Les abeilles n’aiment pas le cinéma

Les abeilles n’aiment pas le cinéma

20 mai 2022 par 


Le 20 mai, c’est la Journée Mondiale des Abeilles. À elles seules, ces insectes sont responsables de la vitalité de nos cultures. L’industrie culturelle devrait parler de ça mur à mur, non? Non. C’est de Cannes dont on parle, et de sa petite culture décadente.

Jets privés, hélicoptères privés, yachts privés, célébrations privées, tenues luxueuses, vedettes qui jouent les princes et princes qui jouent la vedette : le festival de Cannes bat son plein en imposant la culture bourgeoise et en privant le monde de cultures diversifiées. C’est l’apologie de la ségrégation des classes sociales : la montée des marches est le seul événement du Festival accessible au grand public. Cannes, c’est de la pornographie capitaliste vendue comme du romantisme artistique. Alors que le monde s’écroule, les vedettes bouffent des raisins catapultés par des fions bleachés et fourrent comme des Romains avant la chute de l’Empire.

Dans un monde réellement à l’endroit, où les bonnes personnes aborderaient les sujets en lien avec leur expertise, les écologistes parleraient du Festival de Cannes, alors que les journalistes culturels promouvraient les abeilles.

Crisse qu’ils sont tous laids sur la Croisette. Peu importe leur âge, ces célébrités défilant sur le tapis rouge se transforment en vieilles peaux agonisantes à qui on a accroché des brillants hors de prix comme à un sapin de Noël au mois de février.

Le Festival de Cannes sans caméra ni photo, c’est juste des gens bien habillés qui ont l’air complètement fous. Ils doivent être magnifiés à travers des lentilles pour que cette folie ostentatoire prenne son sens.

Par leur mode de vie, les riches détruisent la planète.

L’industrie du film esthétise leur vie.

On désire ce qui nous tue.

Alors que ces cérémonies de riches pour riches gagnent en popularité, les abeilles disparaissent. Pourtant, nous célébrons aujourd’hui la Journée Mondiale des Abeilles. 

Trois cultures sur quatre qui produisent des fruits ou des graines destinés à l'alimentation humaine dépendent en partie des abeilles. Le tiers de notre assiette, c’est le travail des pollinisateurs. Sans les abeilles, c’est toute une biodiversité végétale et animale qui est menacée.

Le nombre de pollinisateurs tend à diminuer dans les pays industrialisés. Une des raisons principales de la disparition des abeilles? Les produits toxiques nécessaires à l’industrie du luxe et les températures en hausse associées aux changements climatiques, causées principalement par le train de vie des riches.

Au Québec, les apiculteurs ont perdu un nombre record d’abeilles pendant l’hiver dernier. Près de 60% à 80% de leurs colonies ont été décimées. Les changements climatiques sont en cause, car le parasite qui s’attaque aux ruches a particulièrement proliféré en 2021 avec l’arrivée d’un printemps hâtif, un été chaud et un automne tempéré.

Que se passerait-il si les stars de cinéma disparaissaient ? Rien.

Que se passerait-il si les abeilles disparaissaient ? Tout.

Pour la diversité culturelle, les abeilles sont plus créatrices que les festivals bourgeois.

Quel est le lien entre une fleur et une piste datterrissage?

Si les fleurs sont si belles et colorées, c’est pour attirer et ensuite aider à atterrir les abeilles. Les fleurs ont développé des couleurs attirantes pour les insectes, et des structures en forme de cible ou d’entonnoir pour les diriger en leur cœur. À l’image de la piste d’atterrissage illuminée pour l’avion, la fleur gorgée de couleurs oriente l’abeille vers elle en toute sécurité. Donc, plus les fleurs sont attirantes pour les abeilles, plus elles se reproduisent. C’est d’une intensité poétique vitale que ne pourra jamais espérer atteindre un film comme Top Gun: Maverick, où l’industrie du film copule avec le complexe militaro-industriel en butinant la mort.

Tom Cruise qui se pose sur la Croisette en hélicoptère fait figure de vieux ringard paresseux comparé à une abeille atterrissant délicatement dans le coeur d’une fleur, se délectant de son nectar, embarquant son pollen et donnant un lift à la biodiversité.

Si l’Art imite la vie, l’industrie culturelle, elle, la détruit.

Les abeilles n’aiment pas le cinéma.

Sauvons les abeilles, abattons Tom Cruise.

Si on pouvait décerner une Palme d’or aux plus belles fesses du monde, les abeilles remporteraient le prix haut la main.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe