Actualité

Fiche préparatoire au forum citoyen Rimouski 2030

Par Action climat Rimouski le 2022/11
Image


Actualité

Fiche préparatoire au forum citoyen Rimouski 2030

Par Action climat Rimouski le 2022/11

La crise climatique nécessite des actions collectives fortes pour empêcher un effondrement du vivant. Les solutions technocrates ne suffisent pas et il n’y aura pas de justice climatique sans justice sociale. C’est pourquoi à Action Climat Rimouski, nous voulons que les Rimouskois et Rimouskoises se mobilisent pour éviter que la transition verte ne soit prise en otage par ceux et celles qui créent les crises écologiques. Ci-bas, vous trouverez la fiche préparatoire au forum citoyen. Très brève, elle présente des idées que nous avons pu lire afin de nous préparer à la rencontre. Ce ne sont que des ouvertures aux dialogues; des fragments de réflexions émergentes, mais aussi des exemples concrets à mettre en place rapidement. Voyez donc cette fiche comme une étincelle, un pont vers encore plus d’idées audacieuses et d’innovations radicales. Nous avons séparé nos réflexions en 3 catégories, soit la mobilité alternative, l’aménagement du territoire et la démocratie participative.

Seul un effort de temps de guerre peut contrer un effondrement du vivant, une crise de santé publique, une pénurie alimentaire, un anéantissement de la biodiversité. Nous devons, citoyennes et citoyens de Rimouski, nous impliquer et agir dès maintenant. Le capitalisme nous fait la guerre, guerre au capitalisme.

Mobilité alternative

Pour empêcher un réchauffement de plus de 1,5 degré, l’électrification des transports n’est pas suffisante ; nous devons diminuer le nombre de véhicules sur nos routes. Or, la majorité des déplacements se font en voiture à Rimouski. La municipalité a l’opportunité d’encourager des changements systémiques des habitudes pour permettre une adaptation adéquate. Pour ce faire, il faut réduire la circulation des automobiles et adopter des infrastructures convenables pour la mobilité alternative (autopartage, transports collectifs, marche, vélo, quadriporteur, micromobilité). 

Le déplacement actif est une valeur ajoutée pour toutes les générations puisqu’il a des impacts sur la santé (exercice par le vélo et la marche), sur la sécurité (moins d’accidents et une meilleure qualité de l’air) et sur l’accessibilité (services de proximité, meilleures possibilités pour les gens à faible revenu, à mobilité réduite ou en perte d’autonomie).

Quelques pistes :

  • Utiliser les infrastructures existantes et les adapter à la mobilité active; déminéraliser les routes pour aménager des voies de déplacements perméables (contribuant ainsi à la diminution des îlots de chaleurs et à la protection de la nappe phréatique).
  • Interdire l’auto-solo à l’heure de pointe dans certains secteurs et transférer des fonds pour les transports collectifs.
  • Légaliser la micromobilité (exemple : les quadriporteurs)

Un défi :

Actuellement, les municipalités de petite taille ne peuvent avoir leur propre société de transport et doivent faire affaire avec le privé. Il faut mettre de la pression au gouvernement pour permettre aux petites municipalités d’avoir leur propre ligne de transport collectif.

Un exemple concret :

La circulation sur la 132 pourrait être apaisée par la réduction à 2 du nombre de voies attribuées aux voitures thermiques (covoiturages et autobus), et ce, pour donner plus de place aux piétons, aux vélos et à la micromobilité (vélo à assistance électrique, quadriporteur).

Aménagement du territoire

Repenser notre manière de vivre pour s’adapter aux changements climatiques et protéger l’environnement, c’est aussi repenser notre façon d’habiter le territoire. Pour renforcer la résilience de notre communauté, il est impératif de ramener la nature au cœur de notre vie de façon équitable. La densification n’a pas à être synonyme de béton.

Quelques pistes :

  • Densification douce par des projets intergénérationnels et interculturels et des logements ajoutés aux maisons unifamiliales sans contribuer à l’embourgeoisement. Autrement dit, il ne faut pas densifier par la construction de tours à logements afin de respecter le paysage.
  • Ajout d’espaces verts en villes par la végétalisation des toits et la plantation d’arbres.
  • Planifier et adopter des budgets pour combattre les îlots de chaleur et développer l’agriculture à petite échelle.
  • Empêcher le développement de la cité des achats (puis la détruire) et soutenir les initiatives locales d’économie collaborative.
  • Demander le retrait des publicités provenant des compagnies polluantes. Comme ce fut le cas avec les annonces de cigarettes, Équiterre demande le retrait des annonces de VUS dans l’espace public. Alors pourquoi notre salle de spectacle porte le nom des compagnies polluantes ?

Un défi :

Pour donner aux villes des moyens à la hauteur de leurs ambitions, il est impératif que les municipalités puissent tirer des revenus autrement que par les impôts fonciers.

Un exemple concret :

La municipalité peut soutenir les entreprises ou des projets communautaires de réparation, de réutilisation et de revalorisation. Pensons à l’Outillerie à Rimouski.

L’installation de serres, de poulaillers et de toits verts est soutenue par la ville chez les propriétaires comme chez les locataires par le biais de règlementations. Par exemple, le projet de poulaillers en ville peut être poussé plus loin en permettant aux immeubles à logements et à leurs locataires d’installer un poulailler et des serres sur les terrains pour une adaptation et une sécurité alimentaire équitable et accessible à tous les citoyens.

Démocratie participative

Tous les acteurs de notre société doivent s’impliquer afin de faire face au problème complexe de la crise climatique ; nous avons un rôle concret à jouer à notre échelle et nous devons avoir le soutien de nos instances gouvernementales locales. Chaque milieu est unique et l’action collective permet d’assurer la convergence des intérêts. Malgré ses bonnes intentions de concertation, Rimouski 2030 reste une consultation. Nous ne voulons pas participer, nous voulons délibérer.

Quelques pistes :

  • Permettre une implication citoyenne au-delà du vote : passez de la consultation à la concertation ou à la co-construction. Cela implique de créer des espaces démocratiques pour les citoyens qui veulent s’impliquer.
  • Créer et mettre à disposition des lieux communs, des lieux de rassemblements autonomes; créer des espaces de dialogues ouverts afin de permettre aux citoyens de se retrouver.

Un défi :

Le mode de vie actuel avec un emploi à 40 heures semaines épuise le citoyen qui n’a plus autant d’énergie pour s’impliquer dans la société. Des politiques de réductions du temps de travail permettraient aux citoyens de participer aux activités de solidarité sociale.

Un exemple concret :

Rimouski 2030 n’est qu’un début modeste. Il faut pousser plus loin l’engagement citoyen avec la création de comités permanents sur les différents enjeux (la politique de l’arbre, l’agriculture urbaine, la densification, la protection des espaces verts…) pour que les citoyen.nes puissent s’impliquer à toutes les étapes du processus de décision. L’ajout de simples citoyens, et non pas seulement des experts, permet la construction d’une connaissance partagée.

Références :
« Appel en faveur d’une économie sociale et solidaire », Nouvelles pratiques sociales, vol. 11, no 1, 1998, p. 1-8


Sur les chantiers de la Déclaration citoyenne universelle d’urgence climatique
http://nonviolence.ca/index.php/chantiers-de-duc-c-duc/


Une lettre ouverte pour un lieu collectif à Rimouski
https://docs.google.com/document/d/11mgoHRXHUr-M8Z2w7U6COs0LByCBV4uoaIUWSGg9c9w/mobilebasic?fbclid=IwAR3xs3oHLxl9OnQYM6pLmMB5149QouLU5X_6bZbXpF1M-fZjIDi1m6qDKfc


Feuille de route pour la transition du Québec vers la carboneutralité de Québec Zén
https://www.pourlatransitionenergetique.org/feuille-de-route-quebec-zen/


Guide d’adaptation au climat à l’intention des municipalités de l’Union des municipalités du Québec
https://umq.qc.ca/publication/adaptation-aux-changements-climatiques-lumq-lance-un-guide-a-lintention-des-municipalites-4/


IPCC (2022). Summary for Policymakers. In: Climate Change 2022: Mitigation of Climate Change. Contribution of Working Group III to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [P.R. Shukla, J. Skea, R. Slade, A. Al Khourdajie, R. van Diemen, D. McCollum, M. Pathak, S. Some, P. Vyas, R. Fradera, M. Belkacemi, A. Hasija, G. Lisboa, S. Luz, J. Malley, (eds.)]. Cambridge University Press, Cambridge, UK and New York, NY, USA. doi: 10.1017/9781009157926.001.
Lambert, N. (2022).

L’électromobilité et le transport en commun, des solutions vertes et réalistes pour l’est du Québec ?. Conférence. https://www.youtube.com/watch?v=i9s4CrePXpM&ab_channel=NicolasLambert (consulté le 17 août 2022)


Michaud, P. (1er août 2022). De nouvelles pistes cyclables au centre-ville, Journal le soir. (consulté le 10 août 2022).


Vivre en ville. (2018). « Mobilité durable », Collectivitesviables.org, Vivre en ville. https://collectivitesviables.org/articles/mobilite-durable.aspx (consulté le 10 août 2022).

Partager l'article

Image

Voir l'article précédent

Une danse avec Emma

Image

Voir l'article suivant

Défi 100 % local : de plus en plus de participants au Bas-Saint-Laurent