Actualité

La COP15 sur le Bas-Saint-Laurent

Par Mathieu Perchat le 2022/12
Image
Actualité

La COP15 sur le Bas-Saint-Laurent

Par Mathieu Perchat le 2022/12

L’auteur fait partie de l’Initiative de journalisme local

Lors du rassemblement de la COP 15 qui a eu lieu du 7 à 19 décembre 2022 à Montréal, des gouvernements internationaux vont être rassemblés afin d’établir de nouveaux plans d’action en faveur de la protection de la nature. Les objectifs de cette nouvelle COP15 sont très ambitieux : grâce à l’élaboration de nouveaux moyens, il va être question de mettre un terme à la perte de la biodiversité partout dans le monde. Le Canada, quant à lui, suit comme objectif de favoriser une collaboration internationale pour réduire ces pertes à la fois dans les espaces océaniques, comme terrestres.

C’est lors de cette réunion que de nouveaux objectifs liés à la protection faunique seront pris pour les espaces du Québec. En effet, une modification de la réglementation va permettre d’inclure 27 nouvelles espèces fauniques en situation préoccupante, soit 16 comme espèces menacées et 11 comme espèces vulnérables. Cette réglementation visera à les protéger adéquatement et ainsi augmenter leur pérennité sur le long terme.

L’intégration de ces nouvelles espèces est basée sur de récentes connaissances sur elles et leurs habitats. S’ajoute à ces 27 espèces fauniques, 11 espèces florales annoncées par le gouvernement du Québec en juin 2022, officiellement désignées la semaine dernière.

Depuis 2009, aucune mesure de ce type n’a été entreprise par le gouvernement, ce qui rend cette entreprise exceptionnelle. Mais c’est à cette même date que le caribou des bois du parc de la Gaspésie a été classifié comme espèce menacée. En octobre 2018, date du dernier recensement, la population de caribous des bois s’élevait à 70 individus seulement. Alors qu’au cours des années 80, 250 individus étaient recensés. La cause de cette diminution, malgré les mesures prises par le gouvernement, provient de la diminution de leur espace de vie et leurs fractures par les activités humaines (urbanisation, exploitation forestière et exploitation minière). Aujourd’hui s’ajoute à la diminution de leur qualité d’habitat, la pression de la prédation qu’exercent le coyote et l’ours noir sur les petits faons et les femelles, qui, eux aussi, ont vu leur espace de vie être réduit par l’activité humaine.

Ce malheureux exemple nous montre la nécessité de préserver des espaces pouvant assurer une qualité de vie aux espèces qui y vivent. Le caribou a comme particularité d’être une espèce indicatrice de l’état de la biodiversité dans sa région : s’il ne va bien, alors il en va de même pour le reste des êtres vivants.

                Seulement, avec l’explosion des Claims miniers qui sont passés de 63.4% à 139% (87.5% au BSL) en 24 mois dans notre région du Québec, la survie du caribou est encore plus menacée en raison de la diminution de son territoire. Établir un agrandissement d’une zone protégée, condition essentielle de sa survie se voit compromis. Car il existe plus de Claims miniers que d’aires protégées.

Avec l’objectif de la COP15 d’établir 30% du territoire comme zone protégée, l’explosion des Claims miniers devient un véritable obstacle. Pourtant le gouvernement doit prioriser la protection de la biodiversité en ajustant en conséquence les lois et politiques. On compte 3.39% d’aires protégées au Bas-Saint-Laurent, nous sommes encore loin des 30% à atteindre d’ici 2030. Et encore, il faut que ces aires soient interconnectées pour protéger efficacement.

Les ajustements doivent cibler l’acquisition facile des claims. Pour moins de 45$ et sans consultation de la population concernée, il est possible d’avoir un. C’est pourquoi les organismes appellent à abroger l’article 246 de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme ainsi qu’a revisité certains articles de la Loi sur les mines (a. 82, 304, 304.1.1). Ce qui permettrait de refuser des titres miniers pour des raisons d’intérêt public.

Nous espérons tous que la COP15 aura un effet positif sur les claims miniers, et permettra une protection suffisante d’espèces menacées comme le caribou. Car même au Bas-Saint-Laurent, entouré de nature, des signes flagrants de dégradation de la biodiversité se constatent.

Sources :

Pour consulter la liste des 27 nouvelles espèces fauniques qui pourraient être désignées et en connaître davantage sur la protection de ces espèces, visitez :

Le caribou: https://www3.mffp.gouv.qc.ca/faune/especes/menacees/fiche.asp?noEsp=1&_gl=1*1ma2h8a*_ga*NTI1OTk5OTQwLjE2NTcwNDczMjM.*_ga_7KG0CGH2EY*MTY1ODE1ODk4NS4yMS4xLjE2NTgxNjA4NjkuMA..&_ga=2.104203720.974523594.1658155599-525999940.1657047323

Sur les Claims Miniers : https://rncreq.org/2022/11/21/claims-miniers-moratoire-urgent/

Article 246 : https://www.legisquebec.gouv.qc.ca/fr/document/lc/a-19.1/20211209#se:246

Partager l'article