dernier numéro

VOL XXVII No 1, septembre-octobre 2021 Suzanne Tremblay

Saint-Donat cherche à se débarrasser de sa serre

Saint-Donat cherche à se débarrasser de sa serre

L'auteur est journaliste de l'Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada
22 juin 2021 par 


Avis aux intéressés : la municipalité de Saint-Donat vend une serre et n’a toujours pas trouvé preneur, trois semaines après avoir publié l’annonce sur son site web. L’installation est de modèle Ovaltech et mesure 27 pieds par 30 pieds, de quoi faire une production conséquente de légumes. La structure est usagée, mais la toile est neuve. Le prix : 4252 $.

Lorsqu’elle a été achetée à l’automne 2019, cette serre devait servir d’annexe au jardin pédagogique de l’école Lévesque, un potager dans lequel les élèves apprennent les rudiments de l’agriculture : « Il y a une framboiseraie, une aspergeraie, des poussins, décrit le maire André Lechasseur. La serre, c’était dans le but d’allonger la saison, en commençant à jardiner fin avril et en étirant ça à l’automne. »

La municipalité a participé au projet en se chargeant de l’achat de la serre, avec l’idée de l’installer sur un terrain municipal à côté du CPE. Un tel emplacement aurait permis de faire de la serre un lieu de rencontre intergénérationnel, dans la mesure où elle aurait été fréquentée autant par les enfants de l’école que par des aînés du village.

Pas aux normes municipales

Cependant, un détail d’importance a été omis au moment d’acheter le matériel : pour un usage municipal, une serre doit répondre à des règles spécifiques, qui sont plus strictes que pour un usage agricole sur une propriété privée. « Il faut que le revêtement soit rigide, les arches un peu plus fortes », explique le maire Lechasseur, qui invoque des raisons de sécurité : « S’il était arrivé un accident, ça nous aurait coûté cher. » Et l’élu préfère se passer de telles péripéties : « On a assez de troubles ces temps-ci dans les municipalités, il y a beaucoup de dénigrement… »

Le conseil municipal a donc décidé de revendre la serre au prix qu’il l’a payée en 2019. En dernier recours, si personne ne signifie son intérêt, elle pourrait être offerte à un organisme, ce qui ferait perdre plus de 4000 $ aux contribuables.

Mais « ce n’est pas important » pour M. Lechasseur, qui souligne qu’il s’agit d’une somme minime quand on la compare aux investissements qui pleuvent sur Saint-Donat. « Grâce à des subventions, on va aménager une plate-forme sportive pour les jeunes pour 100 000 $, et faire la réfection de la patinoire pour près d’un quart de million », assure-t-il tout en annonçant qu’il briguera un nouveau mandat de maire en novembre 2021.

Une serre qui porte la poisse?

Ce n’est pas la première fois que cette serre cause des soucis au conseil municipal. Elle a déjà valu une suspension de trois mois sans salaire au conseiller municipal Simon Côté en juillet 2020 : cet entrepreneur n’est autre que l’ancien propriétaire de la serre, et c’est lui qui l’a vendue à la municipalité.

La Commission municipale du Québec est arrivée à la conclusion que M. Côté a agi de bonne foi dans le but d’aider à la création du jardin pédagogique, mais qu’il s’est placé en conflit d’intérêts en posant ce geste. Le conseiller a d’ailleurs reconnu son erreur.

André Lechasseur précise que le projet d’avoir une serre communautaire n’est pas abandonné pour autant à Saint-Donat : « Nous allons faire en sorte d’approfondir le projet afin de le mettre conforme », dit-il. Cette serre étant une demande qui provient de bénévoles de la municipalité, il juge important de leur offrir.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe