Non classé

Des fermes accrochées aux montagnes

Par Thibaud Mony le 2012/06
Image
Non classé

Des fermes accrochées aux montagnes

Par Thibaud Mony le 2012/06

Mercredi matin, nous avons quitté le haut plateau de Subachoque pour rejoindre Viani, quelques 75 kilomètres plus loin, 1 500 mètres plus bas. Après 2 heures de routes sinueuses, nous empruntons un petit chemin de terre à travers la montagne pendant encore une demi-heure pour atteindre une ferme accrochée à la cordillère.

Ce qui frappe en premier, c’est la chaleur. Le thermomètre n’indique plus 15 degrés mais bien 25. Nous pouvons enlever nos vestes et profiter du soleil pour bronzer un peu. Et le paysage, ici aussi, est à couper le souffle. Entre les montagnes, une vallée profonde où nous pouvons apercevoir quelques fermes, ici et là. Dans les montagnes, d’autres fermes éparses.

C’est dans cette région magique que Don Jorge Bello et sa femme, Estella, nous accueillent. Et l’accueil est des plus chaleureux.  Tinto pour commencer, comme le veut la coutume en Colombie, puis Don Jorge nous emmène visiter sa ferme, où poussent bananiers, caféiers, papayers, aromaticas et légumes, entremêlés. Il est le président d’Agrosolidaria à Viani, une association de 40 producteurs qui produisent de façon responsable, dont 9 sont certifiés biologiques. C’est donc en sa compagnie que, pendant 2 jours, nous visiterons des producteurs  qui ont tous une volonté commune : produire des aliments purs, sans pesticides, ni hormones.

Le soir, après le repas, Don Jorge sort sa guitare et nous chante quelques airs d’Amérique du Sud, accompagné de sa femme. Et comme les Reporters sont aussi des musiciens, nous passons la soirée à partager nos cultures à travers la musique.

Deux autres jours sont passés, une fois de plus, remplis de rencontres qui nous changent peu à peu, changent notre perception du mode de vie occidental. Ici, à 2h de Bogotá, tout ce qui perturbe le silence est le chant des cigales, des grenouilles et des oiseaux, le son de la nature.

***

Le projet Reporters Nord-Sud de la consommation responsable est un projet du CIBLES, le Carrefour international pour l’engagement social, et a été rendu possible grâce à l’appui, entre autres, du Fond régional d’investissement jeunesse,  des Offices internationaux du Québec pour les jeunes et de la Fondation Village Monde.

Partager l'article