La SQ dénombre plus de morts sur les routes en 2020

La SQ dénombre plus de morts sur les routes en 2020

L'auteur est journaliste de l'Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada
14 janvier 2021 par 


L’année 2020 a été plus meurtrière que 2019 sur les routes du Québec, selon le bilan routier dévoilé ce matin par la Sûreté du Québec. En effet, on compte 228 collisions mortelles en 2020 contre 217 en 2019, ce qui correspond à une hausse de 5 %. Ce sont 250 personnes qui ont perdu la vie dans des accidents de la route l’année dernière, selon la SQ.

Il importe cependant de préciser que ces chiffres ne concernent que le territoire couvert par la police provinciale, et sont donc fortement sous-estimés par rapport au bilan réel puisqu’il n’inclut pas des villes qui disposent de corps de police municipaux comme Montréal, Québec, Laval ou Saguenay, par exemple. À titre d’exemple, la SAAQ relevait de son côté 333 décès sur les routes de l’ensemble du Québec en 2019.

Les routes de l’Est-du-Québec (Bas-Saint-Laurent, Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine) ont emporté 35 vies. Puisqu’il n’existe aucune police municipale sur ce territoire, il s’agit dans ce cas du bilan réel.

La conduite imprudente et les excès de vitesse sont responsables de 29 % des collisions mortelles, loin devant l’inattention et la distraction (14 %) et l’affaiblissement de la capacité de conduite par l’alcool, les drogues ou la fatigue (10 %).

La SQ dénombre par ailleurs 52 collisions impliquant au moins une moto, pour un total de 54 morts. L’année 2020 a frappé les motocyclistes particulièrement fort, puisque la moyenne de morts dans leurs rangs était de 41 lors des cinq années précédentes. 

Dix-huit piétons ont perdu la vie sur la zone d’action de la SQ en 2020. Cela représente une baisse par rapport aux 21 décès de 2019, mais encore une fois, ces données sont à prendre avec des pincettes puisque les grandes villes, où la plupart des piétons perdent la vie, ne sont pas comptabilisées. Ainsi, la SAAQ faisait état de 71 piétons morts en 2019, soit 3,4 fois plus que ce que la SQ a comptabilisé cette année-là.

La même prudence doit s’appliquer quand on considère le nombre de cyclistes tués par une voiture, qui est de six en 2020 contre cinq en 2019, selon la SQ – la SAAQ en comptait huit en 2019.

Moins de transparence du côté de la SQ

La Sûreté du Québec rappelle aux conducteurs qu’ils doivent adopter des comportements sécuritaires et faire preuve de prudence, tout en précisant qu’elle « maintient ses efforts afin d’assurer la sécurité des usagers de la route, notamment grâce au travail de ses patrouilleurs ainsi qu’aux campagnes de sensibilisation. »

Il devient cependant plus difficile pour le public de suivre les actions de la police provinciale, dans la mesure où celle-ci a décidé d’arrêter de publier les rapports annuels d’activité de ses postes après l’exercice 2018-2019.

« On ne fait plus ça car un employé doit passer une journée complète à compiler les chiffres, ce qui est très demandant. On veut aussi éviter les comparaisons sur les tickets données par les différents postes de police : maintenant, avec les réseaux sociaux, les gens interprètent les données à leur façon, souvent faussement », explique le sergent Claude Doiron, porte-parole de la SQ.

Le dernier rapport du poste de Rimouski-Neigette montrait une forte diminution des interventions liées à des constats provinciaux, passant de 1589 en 2014-2015 à 758 en 2018-2019.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe