Le bon vieux colonialisme dans un emballage juste et vert

L’ÉLECTRIFICATION DE NOTRE DÉMESURE

Le bon vieux colonialisme dans un emballage juste et vert

21 novembre 2021 par 


À l’instar des élections fédérales, la principale thématique des élections provinciales s’annonce être la relance « juste et verte ». Ce projet nous est présenté comme ambitieux et vertueux, mais qu’en est-il vraiment?

Ignorons les études prévisionnelles des firmes de génie et feignons que l’impossibilité physique de réaliser l’électrification1,2 et la « techno-numérisation »3 de notre démesure (en passant des voitures à la transition énergétique), dans les volumes et à la vitesse promis par les chefs et les cheffes d'États, ou aspirants et aspirantes, n’existe pas. Ah oui, c’est vrai! On nous enjoint déjà massivement de feindre cela! Faisons donc comme d’habitude, mais en nous posant la question suivante : d’où et de qui notre relance « juste et verte » tirera-t-elle son jus?

CONTINUER D’ÉCRASER LES AUTOCHTONES, MAIS EN CHAR VERT SVP!

L’autre jour, au marché, alors qu’il choisissait ses légumes bio, un client affirmait qu’une fois son VUS payé, il passerait à la voiture électrique. Il aurait voulu le faire avant mais, à cause de la pandémie, il y avait une pénurie de voitures électriques chez son concessionnaire. « Faut y penser comm’ faut avant de passer à l’électrique, c’est au moins 50 000 $ neuf! Ça n’a presque pas de bon sens comme prix! Mais ça vaut la peine quand tu roules beaucoup », conclut-il.

Les voitures électrices utilisent quatre fois plus de cuivre que celles à essence4. Parmi les plus grands gisements de cuivre au monde, il y a ceux de la Nouvelle-Guinée occidentale (NGO) détenus par la compagnie minière Freeport-McMoran, laquelle a reçu l’ordre « d’optimiser sa production de cuivre pour répondre à la transition écologique voulue par la nouvelle administration [de Joe Biden]5 ». Freeport, de connivence avec les Nations Unies et les États-Unis, a joué un rôle central dans l’ethnocide, qui se poursuit lentement mais sûrement, des Papous, peuple autochtone de la Nouvelle-Guinée occidentale.

En plus de voir leurs montagnes éventrées devenir des cratères à ciel ouvert et de subir l’empoisonnement de centaines de kilomètres de cours d’eau pollués par le déversement de rejets miniers toxiques, les communautés papoues voisines de ces gisements se voient expropriées de leurs propres terres par les travailleurs de la filiale indonésienne de Freeport, ainsi que par les ménages indonésiens qui s’installent en périphérie des villes minières pour exploiter à leur tour les terres arables nécessaires pour nourrir cette colonisation.

OUSTE LES SÁMI! FAITES DU VENT ET LAISSEZ LES ÉOLIENNES POUSSER EN PAIX!

Le peuple des Sámis est le seul peuple autochtone du continent européen. Son territoire, Sápmi (péjorativement connu sous le nom de Laponie), se situe à cheval sur le nord de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de la partie ouest de la Russie. Malgré leurs apparences physiques similaires (peau claire, souvent cheveux blonds et yeux bleus), les personnes samies, de tradition nomade et de spiritualité animaliste, n’ont pas échappé à la violence des non-autochtones de leurs régions : évangélisation forcée, stérilisation, ethnocide culturel, ravages de leurs terres par extraction minière, pétrolière ou gazière sont de tristes points communs que ces premiers peuples partagent avec nombre de populations autochtones du globe.

Malgré des lois pour respecter leurs droits et libertés, leur persécution se poursuit, cette fois, au nom de la transition énergétique, notamment en menaçant leur tradition d’élevage de subsistance des troupeaux de rennes dont les zones de pâturages sont détruites par l’implantation de vastes champs d’éoliennes et de routes pour s’y rendre6,7. Le « modèle scandinave » est souvent idéalisé, mais à en juger par les procès que les peuples Sámis doivent fréquemment mener contre le colonialisme vert8, ces belles valeurs socialistes ne semblent pas tenir compte des Autochtones. Ça fait penser au Québec!

LE QUÉBEC NE S’INTÉRESSE PAS AUX AUTOCHTONES, MAIS À CE QUI SE TROUVE SOUS LEURS PIEDS

L’an passé, la CAQ publiait son Plan d’action nordique9. En introduction, François Legault assure que : « [ce] plan d’action [...] a été pensé avec et pour les habitants du territoire nordique, mais il bénéficiera à tout le Québec ». Nous y découvrons un intérêt pour l’exploitation de minéraux critiques et stratégiques nécessaires à la production de technologies numériques et à la transformation d’énergies renouvelables.

Pas de souci pour les dangers qu’on externalise dans le Nord : le plan va « [o] ffrir une formation dans les communautés autochtones sur la gestion des rejets accidentels de contaminants […]. Cette action permettra aux villages nordiques d’être en mesure d’intervenir rapidement dans de telles situations et ainsi limiter les impacts causés à l’environnement. » La belle affaire, vive l’autonomie!

LA DÉCROISSANCE : POUR EN FINIR AVEC D’INSOUTENABLES INJUSTICES

La croissance économique n’a pas rempli sa promesse d’offrir un avenir meilleur. Elle fait des femmes, des enfants, des populations du Sud global et des peuples autochtones les premières victimes des injustices sociales et des ravages écologiques. La relance « verte et juste » n’est qu’un prolongement de l’atteinte à leur dignité.

Il n’en tient donc qu’à nous, citoyens et citoyennes et petits médias, de continuer à s’armer intellectuellement, de propager les propositions de la décroissance et de commencer à décider ensemble de mettre fin à ces injustices une fois pour toutes.

1. P. Gauthier, « Déficit de production en vue pour le cobalt et le nickel », Énergie et environnement, 2021, energieetenvironnement.com/2021/08/19/deficit-de-production-en-vue-pour-le-cobalt-et-le-nickel/

2. A. Laurent, « La “croissance verte” est une mystification absolue », Reporterre, 2015, reporterre.net/La-croissance-verte-est-une-mystification-absolue

3. C. Magnard, « La pénurie mondiale de puces électroniques va durer au-delà de 2021 », France culture, Revue de presse internationale, 4 mai 2021, www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-mardi-04-mai-2021

4. P. Pataud Célérier, « Mines d’or en Nouvelle-Guinée : les Papous sacrifiés, leurs montagnes éventrées », Reporterre, 2021, reporterre.net/Mines-d-or-en-Nouvelle-Guinee-les-Papous-sacrifies-leurs-montagnes-eventrees

5. Ibid.

6. A. Chandrasekhar, « Les Samis remportent une manche face à l’entreprise bernoise BKW », Swiss info, 2021, www.swissinfo.ch/fre/economie/les-samis-remportent-une-manche-face-%C3%A0-l-entreprise-bernoise-bkw/46910066?utm_campaign=swi-rss&utm_source=multiple&utm_medium=rss&utm_content=o

7. W. Strzyżyńska, « Sámi reindeer herders file lawsuit against Norway windfarm », The Gardian, 2021, www.theguardian.com/world/2021/jan/18/sami-reindeer-herders-file-lawsuit-against-oyfjellet-norway-windfarm-project

8. J’ai consciemment choisi cette expression qui, normalement, fait référence à la mission coloniale de réensauvager l’Afrique via des opérations d’expropriation de villages traditionnels par des institutions internationales - comme la WWF et l’Unesco – sous prétexte de la nécessité d’effectuer un virage écologique qui s’avère, en réalité, ni écologique ni juste. Lire l’éclairant entretien de Guillaume Blanc à The conversation à ce sujet : //theconversation.com/debat-colonialisme-vert-une-verite-qui-derange-146966

9. Société du Plan Nord, « Habiter notre Nord. Plan d’Action Nordique 2020-2023 », Gouvernement du Québec, 2020, //plannord.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/2020/12/Plan-daction-nordique-2020-2023.pdf

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe