Actualité

Costco à Rimouski !

Par Mathieu Perchat le 2023/12
Image
Actualité

Costco à Rimouski !

Par Mathieu Perchat le 2023/12

L’auteur fait partie de l’Initiative de journalisme local

Lors de la séance extraordinaire du conseil municipal de Rimouski hier le 18 décembre, la vente des lots 6 294 234 et 6 294 235 du cadastre du Québec a été votée à l’unanimité, tout comme le changement de PPCMOI, cela dans le but d’installer l’enseigne Costco.

Cependant, un des membres du conseil, Philippe Cousineau Morin souhaitait partager son opinion quant à la pertinence d’accepter l’enseigne Costco à Rimouski. En effet, ce dernier présenta bon nombre d’arguments démontrant la réalisation d’une recherche exhaustive dans les effets négatifs que produit cette enseigne pour une municipalité et ses citoyens et citoyennes. Par exemple, le fait de continuer à perpétrer une consommation de masse dans une ère de crise climatique ; ou encore l’augmentation d’émission de GES par le transport des denrées alimentaires absolument pas locales ; mais aussi la surproduction de denrées alimentaires engendre inévitablement une perte massive de nourriture à chaque étape ; et pour finir cette liste non exhaustive, une augmentation de déchets d’emballage alimentaire.

Et malgré ces arguments forts, les autres conseillers et conseillères ont voté pour. Ce projet est pourtant en total désaccord avec l’ensemble des recommandations du GIEC et de Rimouski 2030.

Quelques arguments de la ville

Lors de la séance de questions, certains conseillers et conseillères ont avancé leurs arguments quant à la pertinence d’accueillir un Costco. Voici un petit condensé non exhaustif.

Un premier met en avant qu’il vaut mieux un Costco chez nous que chez le voisin. Donc pour retraduire cet argument, cela revient à dire : on n’arrête pas le progrès des grandes enseignes, donc autant que cela se fasse chez nous ». Un argument vraiment massif pour contrer tous les effets négatifs énumérés par Philippe Cousineau Morin et biens d’autres citoyens et citoyennes au micro…

Un autre argument dit simplement que la ville ne fait qu’accepter une enseigne, c’est à la responsabilité de la population de choisir judicieusement à quelle place faire son épicerie. Car le conseiller qui a avancé cet argument, lui, fait son épicerie à la Coop Alina et à l’épicerie Demain Zéro Déchet. En d’autres termes, le mal se situe dans son usage et non dans sa création. Un argument assez ancien qui a permis de justifier bien des avancées technologiques dispensables et délétères. Pour montrer l’absurdité de cet argument, cela revient à dire que ce n’est pas la bombe nucléaire qui est mal en soi, c’est l’usage qu’on en fait. Sans parler de la responsabilité qui est apposée sur la population, typique des gouvernements qui l’accusent de consommer de l’énergie en s’envoyant des mails rigolos, alors que derrières, ces mêmes gouvernements continuent la construction de routes automobiles et de financer les énergies fossiles et minières.

Un autre argument démontre que le conseil ne fait que représenter la majorité de la population, qui elle est en faveur de l’implantation d’un Costco en ville. Par exemple, le maire a affirmé ce point par la page facebook dédiée à cette implantation qui comporte plus de 11k de likes. Or, les oposant.es à ce projet n’ont pas une telle popularité sur facebook. Mais à un moment donné, il faut que la municipalité sache faire la différence entre un désir et un vrai besoin. Car on peut désirer manger des bonbons à chaque repas, mais cela ne répond en rien au véritable besoin de nutriments du corps. Si on reste sur ce concours de popularité qu’engage le maire, on peut constater que 11k est de loin la majorité des 50k habitant.es de Rimouski. Donc au lieu de se baser sur une page facebook, pourquoi la ville n’a-t-elle pas réalisé un référendum véritablement démocratique comme l’a signalé une citoyenne lors de la séance de questions ? La ville aurait eu une réponse claire et véritable de la majorité. Mais encore là, ce serait confondre besoin et désir, surtout qu’en Occident, nos désirs dévorent suffisamment les ressources de la planète.

Et le dernier argument met en avant qu’interdire la construction d’un Costco ne va pas résoudre la crise climatique. En réalité, la crise climatique a progressé par l’émergence de ces projets favorisés par un système capitaliste. Et c’est en les refusant par la réalisation d’un autre cadre de vie et d’autres possibles de consommation que l’on peut la résoudre.

Et d’autres choses

Il y a bien nombre d’interrogations soulevées lors de ce conseil, comme l’incapacité aux élu.es d’expliquer à la population ce que c’est un PPCMOI, alors que chacun d’eux en vote régulièrement. Pour information, un PPCMOI est un projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble. Il a pour but de permettre la réalisation de travaux qui dérogent aux règlements d’urbanisme.

Ou encore l’exclusion d’un des citoyens par le service de sécurité qui témoigne d’une dérive autoritaire.

Ou encore l’un des conseillers qui traduit l’acceptation d’un Costco comme preuve de courage, alors qu’il confond travail et courage. Chacun et chacune reconnait qu’il y a un travail derrière les décisions, ce qui est reproché, c’est que toute cette énergie sert à perpétrer un système écocide. Mettons notre énergie dans des projets et des causes qui en valent la peine. Et pour savoir si un projet entre dans cette catégorie, il suffit de se demander s’il y a exploitation ou domination d’une forme de vie (humaine, écosystème ou autre).

            Conclusion

Les citoyennes et citoyens de tous bords ont présenté des arguments solides contre cette venue, mais la démocratie est telle qu’il est impossible de revenir sur la décision du conseil. Que reste-t-il à la population pour se faire entendre au-delà de la simple urne ? La désobéissance civile ? Le sabotage écologique ? Le maire argue depuis bien longtemps qu’il suffit de se présenter à la prochaine élection. Lorsqu’on connait tous les rouages derrière ces élections, le système capitaliste qui les entoure, est-il vraiment pertinent de passer par là pour que la ville prenne une direction en accord avec la résolution des crises actuelles ?

Partager l'article