La Police est notre Église

La Police est notre Église

7 mai 2022 par 


 « Un pays sans police est un grand navire 

sans boussole et sans gouvernail. »

Alexandre Dumas père

Si nos églises tombent en ruine et sont envahies par la nature païenne et les fleurs non baptisées, c’est par manque de financement. Le même sort attend nos âmes et nos institutions de police.

Nous devons impérativement arrêter de donner des peanuts à la police si on veut qu’elle joue son rôle de barrière divine face au chaos universel qui règne à chaque coin de rue. Suis-je le seul à avoir écouté le Canal D plus jeune?

À Montréal, le SPVM a vu son budget passer à 773 petits millions de dollars pour l’année 2021-2022, celui de la SQ est monté à 1,1 petit milliard, celui de la GRC a augmenté d’un petit 32 % ces dernières années pour atteindre presque 4 petits milliards de dollars. Ce modeste saupoudrage de fonds publics fait preuve d’une retenue qui est franchement ridicule. Je propose un budget illimité pour la police. On leur donne le NIP du Canada. Voilà ! On compensera ailleurs. On coupera dans des niaiseries comme la culture pis l’environnement, on vendra des affaires inutiles qui nous coûtent trop cher comme le Manitoba ou le Nouveau-Brunswick. On vend ça à la Chine. Arrangez-vous avec les ostis d’pauvres du Canada.

Y faut donner un budget illimité à la police. C’est elle seule qui nous protège de nous-mêmes, elle est notre seul rempart contre la nature humaine, qui est fondamentalement mauvaise. Moi, la seule raison qui m’empêche d’aller chez mon voisin pour le gunner dans nuque comme une perdrix, c’est la police. Ce n’est pas l’empathie, la compassion, l’éthique, l’éducation, c’est la police qui m’empêche de découper mes voisins en rondelles. Pu de police, je sors en courant combler ce besoin naturel. C’est écrit dans la pyramide des besoins de Maslow : oxygène, eau, coups d’douze din genoux, amour, balle dans nuque, accomplissement de soi.

C’est l’évidence, batèche. Il faut donner plus d’argent à la police afin qu’elle se dote d’un meilleur équipement. Ne serait-ce que pour qu’elle puisse mieux se défendre contre les dangereux manifestants ! «So, so, so ! Solidarité !» Ces manifs-là, sont remplies de fous ! Ça pullule de femmes enceintes communistes qui ont possiblement un bébé kamikaze dans le ventre. Ces bébés-là, y se font jamais fouiller. Facile pour une communiste de se servir de son vagin soviétique comme d’un bazooka pis de catapulter le bébé kamikaze vers les policiers sans défense. Ça prend de nouveaux équipements de pointe pour affronter cette menace, comme des petites menottes pour bébé.

La police doit aussi se défendre contre le black bloc ! Les trois choses les plus dangereuses pour notre civilisation, c’est le black bloc, Greta Thunberg pis l’avortement. C’est quoi un black bloc ? Un groupe d’étudiants en socio avec un chandail noir autour du visage et des lunettes de Ski-Doo ! Quelle est la différence entre ça pis l’État islamique ? Aucune ! Les extrêmes se rejoignent. Combien de jeunes ont vandalisé des pauvres matraques avec leur tête dure ?

Par chance, la police est là pour protéger les riches contre les pauvres. C’est dangereux, des pauvres. Y ont faim et y veulent manger les riches. J’ai vu ça sur des pancartes de manif de pouilleux : « EAT THE RICH ». Quéssé ça ? Un tartare de cul de Lino Saputo ? Manger des fions de fleurons ? Voyons donc ! Un cul, c’est pas fait pour être mangé, c’est fait pour être liché. C’est pas moi qui le dit, c’est la devise du HEC.

La police est victime de sa gentillesse. Elle utilise même des gaz lacrymogènes. Pas des guns, des gaz ! Que peut faire un petit gaz devant un black bloc islamique écumant de vengeance qui lance des Greta Molotov ? Savez-vous ce que ça veut dire le mot «lacrymogène» ? Ça signifie littéralement «qui fait naître des larmes». C’est un poème ! C’est pour ça que les yeux des manifestants coulent, y sont émus. Du p’tit gaz poético-chimique qui colle aux muqueuses avec du piment de Cayenne… Ça fait juste transformer une manif plate en fiesta mexicaine. C’t’une recette de Ricardo : antifa caliente (la meilleure). Note culinaire : quand une police réduit un manifestant en guacamole, ça se fait sans avocat.

Toujours prête à s’améliorer, la police s’adapte aux nouvelles réalités sociales. Ces dernières années, on a vu l’apparition de policiers à vélo, ce qui revalorise le port du mollet en culotte courte, puis celle de policiers cool en skate, ce qui favorise une répression équilibrée, y manque juste la police en montgolfière pis on réalisera que le problème des corps policiers, c’était seulement leurs moyens de transport. Mais les ultra-gauchistes ne veulent pas mettre un peu d’eau dans leur cocktail Molotov. Y sont même contre les Tasers guns. Vous êtes écolos, oui ou non ? Un Taser, c’est un pistolet électrique pour une police qui protège la planète ! Électrifier nos armes grâce à Hydro-Québec pour tuer des sans-abris en psychose, c’est le meilleur moyen de réduire nos émissions de GES.

Évidemment, les communistes soutiendront qu’on peut prendre une partie des milliards de dollars investis dans la police pour soutenir des mesures préventives; pour permettre aux pouilleux d’accéder à des logements sains, à la sécurité alimentaire, à de meilleurs salaires, à des soins de santé mentale, à l’éducation… Selon eux, ça ferait descendre le niveau de criminalité et augmenter la justice sociale comme par magie. C’est mal connaître la nature humaine. Et c’est pas ça qu’on veut. C’est pas assez caliente ! Ce qu’on veut, c’est des actions punitives. On veut qu’y aillent peur ! On veut des gros chars d’assaut blindés futuristes pour chaque police, conçus par Elon Musk, avec des fusils laser capables de viser le clitoris d’une mouche sur la Lune, pour rouler sur des manifestations de communistes autochtones qui réclament de l’eau potable dans leur village. Heille ! Bois du Pepsi pis ferme donc ta yeule ! Plus du tiers des personnes tuées par la GRC sont autochtones, alors qu’ils forment un peu moins de 5% de la population canadiennes.1 C’est là qu’on réalise que ça nous coûte cher de balles, prendre soin des Premières Nations. Faisons un deal. On cherchera les femmes autochtones disparues quand y nous rembourseront les balles perdues.

Plus les changements climatiques créeront de rareté alimentaire, plus l’écart de richesse augmentera et plus les casseurs violents manifesteront pour réclamer ce qu’ils ne méritent pas. Alors, plus que jamais, on aura besoin de la police pour protéger (la propriété privée) et servir (l’État). Nous devons écouter la science et augmenter le budget des forces de l’ordre. Quand les chiens font la loi, la police devient le meilleur ami de l’Homme.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe