dernier numéro

VOL XXVII No 1, septembre-octobre 2021 Suzanne Tremblay

Un oisillon responsable

Un oisillon responsable

20 septembre 2021 par 


Connaissez-vous la fable du petit oiseau? C’est un classique.

Il était une fois un oisillon qui ne savait pas encore voler. On était en plein hiver et un soir, il tombe de son nid et il se retrouve sur le sentier. Alors il se met à crier : « Pui! Pui! Pui! ». Il se fend le gosier parce qu’il meurt de froid. Voilà qu’arrive une vache. Elle le voit et veut le réchauffer. Alors, elle soulève la queue et paf! Elle pose une belle galette de bouse fumante sur l’oisillon! Le petit oiseau, pourtant bien pénard et bien au chaud, sort sa tête et remet ça : « Pui! Pui! Pui! » Un vieux coyote arrive au triple galop. Il allonge une patte, l’extrait délicatement de son tas de merde, essuie la crotte qui le recouvre et n’en fait qu’une bouchée! Mon grand-père disait qu’il y a une morale dans cette histoire, mais qu’il faut que chacun la trouve seul.

C’est comme ça que j’expliquerais les campagnes électorales où on vote pour élire un gouvernement représentatif.

J’ai toujours trouvé contradictoire et malhabile l’argument qui dit : « Si tu veux changer les choses, lance-toi en politique, fais-toi élire dans un parti, on est en démocratie. » S’il faut absolument être dans un parti politique élu pour participer à la vie de la cité et changer les choses, c’est l’aveu de l’échec de ce système, c’est la preuve que nous ne sommes pas en démocratie. Si un citoyen ou une citoyenne qui s’exprime ne change rien et que ses idées se résument à du chialage, c’est dire que la voix citoyenne est inutile, superflue, que nous sommes dans une forme de dictature élective. Jacques Rancière écrivait  : « La démocratie représentative peut sembler aujourd’hui un pléonasme, mais cela a d’abord été un oxymore. »

Les élections où le peuple vote pour un représentant ou une représentante ressemblent à la morale de la fable du petit oiseau : « Ceux qui te mettent dans la merde ne le font pas toujours pour ton malheur et ceux qui t’en sortent ne le font pas toujours pour ton bonheur. Parfois celui qui vous tire d’une mauvaise situation le fait pour son propre intérêt, alors que celui qui vous laisse dans le pétrin le fait pour votre bien. »

Si la démocratie qu’on vous propose sent trop bon, passez votre chemin.

Rentrer dans le droit chemin comme un adulte responsable

— Le nouveau Fred Dubé

J’ai décidé de me conformer. Je vais arrêter de ruiner ma santé et ma vie sociale sous prétexte que je défends des utopies. J’ai juste l’air d’un Don Quichotte cheap, sans cheval ni armure, qui pourfend nos politiciens démocrates et qui prend les corporations pour des dragons.

Je vais me rentrer dans le coco les paroles de François Legault : « La protection de l’environnement ne se fera pas aux dépens de l’emploi1. » Y’a raison! M’a me trouver une vraie bonne job. J’vas arrêter de chialer. Je vais voter pour le « moins pire ». Pis, c’est toute!

Je vais espérer que le Costco se construise à Rimouski. J’achèterai ma carte de membre. Je passerai mes samedis là. Je vivrai une expérience magasinage en entrant pour acheter un pot de mayonnaise pis en ressortant avec une télé en spécial, du linge en spécial, du plastique en spécial, pis 20 livres de peanuts à rabais. Je me dirai que j’ai fait des économies, fier. Je ferai des tours d’hélicoptère à 500 $ le 20 minutes avec ma future blonde. On sera heureux. On regardera le monde de haut. On fera du bruit et on polluera en admirant la nature. On prendra des selfies. L’idée de me jeter en bas m’effleurera l’esprit. L’idée de détourner l’hélico pour qu’il s’écrase sur la maison du maire me titillera les neurones. Mais, non! Je reviendrai à la raison : au pacifisme. Je me baladerai sur les terrasses urbaines Cogeco. Je trouverai beau le gros conteneur publicitaire REMAX posé inutilement en plein milieu de la rue piétonne. Les yeux au ciel, je remercierai REMAX de redonner à la communauté. Je me dirai que si les gens sont affectés par la crise du logement, causée par la spéculation immobilière dont REMAX tire profit, bien c’est leur problème. Je louerai un appartement dans un des 150 nouveaux logements de luxe à Sainte-Agnès. Je me convaincrai que c’est un complexe immobilier novateur qui revitalisera le centre-ville! Je m’endetterai. Mais qu’importe, j’aurai accès à une piscine intérieure et à un gym! C’est-tu ça, la réussite? J’entends déjà la chambre de commerce m’applaudir! J’écouterai la radio CFYX pour bien m’informer et Énergie pour bien me divertir. C’est ça qui jouera, en bruit de fond, quand je me pendrai dans mon salon comme un adulte responsable à qui on aura coupé les ailes en le sortant de la merde.

1. Alexandre Shields, « Pas de protection de l’environnement “aux dépens” de l’emploi, dit Legault », Le Devoir, 13 août 2021.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe