dernier numéro

Vol XXVI No 4, mars-avril 2021, Danger: langue en péril?

Pour recruter, la MRC de La Matapédia ne lésine pas sur les moyens

Pour recruter, la MRC de La Matapédia ne lésine pas sur les moyens

L'auteur est journaliste de l'Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada
14 février 2021 par 

La MRC de La Matapédia prend les grands moyens pour déjouer la pénurie de main-d’œuvre et attirer de jeunes travailleurs : elle vient de lancer son Programme d’intéressement des futurs professionnels et techniciens, qui inclura une bourse d’études et une année d’emploi pour les personnes sélectionnées.

Ce programme s’applique seulement à la MRC en tant qu’organisme – et non à l’entièreté du territoire matapédien. Celle-ci est un des gros employeurs de la région : une cinquantaine de personnes y occupent « des emplois diversifiés, avec un taux de roulement très faible parce que les employés se sentent bien » selon le directeur général Steve Ouellet. Mais comme de nombreuses entreprises du Bas-Saint-Laurent, elle peine à combler ses postes disponibles.

En vertu du nouveau programme, un jeune embauché par la MRC recevra une bourse d’études : 2000 $ pour les deux dernières années d’une formation technique collégiale, 3000 $ pour les deux dernières années d’une formation universitaire de 90 crédits, ou 4000 $ pour les trois dernières années d’une formation universitaire de 120 crédits.

Le candidat retenu fera aussi ses stages à la MRC, et sera rémunéré pour cela. En contrepartie, il s’engage à travailler pendant un an pour la MRC à la fin de ses études. En cas d’abandon des études, il devra rembourser la bourse.

Une vision à long terme

« On veut envoyer deux messages aux jeunes, explique Steve Ouellet : premièrement, c’est important de terminer ses études. Et ensuite, il y a des opportunités de carrières à la MRC de La Matapédia. C’est des emplois de qualité : technicien en génie civil, inspecteur en bâtiment, conseiller en développement… »

Si la personne devra s’engager pour un an à peine au moment d’adhérer au programme d’intéressement, l’objectif est de la « fidéliser », selon le mot utilisé par M. Ouellet. Il a confiance que cela sera effectivement le cas, la MRC offrant « un bon climat de travail » et de « beaux défis ».

Puisque faire des études prendra plusieurs années aux futurs employés, la MRC devra prévoir ses besoins de main-d’œuvre longtemps à l’avance et octroyer les bourses en fonction de ceux-ci. Les périodes de stage permettront de confirmer que le candidat remplit bien les exigences du poste.

Dans un premier temps, le programme sera appliqué sous la forme de projet pilote, et sera pérennisé s’il est concluant. Cette année, ce sont deux postes de technicien en génie civil qui sont offerts par la MRC de La Matapédia, qui a déjà envoyé toute l’information relative à son nouveau programme aux cégeps et aux universités.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe