Manger local au Bas-Saint-Laurent, toujours tendance?

Manger local au Bas-Saint-Laurent, toujours tendance?

L'autrice fait partie de l'Initiative de journalisme local
20 mai 2022 par 


L’été rime avec fruits et légumes frais. C’est l’occasion pour plusieurs de s’approvisionner en produits locaux de saison, mais alors que la pandémie a suscité un engouement pour l’achat local, est-ce que cet engouement est appelé à perdurer? Nicole Lavoie, directrice de Saveurs Bas-Saint-Laurent, répond que « présentement oui » et elle souhaite que ça demeure.

Durant la pandémie, la directrice de Saveurs Bas-Saint-Laurent a observé qu’il y a eu une prise de conscience des consommateurs qui les a incités à acheter davantage de produits locaux. Pour être capables de répondre à cette demande croissante, les entreprises ont parfois dû entreprendre un processus de restructuration ou une mécanisation, explique-t-elle. Mais est-ce que cette tendance à l’achat local est là pour de bon?

Si une diminution de la demande ne se fait présentement pas sentir, Nicole Lavoie reste optimiste pour le futur : « On souhaite que le consommateur garde ses bonnes habitudes et je pense que l’été sera un point névralgique à voir si nos consommateurs suivent cet engouement-là. Moi, je suis confiante parce que le Bas-Saint-Laurent s’est toujours démarqué par sa clientèle qui recherche les produits régionaux. Même les plus jeunes ont cette volonté de découvrir d’où proviennent les produits ».

Il y a de la place pour les produits locaux

Depuis bientôt 25 ans, Saveur Bas-Saint-Laurent a pour mission de faciliter la commercialisation des produits agroalimentaires de la région. À travers ce travail, le constat est qu’il y a de la place pour les produits locaux.

« Au niveau de l’autonomie alimentaire, on n’est pas autonome. Il y a de la place pour les produits. Selon moi, il n’y en aura jamais assez des produits locaux. On travaille beaucoup avec la substitution de produits pour les produits d’ici et ce qu’on remarque, c’est qu’il y a de la place pour l’émergence de nouveaux produits ou encore les cultures ancestrales. Il y a beaucoup de place à prendre (…). Pour être autonome, il va falloir continuer à augmenter notre capacité de production », indique madame Lavoie.

L’enjeu vient surtout du côté de la pénurie de main-d’œuvre qui complexifie la vie des producteurs. Cet effet se fait surtout sentir auprès de très petites entreprises composées d’un ou deux employés.

Une effervescence de projets régionaux pour faciliter la tendance à l’achat local

Au début du mois de mai, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), André Lamontagne, a annoncé que la région du Bas-Saint-Laurent bénéficiera d’un montant de 3 575 000 $ au cours des trois prochaines années afin de soutenir le développement du secteur bioalimentaire au Bas-Saint-Laurent. La région vit présentement une effervescence de projets pour favoriser l’autonomie alimentaire.

Saveurs Bas-Saint-Laurent est en train de réaliser plusieurs projets et participe à plusieurs comités régionaux qui visent à stimuler l’achat local et la découverte des produits locaux afin d’accroitre la place et la demande de produits locaux dans la région. L’organisation fait présentement la promotion des marchés publics et des détaillants de la région qui vendent des produits locaux. Un parcours gourmand est aussi accessible aux touristes et résidents qui souhaitent découvrir les produits de la région. Des cartes cadeaux de produits locaux sont aussi disponibles. À court terme, Saveur Bas-Saint-Laurent est en train de bâtir un catalogue de produits locaux pour les acheteurs professionnels afin que les producteurs locaux aient un meilleur accès au marché des détaillants. À plus long terme, il y a aussi un projet pour accroitre la part de produits locaux dans les résidences pour personnes âgées.

La directrice de Saveurs Bas-Saint-Laurent partage aussi son rêve au Mouton Noir qui est d’avoir un jour un remboursement d’impôt sur l’achat local. Elle reconnait le travail que cela prendrait pour quantifier l’achat local, mais elle rappelle que « sans rêve, il n’y a pas d’accomplissement ». 

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe