Stratégie de croissance des serres : une poignée de projets financés au Bas-Saint-Laurent

Stratégie de croissance des serres : une poignée de projets financés au Bas-Saint-Laurent

L'auteur est journaliste de l'Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada
31 juillet 2021 par 

Vignoble Carpinteri


Six entreprises agricoles du Bas-Saint-Laurent ont profité jusqu’à présent de la Stratégie de croissance des serres 2020‑2025 du gouvernement du Québec, lancée en novembre 2020 par le gouvernement Legault afin d’améliorer l’autonomie alimentaire de la province.

La municipalité de Saint-Ulric est la plus grande bénéficiaire au niveau régional, puisque deux de ses entreprises ont obtenu une aide financière, en l’occurrence le Vignoble Carpinteri et la Ferme Multi-Ressources. Tout près de là, à Matane, les Potagers Mycobio ont aussi reçu une aide gouvernementale. Les Jardins du Haut-Pays de Saint-Onésime-d’Ixworth, les Jardins Beaux-Lieux de Saint-Simon et La Jardinière d’Auclair sont les autres heureux élus. 

Par contre, aucune entreprise gaspésienne n’a eu droit à du financement dans le cadre de la Statégie de croissance des serres, d’après les données qui ont été fournies au Mouton Noir par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) le 23 juillet.

Être capable de passer l’hiver 

Aux Jardins Beaux-Lieux, une exploitation maraîchère qui en est à sa cinquième année d’existence, la subvention permettra d’aménager deux nouveaux tunnels, c’est-à-dire des serres non chauffées. « Sur les autres tunnels qu’on a, il faut qu’on enlève les plastiques l’hiver, sinon la neige les écrase, explique la copropriétaire Caroline Beaulieu. Sur les prochains, on va installer des arches plus rapprochées ».

Ces nouveaux tunnels pourront donc passer l’hiver avec le plastique dessus, ce qui permettra de redémarrer la production plus tôt au printemps. Ainsi, les Jardins Beaux-Lieux pourront augmenter leur production et proposer davantage de primeurs lors des marchés publics. Caroline Beaulieu estime à 15 000 $ la somme reçue par sa ferme.

À Saint-Ulric, deux nouvelles serres ont été construites au Vignoble Carpinteri, afin de planter de nouvelles vignes européennes qui ne résisteraient pas au climat du Québec si elles étaient à l’air libre. Longues de 200 pieds, elles portent à 16 le nombre total de serres dont dispose cette exploitation viticole.

Le vignoble a fait de gros investissements récemment afin d’agrandir ses installations et d’augmenter sa production, à hauteur de 1,2 million $. Dans ce contexte, les quelque 40 000 $ obtenus comme subvention pour les deux nouvelles serres représentent « une bagatelle », selon le propriétaire Tony Carpinteri. 

Une stratégie à trois volets

Toutes les sommes versées au Bas-Saint-Laurent l’ont été dans le cadre de l’Initiative ministérielle pour le développement des serres et des grands tunnels, un des trois volets de la Stratégie de croissance des serres. Dans l’ensemble du Québec, 105 projets avaient reçu du financement de ce volet au 23 juillet 2021. Ce programme permet de couvrir jusqu’à 50 % des frais d’achat des serres ou des tunnels. Au 31 mai, l’aide financière totale qu’il avait octroyée était de l’ordre de 1,65 million $.

En revanche, aucune entreprise de l’Est-du-Québec n’a été retenue dans les deux autres volets de la Stratégie, à savoir le Programme de soutien au développement des entreprises serricoles (qui s’adresse à des exploitations de taille plus importante, fournissant les marchés régionaux ou nationaux) et le Programme d’aide financière pour favoriser le développement des serres, qui consiste en un rabais d’électicité afin de soutenir des investissements majeurs. Le gouvernement avait investi respectivement 5,97 millions $ et 2,92 millions $ dans ces deux volets à la fin mai.

Grâce à sa Stratégie de croissance des serres, le gouvernement du Québec entend « doubler le volume de la culture des fruits et des légumes en serre en misant sur des sources d’énergie renouvelables reconnues pour leur faible empreinte environnementale ».

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe

Chroniqueurs