Actualité

UNE ÉCOLE SUR LA SELLETTE

Par Jean-François Parent le 2022/01
Image
Actualité

UNE ÉCOLE SUR LA SELLETTE

Par Jean-François Parent le 2022/01

Sur un petit siège bas et en bois, la sellette, s’assoyait jadis l’accusé durant le réquisitoire et son dernier interrogatoire. Les médias sociaux et traditionnels aidant, c’est littéralement sur la sellette que se trouve la construction d’une nouvelle école primaire à Rimouski.

Avant tout, il faut comprendre la rareté d’un projet semblable : la plus récente école primaire construite dans la MRC de Rimouski-Neigette est la Rose-des-Vents en 1980. Que les nouvelles constructions apparaissent sur un cycle de 40 ans est une idée qui tient la route et qui se confirme par l’âge moyen des écoles primaires et préscolaires du Québec qui est de 61 ans. La construction d’une école est rarissime; greffez-y une nouvelle approche (Lab-École), des coûts initiaux de réalisation de 24 M$, des dépassements de 19 M$ pour une facture totale de 47 millions, une implication famélique des enseignants dans la conception du projet et vous obtenez la tempête parfaite pour générer des reproches amers et des interrogations soutenues.

L’école qu’on construit actuellement à Rimouski est fondée sur un concept très étoffé, appuyé et promu par trois porte-étendard. Toutefois, si le concept de Lab-École est remarquable, les propos tenus à l’égard des trois promoteurs de cette école nouveau genre se trompent de cible. Qui leur reproche de se mettre le nez dans la pédagogie et de naviguer dans des sphères où ils n’ont pas fait leurs preuves joue le jeu voulu par les stratèges de la communication. Placer à l’avant-scène des personnalités connues, des parangons de l’entrepreneuriat, pour conférer une crédibilité au projet ne revient-il pas à les désigner comme paratonnerre des réactions populaires et ainsi abriter de la foudre la fonction publique? Et les paratonnerres agissent avec efficacité : alors que Ricardo est visé, on ignore que des fonctionnaires à Montréal avaient eux-mêmes défini dès 2008 ce que devrait être une école moderne. Et comme le citoyen « ordinaire » se méfie de la fonction publique, mieux vaut alors se prémunir de tels parangons.

Si on lit le rapport intitulé Guide de planification immobilière. Établissements scolaires primaires1 et qu’on prend connaissance de la composition de l’équipe du Lab-École2, on constate que ceux qui réfléchissent à l’école depuis quelques années ne s’adjoignent aucun enseignant ou professionnel de l’éducation : 31 personnes (architectes, ingénieurs, experts en recherche-création, etc.) sont au cœur de cette réflexion pour aucun enseignant. La grogne provient-elle de l’intégration à peu près inexistante du monde de l’éducation au projet, de ce vase clos qui s’est constitué, de cette impression d’être, encore une fois, ignoré?

QUELS COÛTS?

Les dépassements de coûts sont une constante au Québec. Un tiers des projets majeurs présente des dépassements3. L’amalgame se fait vite entre dépassement de l’estimation initiale et malversation. Un raisonnement facile qui nous mène de nouveau à l’idée que ce qui se fait du côté gouvernemental ne relève pas toujours du « bon sens » ni de la droiture souhaitée. Cela ne fait pas du projet de construction de cette école un mauvais projet. Il est comme bien d’autres simplement soumis au doute : il s’y trame forcément des magouilles. En fait, construire en 2021 des projets majeurs engage des sommes pharaoniques, un point c’est tout. Comparons : le pavillon d’enseignement préclinique actuellement en construction à l’hôpital régional de Rimouski se fait – avant les dépassements de coûts – avec 26,9 millions de dollars pour 3 625 mètres carrés (un coût de 7 420 $ du m2). La nouvelle école de 5 837 m2 coûte 47 millions pour 25 classes, soit 8 000 $ au mètre carré; voilà un ordre de grandeur comparable. On verrait mal construire une nouvelle école sur le modèle des anciennes. Est-ce un coût raisonnable? Pour la population la réponse est non. Sachant cela, ne faut-il pas savoir mettre le holà en refusant ce qui doit l’être? Ailleurs au Québec, trois projets de construction de nouvelles écoles ont été reportés malgré les contraintes considérables que cela provoquait sur la relocalisation de centaines d’élèves en débordement dans les écoles existantes4. Raison du report : le dépassement des coûts…

ARCHITECTURE ET INIQUITÉ

Quant à l’iniquité induite par cet eldorado éducatif, c’est un enjeu qu’il faut considérer attentivement et peut-être est-il le plus important, surtout lorsque le Conseil supérieur de l’éducation s’inquiète que le réseau éducatif soit déjà producteur d’iniquité sociale5. Selon lui, la concurrence qui s’est installée entre les différents établissements alimente la perception que toutes les écoles ne se valent pas. D’une concurrence entre les écoles par l’attrait des programmes, s’achemine-t-on vers une concurrence par l’attrait des lieux? L’élève qui fréquentera la nouvelle école sera-t-il avantagé alors qu’il bénéficiera de meilleures conditions de vie et d’un environnement plus favorable à l’apprentissage? Pour tout parent d’un enfant du primaire, cette école est attirante; elle est de celles souhaitées pour son enfant. « Un nouveau milieu de vie pour mieux apprendre; créer les meilleures écoles du Québec, celles qui favorisent pleinement le bien-être des élèves et de tous ceux qui gravitent autour d’eux » : voilà les slogans clamés par les trois promoteurs de Lab-École.

« Le médium, c’est le message », a lancé un jour Marshall McLuhan, soulignant que le canal de transmission passe bien avant l’information transmise. Après tout, l’école n’est-elle pas un canal de transmission? Plusieurs disent que l’éducation, c’est bien plus qu’un bâtiment, d’autres disent que le contenant conditionne le contenu, la réussite. Cela dit et compris, cette école devait-elle coûter 47 M$? J’ai bien ma petite idée là-dessus, mais vous l’aurez compris elle est… nuancée.

1. Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Guide de planification immobilière. Établissements scolaires primaires, Québec, 2020, https://tinyurl.com/3ye72cwb

2. Lab-École, s. d., https://www.lab-ecole.com/equipe/

3. Patrick Vallerand, « Construction et dépassements de coûts : causes et solutions », Strategia Conseil, s. d., https://tinyurl.com/ykckk9pf

4. Patrick Bellerose, « Explosion des coûts : la construction de nouvelles écoles reportée », Le journal de Québec, 27 septembre 2021, https://tinyurl.com/2p9evrpa

5. Conseil supérieur de l’éducation, Remettre le cap sur l’équité, Québec, 2016, https://tinyurl.com/2p9ex3sj

Partager l'article

Image

Voir l'article précédent

DE PANDÉMIE À FAIT DIVERS?

Image

Voir l'article suivant

De femmes et de fleurs