Val-Brillant, l’école en musique

Val-Brillant, l’école en musique

L'auteur est journaliste de l'Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada
19 janvier 2021 par 


La petite école primaire de Val-Brillant (95 élèves) va rejoindre un cercle très fermé : celui des établissements scolaires offrant un programme Arts-études en musique. Pour l’instant, seules neuf écoles primaires le font au Québec. Val-Brillant va donc devenir la dixième dès l’année scolaire 2021-2022, et la première dans l’Est.

Il s’agit d’une progression logique pour cette école, qui proposait depuis une douzaine d’années déjà un programme de concentration en arts : des cours de musique étaient donnés sur les heures scolaires en partenariat avec le Camp musical du lac Matapédia. Mais la fermeture de ce dernier, couplée à la décision du ministère de l’Éducation de mettre fin à ce type de programmes en juin 2021, a poussé la direction de l’école à envisager un virage.

« On était rendus à la croisée des chemins, explique la directrice Renée Belzile : on avait le choix de redevenir simplement une école avec un programme particulier en musique, ou de faire le grand saut vers un programme Arts-études officiel avec toutes les balises du ministère. » C’est la deuxième option qui a été retenue, en partenariat cette fois-ci avec l’École de musique du Bas-Saint-Laurent à Rimouski.

Jusqu’à présent, les enfants pouvaient suivre des cours d’instruments (seuls ou en petits groupes) ou de chant choral. Bientôt, ils auront accès à de la formation auditive et des cours de musique d’ensemble. Pour obtenir la reconnaissance Arts-études, l’école doit permettre aux élèves inscrits de bénéficier d’un minimum de 20 % d’enseignement en musique par semaine durant la plage horaire scolaire.

Bons pour les élèves… et les parents

Selon Mme Belzile, le passage par l’école de Val-Brillant a été marquant pour de nombreux jeunes, certains étant depuis devenus enseignants de musique. Mais sans aller aussi loin, étudier la musique et devoir faire des prestations sur scène devant les amis et les parents permet d’améliorer confiance et estime de soi.

« La fierté d’avoir accompli un gros projet qui sort des matières scolaires, comme par exemple une comédie musicale, ça va chercher des élèves qui ont parfois peu de valorisation au niveau des notes », ajoute la directrice tout en précisant qu’il ne s’agit pas d’un « programme élitiste » mais qu’au contraire, tout le monde est accepté.

La moitié des élèves de l’école de Val-Brillant viennent déjà d’autres municipalités. Avec ce nouveau programme, Renée Belzile espère attirer de nouvelles têtes, tout en assurant que cela ne crée pas de conflit avec les autres écoles primaires du coin. « Plus on aura d’élèves, plus l’offre de cours va être diversifiée et intéressante », déclare-t-elle.

Les parents y trouvent aussi leur compte, puisqu’ils n’ont pas à amener leurs rejetons à des cours de musique après les classes ou en soirée. Pas besoin non plus d’acheter un instrument sans savoir si l’enfant va apprécier en jouer, puisque l’école en prête des petits (violons, ukulélé…) qu’on peut ramener à la maison.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe