Actualité

Terra Ventures : Le premier combat des Sept-Îliens

Par Olivier Noël le 2010/03
Image
Actualité

Terra Ventures : Le premier combat des Sept-Îliens

Par Olivier Noël le 2010/03

Depuis plus d’un an, Sept-Îles sans Uranium (SISUR), un petit groupe de citoyens de Sept-Îles, se bat contre l’industrie uranifère. Le mouvement de SISUR est né de l’action d’un ingénieur, Rasvan Popescu, qui a été le premier à sonner l’alarme.

SISUR, fondé suite aux constatations de Rasvan Popescu, se voudra d’abord comme un comité de surveillance citoyenne. Bientôt, c’est une compagnie de Vancouver, Terra Ventures, contre laquelle SISUR partira en guerre : son site d’exploration est jonché d’arbres coupés inutilement et de barils de pétrole et de produits chimiques baignant dans un cours d’eau qui alimente la plus importante rivière à saumon de l’Amérique du Nord. Plusieurs vidéos seront produits sur cette entreprise et mis en ligne pour sensibiliser la population de Sept-Îles sur le danger qu’elle représente.

Depuis, le 3 décembre 2009, 24 médecins de Sept-Îles déclarèrent qu’ils étaient prêts à démissionner de leur poste. Quelques jours plus tard, une manifestation rassemblant 1200 personnes fût organisée pour soutenir les médecins.

Le combat des Sept-Îliens et des Nord-Côtiers est loin d’être terminé. Il y a encore une douzaine d’autres sites d’exploration uranifère sur la Côte-Nord, allant de Natashquan à Tadoussac.

Plusieurs municipalités et communautés autochtones de la Côte-Nord (Sept-Îles, Baie-Johan-Beetz, Rivière-au-Tonnerre, Longue-Pointde-Mingan, Ekuanitshit (Mingan), Matimekush-Lac John (Schefferville), Pessamit (près de Baie-Comeau), Unamen Shipu (La Romaine), Uashat Mak Mani-Utenam (Sept-Îles)) ainsi que la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord ont pris position contre l’uranium. Les deux organismes économiques majeurs de la ville de Sept-Îles ont pris aussi position.

Le 17 février 2010, trois pétitions ont été déposées par Lorraine Richard, députée de Duplessis à l’Assemblée nationale du Québec. Ces pétitions rassemblent les signatures d’environ 14 000 personnes.

Il faut également savoir que la Côte-Nord n’est pas la seule région du Québec touchée par cette industrie. L’Abitibi-Témiscamingue, les Laurentides, le Nord-du-Québec, l’Outaouais et le Saguenay-Lac- Saint-Jean le sont aussi.

Il y a deux autres combats indissociables au combat des gens de la Côte-Nord : la réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2 et l’achat de la centrale de Pointe Lepreau au Nouveau-Brunswick. SISUR soutient qu’il faut bannir l’industrie nucléaire et uranifère du Québec, comme les provinces de la Colombie-Britannique et de la Nouvelle-Écosse l’ont fait.

Au niveau des besoins en isotopes médicaux, SISUR a fait quelques recherches auprès des chercheurs de l’Université de Sherbrooke et de l’Université McGill. Ceux-ci ont déclaré qu’il est possible de produire des isotopes médicaux par une nouvelle technologie utilisant un cyclotron ne produisant aucun déchet nucléaire. Il suffirait d’avoir environ deux cyclotrons au Québec pour combler la totalité de la demande d’isotopes médicaux de la province. Ces chercheurs confirment ainsi que les mines d’uranium et les réacteurs nucléaires ne sont pas nécessaires dans le domaine médical.

Les témoignages recueillis par SISUR sont alarmants : plusieurs Nord-Côtiers oeuvrant dans divers domaines comptent quitter à tout jamais la Côte-Nord si un moratoire n’est pas imposé sur l’uranium. Certains, même, désirent s’installer en dehors de la province. Plusieurs actions peuvent être prises par les citoyens québécois. SISUR vous invite à signer la pétition sur le site de l’Assemblée nationale avant le 11 mars 2010 (www.assnat.qc.ca/petition/SignerFr.aspx?idPetition=95) et à suivre l’actualité uranifière du Québec et d’ailleurs.

Il est aussi suggéré de préparer un mémoire pour la future commission parlementaire sur la nouvelle Loi sur les mines. Cette commission parlementaire sera bientôt annoncée par le ministre Serge Simard.

Pour terminer, SISUR encourage toutes et tous à contacter le mouvement. Plusieurs activités et actions seront organisées dans la province au cours des prochains mois.

Pour plus d’information, visitez les sites web de SISUR (www.sisur.ca) et de la Coalition Pour que le Québec ait Meilleure MINE (www.quebecmeilleuremine.org).

Partager l'article