Voici les réponses de nos élu.e.s municipaux à nos questions sur l’écologie

Voici les réponses de nos élu.e.s municipaux à nos questions sur l’écologie

22 mai 2022 par 


Dans le but de mieux connaitre nos élu.e.s municipaux et les orientations de leurs décisions, le journal Le Mouton Noir leur a fait parvenir 10 questions pour une série de 12 articles. Les questions ont été envoyées le 19 avril dernier. Un mois plus tard, voici leurs réponses.

1. Êtes-vous anticapitaliste ou croyez-vous dans le système économique actuel?

—Rien.

2. Que pensez-vous de la décroissance?

—Rien.

3. Quelles actions pour un urbanisme écologique mettez-vous en place dans votre quartier?

—Rien.

4. Êtes-vous favorable à la venue d’un Costco?

—Rien.

5. Êtes-vous en faveur d’un stationnement étagé au cœur de la ville?

—Rien.

6. Êtes-vous d’accord avec l’idée que Rimouski doit renverser l’hégémonie de l’automobile? Si oui, par quelles actions?

—Rien.

7. Avez-vous confiance envers les autres paliers gouvernementaux (national et fédéral) pour la lutte aux changements climatiques?

—Rien.

8. Qu’est-ce que vous pensez du mouvement étudiant «Pour la justice et l’action climatiques» qui manifeste chaque vendredi devant l’Hotel de ville de Rimouski?1 Est-ce que cela a une influence sur vous?

—Rien.

9. Quels sont les plans et solutions pour revoir les pratiques en matière d’aménagement du territoire et contrer l’étalement urbain? Que pensez-vous de concept comme « La Ville des 15 minutes »?

—Rien.

10. « Un inventaire des GES a été réalisé l’an dernier et portait sur les émissions corporatives. La prochaine étape est donc l’élaboration d’un plan d’action de réduction des GES qui sera rédigé au cours de l’année. » Allez-vous rendre public l’inventaire des GES des émissions corporatives? Si non, pourquoi?

—Rien.

Malgré nos relances à leur égard pour avoir des réponses, rien. Vous avez bien lu. Par un curieux hasard, nos 12 élu.e.s pensent tous la même chose : rien. Rien de surprenant, me direz-vous. Courageusement, nos représentants «démocratiques» se sont dits : «Pour échapper à la critique, ne rien faire, ne rien dire, n'être rien.»

Alors, merci au maire de Rimouski, Guy Caron. Merci aux élu.e.s de Sacré-Cœur, Sébastien Bolduc. De Nazareth, Rodrigue Joncas. De Saint-Germain, Philippe Cousineau Morin. De Rimouski-Est, Cécilia Michaud. De Pointe-au-Père, Julie Carré De Sainte-Odile, Grégory Thorez. De Saint-Robert, Jocelyn Pelletier. De Terrasse Arthur-Buies, Réjean Savard. De Saint-Pie-X, Mélanie Bernier. De Sainte-Blandine/Mont-Lebel, Dave Dumas. Du Bic, Mélanie Beaulieu.

Douze fois rien. Se sont-ils consultés pour faire front commun avec ce «rien» unanime? Peut-être que nos élu.e.s ne daignent pas répondre à ce journal citoyen? Peut-être que certains élus ne disent rien et n’en pensent pas moins? Ignorer un journal citoyen, c’est ignorer les citoyens. La prochaine fois, pour espérer une réponse, le journal signera : « Du porte-parole de Costco ».

Et si le «rien» de leur réponse disait tout?

Parce que tout s’explique et que rien ne se justifie.

Le plus grand drame de la petite bourgeoisie, c’est qu’elle manque d’imagination. Elle n’imagine pas, elle gère. Elle ne rêve pas, elle administre. Ça explique l’aplaventrisme de nos élu.e.s devant les promoteurs privés qui s’approprient la ville pour mieux la saccager, la bitumer, la développer en Cité des achats. Qui manque d’imagination, manque d’audace. La petite bourgeoisie n’espère plus rien et nous en redonne autant.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe