dernier numéro

Vol XXVI No 4, mars-avril 2021, Danger: langue en péril?

Radio-ressources, une recherche sur la souveraineté alimentaire au Bas-Saint-Laurent

Radio-ressources, une recherche sur la souveraineté alimentaire au Bas-Saint-Laurent

L'auteur est journaliste de l'Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada
26 novembre 2020 par 


Ce jeudi soir à 20 heures aura lieu un spectacle qui sort de l’ordinaire à la salle rouge de la Coop Paradis, sur la rue Michaud à Rimouski : le public pourra assister à la phase de recherche d’un projet théâtral à saveur documentaire mené par une compagnie artistique de Montréal, le Théâtre PÀP.

L’événement se nomme Radio-ressources et aura lieu dans six régions du Québec. Dans chacune d’entre elles, un thème spécifique relié à l’histoire économique locale est abordé. « Au Saguenay-Lac-Saint-Jean on est sur la ressource de l’eau, sur la Côte-Nord c’est les pâtes et papiers, détaille le directeur artistique du Théâtre PÀP Patrice Dubois. Au Bas-Saint-Laurent, on aurait pu choisir l’éolien ou la forêt, mais il nous est apparu clair qu’il fallait parler de souveraineté alimentaire. Parce que dans la souveraineté alimentaire il y a la rencontre entre la mer et les terres, entre le bas-pays et le haut-pays. »

Dans la salle, on trouvera une table ronde réunissant la restauratrice Colombe St-Pierre, le producteur maraîcher Donald Dubé (ferme du Vert Mouton), l’ancien leader des Opérations Dignité Pierre Dufort et l’autrice Stéphanie Pelletier. Cette dernière est une « personne clé » de cette démarche artistique, d’après Patrice Dubois : « Elle observe le monde en s’intéressant aux moindres gestes du quotidien. On est entrés dans le Bas-Saint-Laurent à partir de ses écrits. C’est pourquoi on s’intéresse aux petits gestes à l’échelle du village qui vont éventuellement changer les choses à plus grande échelle. »

Étant donné le contexte, les membres de la troupe permanente du Théâtre PÀP (nommée L’Ensemble) ne pourront pas être sur place mais auront recours à la technologie de la Station Scenic, développée par la Société des arts technologiques. Celle-ci permet de pousser beaucoup plus loin l’expérience de vidéoconférence que ne le fait l’application Zoom : « On va placer des écrans de chaque côté du Paradis, le public va être entre nous et les intervenants, explique Patrice Dubois. On va être à la même échelle, assis sur des chaises, comme si on était dans la salle. »

Une correspondance en fil rouge

Au cours de la soirée, une correspondance entre Stéphanie Pelletier et Stephie Mazunya, membre de L’Ensemble, sera d’ailleurs dévoilée. « Stephie vient du Burundi, elle est arrivée à Montréal pour faire son école de théâtre et ne connait du bas du fleuve que ce qu’elle en a lu, témoigne M. Dubois. Cette rencontre entre une personne déracinée de son lieu d’origine et une personne qui s’enracine dans le sien est en quelque sorte la colonne vertébrale de notre événement de jeudi. »

Pour la troupe, l’objectif de la soirée est avant tout de collecter du matériel pour écrire une pièce de théâtre qui pourrait voir le jour dans deux ans. Plus précisément, il s’agit de voir où est rendu le processus de souveraineté alimentaire du Bas-Saint-Laurent, de dresser le portrait des actions déjà entreprises et des obstacles qui se profilent.

L’entrée est gratuite, mais la distanciation sociale limite à 25 le nombre de spectateurs. Une discussion avec le public clôturera la soirée, au cours de laquelle les personnes présentes pourront donner leur opinion sur le thème de la souveraineté alimentaire. Il est possible de réserver sa place sur le site web du Théâtre du Bic, qui a collaboré à la réalisation de cet épisode de Radio-ressources. On pourra également suivre l’événement en ligne en ayant préalablement effectué une réservation sur le site web du Théâtre PÀP.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe