Les masses déshéritées mal informées puent de la tête

Les masses déshéritées mal informées puent de la tête

21 octobre 2020 par 


J’adore m’informer. L’info, j’en mange ! Un Sébastien Bovet entre deux biscottes, c’est   ce que je demande à Noël depuis dix ans. Je m’abreuve uniquement aux sources des médias-officiels-objectifs. Je fuis les théories conspirationnistes comme un médecin fuyait le Québec vers l’Ontario avant les négociations de sa nouvelle entente collective, quittant sa maison, sa famille, ses amis, ses paysages, sa langue, sa culture dans le but de s’établir dans une bourgade soporifique pour un salaire un ti-peu plus élevé. Pas fou. Sauf que j’avoue douter parfois de la cohérence des médias-officiels-objectifs. Mais je porte le masque, là !

Après avoir passé mon samedi après-midi à reproduire le visage de Paul Journet en macramé, j’aime bien prendre un p'tit litre d’Aperol Spritz et écouter les gars de La soirée est encore jeune. Ces boute-en-train osent se moquer avec éloquence des mercenaires des ondes de la radio de Québec qui prêtent le micro aux conspirationnistes. Ça fait du bien de rire des propos d’un Jeff Fillion ennemi de la science, des journalistes, de l’environnement. Après avoir rigolé de sa gueule grenouillée, j’écoute l’entretien avec un invité régulier qualifié « d’ami de l’émission, très attachant », selon les dires de l’animateur du média-officiel-objectif. Gérard Deltell, qui s’appelle. Pas certain de le replacer. Je fais mes propres recherches, tout en portant le masque et en étant bien conscient que la Terre a une forme ellipsoïdale ! J’apprends que ce Caïn canadien est non seulement membre du parti Conservateur, mais en plus, c’est un élu très influent puisqu’il est le leader parlementaire de l’opposition à la Chambre des communes. Il me semble qu’en matière d’ennemi de la science, des journalistes, de l’environnement, le Parti Conservateur est bien haut sur le podium, médaille d’or au cou, depuis un méchant  bout de temps, non? Quand ils étaient au pouvoir, on pouvait lire des trucs du genre : « Le gouvernement conservateur est accusé de museler ses scientifiques par un groupe de défense de l’environnement. », « L'attitude d'Ottawa est une menace pour la démocratie et une infraction à la Loi sur l'accès à l’information. » (Peut-être que l’animateur n’était pas au courant ? Se trouver beau est une activité chronophage.) Le Parti conservateur est-il un rassemblement de conspirationnistes institutionnalisés? Une bande de complotistes organisés et bien subventionnés carburant et promulguant des fake news? Le Parti conservateur n’est-il pas un safe space pour les Jeff Fillion and friends où l’on transforme fantasme biblique en projet de loi mammouth ? Impossible. L’équipe de cette émission d’un média-officiel-objectif, dénonçant les dangereux conspirationnistes, ne le qualifierait pas « d’ami de l’émission, très attachant, le meilleur ! », et ce, sans ironie dans une entrevue comico-complaisante qui donnerait envie même à Rosa Luxemburg de voter pour ce Noé à la coque percée.

Je ferme la radio et j’ouvre Télé-Québec, un autre média-officiel-objectif, pour regarder l’émission Dans les médias. J’arrive pile-poil. Les spécialistes éclairés critiquent les Trumpistes, les complotistes pis les masses déshéritées mal informées qui puent de la tête ! Tant mieux ! L’animatrice est en compagnie d’une dénommée Monique Jérôme-Forget. Pas certain de la replacer, je fais alors (encore !) mes propres recherches en portant deux masques assis sur une planète ellipsoïdale et très au courant que Michael Jackson et Adolf Hitler sont bel et bien aussi morts que l’enthousiasme de Normand Brathwaite. J’apprends que Monique est l’ancien bras droit de Jean Charest et maintenant collaboratrice régulière comme analyste politique à l’émission. Si je comprends bien, cette vieille taupe arrogante a été ministre des Finances et présidente du Conseil du trésor sous Charest, qui est aussi corrompu par le mal qu’un foie cirrhosé par l’alcool frelaté. Elle a également été capitaine de la fameuse réingénierie de l’État et associée à une fraude présumée qui aurait eu lieu sous sa gouverne à la Société immobilière du Québec. Cette face de joker souriante devant la tragédie est comparée à Margaret Tatcher, la dame de fer encore plus crainte que la petite vérole. Cette soubrette du capital s’est donc engagée en politique pour vendre le bien public à des intérêts privés faisant évidemment de nombreuses victimes parmi les masses déshéritées mal informées qui puent de la tête. Un spadassin qui passe par l’État pour légaliser le meurtre de gens vulnérables auxquels aucun pont ne rendra hommage. Meurtres portant le doux nom de « rationalisation des dépenses publiques ». C’est ça, l’alternative à la désinformation des complotistes ? Impossible qu’un média-officiel-objectif nous impose l’opinion hautaine d’une Gorgone de l’enfer ! Je fouille sur le site de l’émission en question et je découvre quelques-uns de leurs invités : Éric Duhaime, que je croyais être un complotiste, et Maxime Bernier, lubrifiant pour l’extrême-droite et canon à fake news, venu faire la promotion de sa chaine d’information Youtube. C’est là qu’on constate les limites des Décrypteurs.

Je zappe jusqu’à TVA-diffuseur-d’émotions pour zieuter un téléroman rassurant où j’aurai peut-être la chance de voir un personnage interprété par une vedette omniprésente mourir du cancer de la colonne vertébrale. Faut bien se divertir, parfois. Je tombe plutôt sur la fin du bulletin d’information de ce média-officiel-objectif-émotif. La journaliste s’entretient avec des représentants de l’Institut économique de Montréal (IEDM) et de l’Institut Fraser. Ces gentils binoclards critiquent les mesures environnementales trop sévères et défendent un projet d’oléoduc.  Je mets un troisième masque, bien au fait que le monde n’est pas gouverné par des reptiles mais par des requins de la finance, et je fais mes propres recherches sur ces institutions. J’apprends que ces deux think tanks néolibéraux, l’IEDM et l’Institut Fraser, ont répandu des contre-vérités sur le réchauffement du climat et qu’ils sont financés notamment par des magnats du pétrole. Mais nos médias-officiels-objectifs les invitent en tant qu’experts. Si eux sont des experts-objectifs-fiables, j’imagine qu’on peut aussi qualifier Michael Jackson de pédiatre-amateur-maison et Hitler d’ingénieur efficace en génie civil.

Dans le fond, c'est pas ben ben compliqué de bien s’informer. Il suffit de quitter sa job. Prendre cinq jours par semaine à temps plein pour lire-regarder-écouter les médias-officiels-objectifs ainsi que deux autres jours pour faire quelques recherches complémentaires dans des livres et en visionnant des documentaires. Ne plus s’occuper de ses enfants. Annuler ses vacances en famille. Abolir toute activité qui n’est pas en lien avec l’information. Suivre des personnalités médiatiques sur Twitter. Se fier aux experts. Manger en écoutant des podcasts. Ne pas toujours se fier aux experts. Chiller à la cafétéria de Radio-Canada avec bloc-notes en émettant des « psst! ». Et diversifier ses sources en s’abonnant à plusieurs médias-officiels-objectifs comme Le Devoir, Le Monde-Diplomatique, Le Hindustan Times, Le Washington Post (un des journaux les plus influents du monde qui selon mes recherches appartient à Jeff Bezos l’homme le plus riche du monde). Faque comme nous disent les experts : si les masses déshéritées mal informées puent de la tête, c’est parce qu’ils l’ont choisi.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe