Actualité

Semaine de sensibilisation aux réalités trans et Journée internationale du souvenir trans

Par Mathieu Perchat le 2023/11
Image
Actualité

Semaine de sensibilisation aux réalités trans et Journée internationale du souvenir trans

Par Mathieu Perchat le 2023/11

L’auteur fait partie de l’Initiative de journalisme local

La Semaine de sensibilisation aux réalités trans, qui se déroule du 13 au 19 novembre 2023, est l’occasion de célébrer et d’honorer les communautés trans et de sensibiliser la population à la transphobie et ses conséquences.

Elle se terminera par la Journée internationale du souvenir trans le 20 novembre 2023 – une journée de commémoration des victimes de la violence transphobe.

Plusieurs vigiles, marches et rassemblements sont organisés à travers le monde afin de dénoncer les crimes haineux, les discriminations et les inégalités que les communautés trans ont subis et continuent de subir.

Un évènement à Rimouski

La Débrouille, maison d’aide et d’hébergement pour les femmes cis et les personnes trans victimes de violence entre partenaires intimes, organise un rassemblement communautaire le dimanche 19 novembre, de 12h à 17h à Rimouski, pour souligner cette journée.

Cet événement a été planifié en collaboration avec un comité organisateur bénévole, constitué de membres des communautés trans de la région.

La Débrouille souhaite sensibiliser le public aux réalités des personnes trans victimes de violence dans une relation intime et/ou amoureuse.

            La réalité des personnes trans

À l’heure où les discours haineux occupent une part grandissante de l’espace médiatique et que les droits des personnes trans sont menacés, il est essentiel d’offrir un espace accueillant et inclusif aux personnes trans, non-binaires, Two-Spirit et en questionnement sur leur identité de genre. Pour participer au rassemblement et en savoir plus sur les activités offertes, consulter la page Facebook de La Débrouille.

Les personnes trans ont des expériences et des identités plurielles. Elles vivent au croisement de plusieurs oppressions et sont davantage confrontées à des barrières dans l’accès aux services sociaux, aux soins médicaux, au logement et à l’emploi. Ces discriminations sont susceptibles de réduire la marge de manoeuvre des personnes trans souhaitant quitter une relation de violence. Elles sont souvent contraintes à un choix difficile, entre rester avec un.e partenaire qui exerce de la violence ou s’exposer à différentes formes d’exclusion sociale qui trop souvent ont de graves conséquences sur leur santé. Les statistiques sur les personnes trans victimes de violence entre partenaires intimes au Québec et au Canada sont rares, cela dit elles ne sont pas essentielles pour répondre aux besoins des victimes : les croire et les écouter.

La violence entre partenaires intimes est une conséquence directe des violences fondées sur le genre. Celles-ci englobent les actes discriminatoires et violents dirigés contre une personne en fonction de son expression de genre, de son identité de genre ou de son genre assigné à la naissance. Cette violence découle du patriarcat et se manifeste à travers le sexisme et la transphobie dans l’ensemble des structures sociales, politiques, culturelles et économiques.

Honorer et célébrer la résistance

Intervenant.e et formataire en pratiques inclusives – volet diversité sexuelle et de genre à La Débrouille, Beck G. Laflamme, nous explique sa vision de la thématique : « Cette année, c’est pour célébrer la résistance et le pouvoir d’auto-détermination des communautés trans, que nous invitons celles-ci à se rassembler et se ressourcer. Il est urgent de dénoncer la transphobie, mais il ne faut pas croire que nous sommes passives ou passifs face à celle-ci ».

Malgré l’adversité, les communautés trans se mobilisent pour demander que leurs droits soient respectés. Elles dénoncent les injustices et revendiquent leurs droits à la sécurité, à la dignité et à l’inclusion. Les communautés trans sont inspirantes, car elles démontrent qu’il est possible d’exister authentiquement et d’affirmer nos identités plurielles. Les personnes trans d’hier comme d’aujourd’hui, parce qu’elles ont toujours existé, participent à la transformation de la société vers plus de justice sociale.

Partager l'article