Non classé

Grande Place : une saga et un sapin

Par Rémy Bourdillon le 2022/08
Non classé

Grande Place : une saga et un sapin

Par
Rémy Bourdillon
le 2022/08

Curieuse histoire que celle de la Grande Place, qui a tenu Rimouski en haleine pendant des années. Durant tout ce temps, cette vieille bâtisse de brique a été dans le discours public l’arbre qui cache la forêt des crimes urbanistiques subis par la ville : quand on parle de la Grande Place, on ne parle pas de la hideuse autoroute qui la jouxte et coupe le centre-ville du fleuve, ni des Prés du Saint-Rosaire, des rues sans trottoir ou de la Cité des achats…

Alors que cette verrue disparaît, il vaut la peine de refaire la chronologie de sa démolition, pour réaliser à quel point les citoyens ont été instrumentalisés dans ce dossier.

Le vieux centre commercial a été inauguré en 1969 et a fermé en 2010. Pendant 41 ans, personne n’a remarqué l’aberration langagière qu’il représentait : il n’y a qu’en cette terre plus proche de la colonie que du pays que le mot « place » réfère à un espace fermé et privé, où l’on vient uniquement pour consommer…

Les croquis présentés en février 2019 par Groupe Sélection, qualifiés alors de « plans finaux » par Radio-Canada 1, ont le mérite de prévoir une vraie de vraie place, soit un lieu pour lézarder et se rencontrer, « qui pourrait inclure la Coopérative Paradis, des zones piétonnes et deux accès directs au fleuve ». À l’agrandissement de la résidence pour personnes âgées située à proximité s’ajoutent des « logements intergénérationnels ». Bref, tout pour plaire : cette proposition reçoit alors un large soutien de la part de la population.

Mais il y a un mais… Chaque propriétaire riverain doit donner son aval, à cause d’une sombre histoire de servitude de stationnement. Sept personnes refusent, menaçant de faire capoter le projet. Le maire Marc Parent est mécontent : « La ville, la population est prise en otage » par ces sept individus, dit-il à Radio-Canada2 début avril 2019. Persuadé de défendre un projet qui bénéficiera aux artistes régionaux, l’organisme Culture Bas-Saint-Laurent saute dans la mêlée et organise une manifestation pour faire pression sur les récalcitrants.

Le 10 avril 2019, quelque 250 personnes participent au rassemblement en faveur d’un « beau projet pour l’ensemble des citoyens de la ville », ainsi que le déclare une Rimouskoise au micro de TVA 3. L’ambiance devient toutefois pesante, quasi vengeresse : sur les ondes de la radio d’État 4, la présidente de la Chambre de commerce appelle au boycott de commerçants qui refusent de donner leur accord. On ne connaît pas leurs noms, alors le maire Parent invente la stigmatisation à l’envers en distribuant des macarons « J’ai signé » aux propriétaires qui l’ont effectivement fait…

BEAUCOUP DE BRUIT POUR PAS GRAND-CHOSE

C’est à l’Assemblée nationale que tout va se régler, grâce au dépôt d’un projet de loi privé par le député Pascal Bérubé en juin 2019. Enfin, on va avoir notre place et notre salle de spectacle, pensent les Rimouskois. Mais alors que l’urgence d’agir revenait sans cesse dans les propos du maire, rien ne se passera plus pendant des mois. La Grande Place est toujours là, tellement là que la Coop Paradis se met à lorgner un nouvel emplacement…

4 octobre 2021 : à la toute dernière séance du conseil municipal qu’il préside, Marc Parent annonce en grande pompe une entente avec Groupe Sélection. La Ville s’en sort bien : elle vend des terrains pour 2,7 millions $ à l’entreprise, qui s’engage à démolir la Grande Place et à reconstruire dans un certain délai, sous peine de pénalités financières. Tout content de sauver son bilan à la dernière minute, le maire ne dit pas ce que Groupe Sélection a obtenu en échange. Ni ce qui sera érigé là : cela fait bien longtemps qu’on n’a plus parlé du projet qui avait plu aux citoyens en 2019…

En décembre 2021, son successeur Guy Caron dit avoir vu les nouveaux plans pour la reconstruction : « Les gens du Réseau Sélection ont porté une oreille attentive aux commentaires qu›ils ont reçus de la part du groupe de résidents, dit-il aux journalistes 5. Alors, je pense que c’est de bon augure. »

Pourtant, un mois plus tard, la maquette présentée au public n’a rien d’une version bonifiée : exit les logements intergénérationnels, on se limite à 170 logements pour retraités plutôt bien nantis. Il y aura bien quelques commerces, mais plus de salle de spectacle. Quant à la place ouverte sur le fleuve qui était si attrayante sur les vieux croquis, elle est devenue une petite esplanade encastrée dans l’immeuble, à côté d’un stationnement extérieur. On peut donc douter que les Rimouskois s’approprient ce lieu, dont seuls profiteront les locataires…

Bilan des courses : on a sollicité l’appui de la population en lui proposant un concept alléchant qui participerait à la revitalisation du centre-ville et serait un haut lieu de culture. Cette forte acceptation sociale a incité les députés à voter un projet de loi privé : après tout, c’est pour le bien commun qu’on voulait priver sept résidents d’un droit…

Trois ans plus tard, on se retrouve avec un projet gris, qui sera seulement occupé par des gens bien en moyen, ne permettant pas de reconnecter la ville au Saint-Laurent, alors qu’une crise du logement sévit. La Grande Place est un arbre qui cache une forêt, disions-nous, alors approchons-nous un peu pour voir de quelle espèce il s’agit… Ah, mais c’est un sapin!

1. Édith Drouin, « Dévoilement des plans pour le réaménagement de la Grande Place », Radio-Canada, 21 février 2019, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1154239/grande-place-rimouski-plans-revitalisation-centre-ville

2. Édith Drouin, « Grande Place : sept propriétaires riverains rejettent le projet de Réseau Sélection », Radio-Canada, 4 avril 2019, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1162460/grande-place-proprietaires-riverains-signatures-reseau-selection

3. Vanessa Limoges, « Manifestation pour la revitalisation du centre-ville de Rimouski », TVA Nouvelles, 10 avril 2019, https://www.tvanouvelles.ca/2019/04/10/manifestation-pour-la-revitalisation-du-centre-ville-de-rimouski

4. « Appel au boycottage des commerçants qui bloquent le projet de Groupe Sélection », Radio-Canada, 8 avril 2019, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1163110/grande-place-revitalisation-boycott-manifestation-commerces

5. Marie-Christine Rioux, « Les plans actualisés du réaménagement de la Grande Place bientôt rendus publics », Radio-Canada, 7 décembre 2021, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1845457/plans-publics-grande-place-rimouski-centre-ville-demolition-groupe-selection

Partager l'article