dernier numéro

VOL XXVII No 1, septembre-octobre 2021 Suzanne Tremblay

Du Saguenay à la Côte-Nord, des balades auditives en terre innue

Du Saguenay à la Côte-Nord, des balades auditives en terre innue

20 mars 2021 par 


Tipatshimun : L'histoire orale à l'ère numérique
 est le résultat d’un projet-pilote de formation à la création et à la production en baladodiffusion, qui a permis à dix participants innus en provenance de différentes communautés du Saguenay et de la Côte-Nord de réaliser et de diffuser leurs propres émissions originales selon des thématiques propres à l'univers des Premiers Peuples, et plus particulièrement à la langue et à la culture innues.

C’est une invitation, écoutons « La légende de Tshakapesh », « Puamun Meshkenu », « Florent Vollant : Innu Nikamun », « C’était ça ma vie, le bois », « On n’est pas des sauvages » ainsi que « Les mots de Joséphine » en faisant le pari de l’altérité, en entendant au-delà de nous-mêmes ces paroles que nous avons tant de mal, depuis si longtemps, à écouter sans tenter de les posséder, de les réduire au silence, à l’inexistence. Laissons-les, vivantes, élargir et modeler l’horizon.

Bien que les six balados vaillent vraiment l’écoute, j’ai eu envie de présenter plus précisément « La légende de Tshakapesh », racontée en innu-aimun par Charles-Api Bellefleur et traduite par Joséphine Bacon. « Cette légende nous présente l’époque où les humains et les animaux partageaient vraiment tout, incluant le mystérieux monde du rêve. Dans cette légende riche en rebondissements, Tshapakesh est le héros à l’origine de la création du monde. »

Le titre du projet l’illustre bien : l’ère numérique nous donne accès à d’incroyables richesses culturelles et nous offre de nouvelles possibilités d’entrer en dialogue. Lorsque j’écoute la légende de Tshakapesh, je suis saisie par la voix chantante de Charles-Api Bellefleur, dans laquelle on devine le rire, ainsi que par celle, pluviale, de Joséphine Bacon. Je suis aspirée par un imaginaire collectif qui agrandit mes cadres, me transporte dans un monde humide, vert, brut, intact. Je me laisse enseigner, rejoindre par l’histoire qui se déploie à la cadence des voix qui la transmettent. Les paysages défilent : rivière, sable, arbre, utérus, montagne, rocher, falaise, hanche, oreille. L’univers de Tshakapesh, c’est le lieu où la nature façonne les êtres vivants, à qui appartient alors la responsabilité de se mettre au monde à leur tour. C’est un récit humble, vivant, vibrant, porté par des voix qui savent se mettre au service de la légende. C’est la genèse du monde, une histoire comme un rappel à la dignité, à l’intégrité, au courage, à la confiance.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe