dernier numéro

Vol XXIV No 5, mai-juin 2019, Plein feu sur le KRTB

Mobilisation citoyenne contre les compteurs intelligents

Mobilisation citoyenne contre les compteurs intelligents

28 mars 2014 par 

Photo : Louis-Philippe Cusson

Les nouveaux compteurs à radiofréquences, dits intelligents, sont vivement contestés partout dans le monde. Ils sont au cœur de nombreux enjeux qui touchent la santé, la vie privée, la sécurité publique (risques d’incendies) et l’économie.

Au Québec, le mouvement citoyen d’opposition au déploiement massif par Hydro-Quéebc des compteurs intelligents, « Refusons les compteurs », a pris naissance dans le quartier Villeray à Montréal avec le premier groupe local « Villeray Refuse ».

En novembre 2011, pendant le projet pilote de déploiement des compteurs intelligents dans Villeray, certaines personnes ont éprouvé très rapidement divers malaises à la suite de l’exposition aux violentes ondes pulsées émises par les compteurs : troubles du sommeil et de l’appétit, nausées, migraines, étourdissements, saignements de nez, irritations cutanées, palpitations cardiaques, acouphènes et fatigue généralisée. Certains citoyens déjà atteints d’électro-hypersensibilité ont dû quitter leur domicile pour se réfugier dans une région non dotée de ce genre de compteur.

En janvier 2012, Hydro-Québec a dû mettre un terme prématuré au projet pilote, car les citoyens ont refusé d’ouvrir leur porte aux techniciens. Dans les quartiers centraux de Montréal, 90 % des compteurs sont à l’intérieur des domiciles, souvent regroupés dans une pièce du rez-de-chaussée ou au sous-sol, ce qui nécessite l’autorisation du résident pour y accéder.

Phase 1

Malgré le manque flagrant d’acceptabilité sociale et les signes évidents d’une crise sanitaire imminente, la Régie de l’énergie a accordé à Hydro-Québec en octobre 2012 l’autorisation de déployer ses compteurs intelligents pour la phase 1 du projet qui couvre la région de Montréal. Depuis, Hydro-Québec déploie ses nouveaux compteurs et sur son passage de nouveaux groupes d’opposition ont vu le jour : Laval Refuse, Basses-Laurentides Refuse, Longueuil Refuse, etc.

Le mouvement « Refusons les compteurs » réclame un moratoire immédiat sur l’installation de tout compteur émetteur de radiofréquences (RF), le remplacement rapide et sans frais de tout compteur émetteur de RF par un compteur non émetteur, ainsi que le droit de conserver les compteurs électromécaniques existants.

Comme Hydro-Québec ne tient aucun compte des avis de non-consentement et des mises en demeure de retirer les compteurs assurément nocifs pour la santé, un réel mouvement de résistance s’est mis en place. Plusieurs citoyens ont réussi à garder leurs anciens compteurs électromécaniques en informant les installateurs de leur refus, en ne se laissant pas intimider par des menaces et en n’ouvrant pas leur porte lorsque les compteurs sont à l’intérieur du domicile. Dans les quartiers périphériques et en région, lorsque le compteur est facilement accessible à l’extérieur, des citoyens n’ont pas hésité à barricader leurs vieux compteurs à roulettes afin de les préserver.

Phases 2 et 3

Du 9 au 11 avril 2014, la Régie de l’énergie tiendra des audiences sur le dossier déposé par Hydro-Québec Distribution : « Lecture à distance – Phases 2 et 3 ». D’une efficacité redoutable, ce tribunal administratif qui n’a aucune compétence sanitaire ni environnementale fera, en trois jours seulement, un retour sur les déboires de la phase 1, puis décidera d’autoriser, sauf miracle, les phases 2 et 3 qui concernent tout le reste de la province. Trois jours pour expédier l’un des plus coûteux et ambitieux projets de déploiement de compteurs intelligents en Amérique du Nord!

Bénéficiant de la complaisance des autorités gouvernementales, Hydro-Québec se comporte avec l’arrogance qui la caractérise dans tous les dossiers controversés : saccage de rivières par la construction de barrages, destruction de paysages par des lignes à haute tension et des parcs éoliens, mépris de la qualité de vie, de la santé physique et mentale des citoyens. Cette fois, ce sont les domiciles, les milieux de travail, les centres de soins et de services qui sont pris d’assaut. Il n’y aura bientôt plus aucun refuge pour les sinistrés des ondes électromagnétiques.

Mobilisation nationale

Une manifestation nationale est prévue à la mi-avril en marge des travaux de la Régie de l’énergie. D’ici là, partout au Québec, les groupes « Refusons les compteurs » se multiplieront et feront en sorte que l’opposition aux compteurs intelligents s’impose comme un enjeu social et environnemental incontournable.

Mobilisation citoyenne contre les compteurs intelligents Marie-Michelle Poisson Montréal villerayrefuse@gmail.com Les nouveaux compteurs à radiofréquences, dits intelligents, sont vivement contestés partout dans le monde. Ils sont au cœur de nombreux enjeux qui touchent la santé, la vie privée, la sécurité publique (risques d’incendies) et l’économie. Au Québec, le mouvement citoyen d’opposition au déploiement massif par Hydro-Quéebc des compteurs intelligents, « Refusons les compteurs », a pris naissance dans le quartier Villeray à Montréal avec le premier groupe local « Villeray Refuse ». En novembre 2011, pendant le projet pilote de déploiement des compteurs intelligents dans Villeray, certaines personnes ont éprouvé très rapidement divers malaises à la suite de l’exposition aux violentes ondes pulsées émises par les compteurs : troubles du sommeil et de l’appétit, nausées, migraines, étourdissements, saignements de nez, irritations cutanées, palpitations cardiaques, acouphènes et fatigue généralisée. Certains citoyens déjà atteints d’électro-hypersensibilité ont dû quitter leur domicile pour se réfugier dans une région non dotée de ce genre de compteur. En janvier 2012, Hydro-Québec a dû mettre un terme prématuré au projet pilote, car les citoyens ont refusé d’ouvrir leur porte aux techniciens. Dans les quartiers centraux de Montréal, 90 % des compteurs sont à l’intérieur des domiciles, souvent regroupés dans une pièce du rez-de-chaussée ou au sous-sol, ce qui nécessite l’autorisation du résident pour y accéder. Phase 1 Malgré le manque flagrant d’acceptabilité sociale et les signes évidents d’une crise sanitaire imminente, la Régie de l’énergie a accordé à Hydro-Québec en octobre 2012 l’autorisation de déployer ses compteurs intelligents pour la phase 1 du projet qui couvre la région de Montréal. Depuis, Hydro-Québec déploie ses nouveaux compteurs et sur son passage de nouveaux groupes d’opposition ont vu le jour : Laval Refuse, Basses-Laurentides Refuse, Longueuil Refuse, etc. Le mouvement « Refusons les compteurs » réclame un moratoire immédiat sur l’installation de tout compteur émetteur de radiofréquences (RF), le remplacement rapide et sans frais de tout compteur émetteur de RF par un compteur non émetteur, ainsi que le droit de conserver les compteurs électromécaniques existants. Comme Hydro-Québec ne tient aucun compte des avis de non-consentement et des mises en demeure de retirer les compteurs assurément nocifs pour la santé, un réel mouvement de résistance s’est mis en place. Plusieurs citoyens ont réussi à garder leurs anciens compteurs électromécaniques en informant les installateurs de leur refus, en ne se laissant pas intimider par des menaces et en n’ouvrant pas leur porte lorsque les compteurs sont à l’intérieur du domicile. Dans les quartiers périphériques et en région, lorsque le compteur est facilement accessible à l’extérieur, des citoyens n’ont pas hésité à barricader leurs vieux compteurs à roulettes afin de les préserver. Phases 2 et 3 Du 9 au 11 avril 2014, la Régie de l’énergie tiendra des audiences sur le dossier déposé par Hydro-Québec Distribution : « Lecture à distance – Phases 2 et 3 ». D’une efficacité redoutable, ce tribunal administratif qui n’a aucune compétence sanitaire ni environnementale fera, en trois jours seulement, un retour sur les déboires de la phase 1, puis décidera d’autoriser, sauf miracle, les phases 2 et 3 qui concernent tout le reste de la province. Trois jours pour expédier l’un des plus coûteux et ambitieux projets de déploiement de compteurs intelligents en Amérique du Nord! Bénéficiant de la complaisance des autorités gouvernementales, Hydro-Québec se comporte avec l’arrogance qui la caractérise dans tous les dossiers controversés : saccage de rivières par la construction de barrages, destruction de paysages par des lignes à haute tension et des parcs éoliens, mépris de la qualité de vie, de la santé physique et mentale des citoyens. Cette fois, ce sont les domiciles, les milieux de travail, les centres de soins et de services qui sont pris d’assaut. Il n’y aura bientôt plus aucun refuge pour les sinistrés des ondes électromagnétiques. Mobilisation nationale Une manifestation nationale est prévue à la mi-avril en marge des travaux de la Régie de l’énergie. D’ici là, partout au Québec, les groupes « Refusons les compteurs » se multiplieront et feront en sorte que l’opposition aux compteurs intelligents s’impose comme un enjeu social et environnemental incontournable.
Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe