dernier numéro

Vol XXVI No 1, septembre-octobre 2020, Diverses nouvelles

Police illimitée

Police illimitée

21 septembre 2020 par 

Arrêtons de donner des peanuts à la pôvre police si on veut qu’elle joue son rôle de barrière divine devant le chaos universel qui règne à chaque coin de rue! À Montréal, le SPVM a vu son budget majoré à 665 petits millions pour l’année 2020, celui de la Sûreté du Québec a atteint 1,1 petit milliard et celui de la GRC a augmenté de 32 % ces dernières années et compte presque 4 petits milliards… Du vulgaire screening! Je propose un budget illimité pour la police. On leur donne le NIP du Canada. Voilà! Pis on compensera ailleurs. On coupera dans des niaiseries comme la culture pis l’environnement, pis on vendra des affaires inutiles qui nous coûtent trop cher comme le Manitoba pis le Nouveau-Brunswick. On vend ça à la Chine.

Y faut donner un budget illimité à police! C’est la police qui nous protège de nous-mêmes contre la nature humaine. Moi, la seule raison qui m’empêche d’aller chez mon voisin pour le gunner dans nuque comme une perdrix, c’est la police. Cachée dans le garde-robe, c’est elle qui me dit : « Heille Fred, fais pas ça! Non! » C’est pas l’empathie, la compassion, l’éthique, l’éducation, c’est la police qui m’en empêche. Pus de police, je sors en courant combler ce besoin naturel.

Ça prend plus d’argent à la pôvre police pour avoir un meilleur équipement et mieux se défendre contre les dangereux manifestants! « Solidarité! » Des malades! Ces manifs-là, c’est rempli de femmes enceintes communistes qui ont possiblement un bébé kamikaze dans le ventre. Ces bébés-là, y se font jamais fouiller. Facile pour une communiste de se servir de son vagin soviétique comme d’un bazooka pis de catapulter le bébé kamikaze vers les policiers sans défense. Ça prend de nouveaux équipements de pointe, comme des petites menottes pour bébé. Menottes pour bébé non genrées, j’suis progressiste. C’est pas parce qu’on menotte des bébés sans âme qu’on va arrêter d’être woke! Les grosses menottes de police, tu mets ça au bébé pis à cause de ses petits poignets tout maigres de communiste, ça glisse, pis quessé ça fait un bébé communiste dès que ses mains sont libres? Ça tue une police pis le capitalisme!

Si la police était pas là, qui protégerait les vitrines des multinationales pendant les manifestations? Combien de jeunes ont vandalisé des pauvres matraques avec leur tête dure? La police est trop gentille. Elle utilise même des gaz lacrymogènes. Savez-vous ce que ça veut dire « lacrymogène »? Ça signifie littéralement « qui fait naître des larmes ». C’est un poème! C’est pour ça que les yeux des manifestants coulent, y sont émus. Du p’tit gaz poético-chimique qui colle aux muqueuses avec du piment de Cayenne… Ça fait juste transformer une manif plate en fiesta mexicaine. Des Antifas caliente! C’t’une recette de Ricardo. Petite note culinaire : quand une police réduit un manifestant en guacamole, ça se fait sans avocat.

Une chance que la police est là pour protéger les riches contre les pauvres. C’est dangereux des pauvres, y veulent manger les riches. J’ai vu ça sur des pancartes de manif : « Eat the rich! ». Quessé ça? Un tartare de cul de Saputo? Manger des fions de fleurons? Voyons donc! Un cul, c’est pas fait pour être mangé, c’est fait pour être liché. C’est pas moi qui le dis, c’est la devise des HEC.

Ces dernières années, on a vu l’apparition de police à vélo qui revalorise le port du mollet, de police cool en skateboard pour une répression équilibrée, y manque juste la police en mongol-fier pis on réalisera que le seul problème se situait sur le plan du transport. Mais les ultra-gauchistes veulent pas mettre un peu d’eau dans leur cocktail Molotov. Y sont même contre les Taser guns. Vous êtes écolos oui ou non? Un Taser, c’est un pistolet électrique pour une police qui protège la planète! Électrifier les armes grâce à Hydro-Québec pour tuer des sans-abri en psychose, c’est le meilleur moyen de réduire nos émissions de GES.

Évidemment, les communistes nous diraient qu’on peut prendre une partie des milliards de dollars des budgets de la police et la déplacer vers des mesures préventives qui permettraient aux gens d’accéder à des logements sains, à la sécurité alimentaire, à des salaires suffisants pour vivre, à des soins de santé mentale, à l’éducation, ce qui ferait descendre le taux de criminalité et augmenter la justice sociale, en plus de faciliter le travail des policiers, mais c’est pas ça qu’on veut. C’est pas caliente!

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe