Art & Création

Coup d’œil sur la vidéo émergente à Caravansérail

Image


Art & Création

Coup d’œil sur la vidéo émergente à Caravansérail

Avec Les amorces : coup d’œil sur la vidéo émergente, le Centre d’artistes Caravansérail propose une programmation spéciale de six expositions, entre novembre 2022 et mai 2023, qui « jetteront un regard éclectique et surprenant sur les pratiques de la relève qui centralisent la vidéo », indique l’organisme par voie de communiqué.

La vidéo serait un médium « aujourd’hui investi par une nouvelle génération d’artistes comme un outil privilégié pour aborder des enjeux identitaires, pour mettre en images des filiations, pour parler du système de l’art ou encore pour brouiller les limites entre réalité et fiction », informe le Centre d’artistes.

Du 3 novembre au 17 décembre 2022, Caravansérail présente ainsi une première exposition à la frontière entre la pratique documentaire et la fiction I lay my wing as a bridge to you, de Charlotte Guirestante Ghomeshi. En parallèle, il y aura aussi l’exposition Estocade d’Anthony Paquet, une installation vidéo qui a été adaptée spécialement à la petite salle du Centre d’artistes.

De la recherche identitaire à la multiplication du soi

Les œuvres récentes de Charlotte Guirestante Ghomeshi portent sur une recherche identitaire autour de ses origines québécoises, iraniennes et italiennes.

I lay my wing as a bridge to you est décrit comme « une série d’installations audiovisuelles et photographiques qui documentent certain·e·s membres de la famille de Charlotte Guirestante Ghomeshi. Ceux·celles-ci réincarnent des symboles de leur histoire familiale. En situant les protagonistes dans leurs univers personnels présents, Charlotte reconstruit un lien entre leur mémoire du passé et leur réalité d’aujourd’hui. La musique, centrale dans ce projet tout comme dans cette famille, porte un véritable rôle rassembleur entre ces différentes cultures ».

Avec Estocade d’Anthony Paquet, « on assiste aux actions lentes et langoureuses d’un personnage à la forme changeante — tantôt soldat blessé, tantôt figure divine baignée de lumière éblouissante. Empruntant aux imaginaires de l’Antiquité et du Moyen-Âge, Anthony Paquet incarne le valeureux chevalier, enfile la cotte de mailles et manie l’épée. À travers cette mascarade, des thématiques telles la violence, la vulnérabilité, le précieux et la multiplication du soi se dévoilent lentement », précise le Centre d’artistes.

Partager l'article

Image

Voir l'article précédent

Offre d’emploi: Journaliste

Image

Voir l'article suivant

Le char allégorique du FRAPRU s’arrêtera à Matane