 000 000 $ n’affecteraient en rien les services à la population, alors que le Protecteur du citoyen et que l’Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux disent le contraire depuis plusieurs mois…

Et je me dis qu’il faut avoir bien du culot pour nous faire des leçons de politique en évoquant le cynisme des autres. Il vaudrait mieux être sourd que d’accepter cette arrogance sans rouspéter.

Les quatre prochaines années seront dures pour nos services publics ainsi que pour ma conception de la politique et de la morale.

L’auteur est éducateur spécialisé et observateur à l’interne du réseau de la santé et des services sociaux depuis 1994.

Partager l'article