dernier numéro

Vol XXVI No 1, septembre-octobre 2020, Diverses nouvelles

Redécoupage électoral : les milieux villageois finalement épargnés

Redécoupage électoral : les milieux villageois finalement épargnés

L'auteur est journaliste de l'Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada
18 août 2020 par 


Dans une spectaculaire volte-face, le conseil municipal de Rimouski a abandonné l’idée de chambouler la carte électorale en vue des élections municipales de 2021, et a proposé un redécoupage qui affecte beaucoup moins les deux milieux villageois que sont Sainte-Blandine et Le Bic.

Alors que jusqu’à présent, le maire Marc Parent insistait sur l’importance de rééquilibrer les populations respectives des différents districts, la nécessité de respecter des « critères socio-économiques » était omniprésente dans son discours de présentation du nouveau redécoupage, lors de la séance publique du conseil municipal lundi soir.

C’est bien simple, le projet qui a tant fait parler depuis plusieurs mois a tout bonnement été jeté à la poubelle. La carte électorale dévoilée hier se base sur les limites des districts de 2016 et ne modifie presque plus les quartiers centraux.

Dans cette nouvelle mouture, les districts de Sainte-Blandine/Mont-Lebel et du Bic sont toujours agrandis, mais nettement moins que ce qui était proposé jusqu’alors. Exit l’idée de casser le quartier Sacré-Cœur en deux et de transférer la partie ouest au Bic : un compromis a été trouvé, dans lequel le secteur de l’Anse-au-Sable deviendrait bicois. Ce choix est logique, à en croire le maire Parent, car on retrouve là « des fermes agricoles, des chalets, un terrain de camping », c’est-à-dire « la même réalité socio-économique que ce qu’on trouve au Bic ».

Des changements « normaux »

286 électeurs·trices seraient ainsi transféré·e·s vers le Bic selon le conseiller de Sacré-Cœur Sébastien Bolduc, qui pense qu’« on est dans l’ordre des changements normaux qui se sont effectués à chaque élection ». Silencieux sur ce dossier jusque-là (et critiqué par des citoyens à cet effet), M. Bolduc en a profité pour faire savoir qu’il était opposé au premier projet de redécoupage.

Selon la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, aucun district ne devrait avoir une population de plus de 15% inférieure ou supérieure à la moyenne des districts, sauf exceptions liées au sentiment d’appartenance ou à des barrières naturelles, entre autres. Sainte-Blandine/Mont-Lebel avait une population de 38% inférieure à cette moyenne, et Le Bic de 33%. Le nouveau découpage ramènerait cet écart à 25% dans les deux cas. 

« Ce qu’on veut être capable de dire à la Commission [de la représentation] électorale, c’est qu’on est allé à l’extrême limite de ce qui est acceptable si on ne veut pas toucher de façon majeure au tissu socio-économique », a dit M. Parent qui a mis plusieurs fois en garde les citoyen·ne·s contre le risque de confier le redécoupage à des « fonctionnaires de Québec » (ce qui arrivera si 245 lettres d’opposition sont envoyées à la Commission), dans ce qui sonnait comme un ultimatum à la population.

Encore de la dissidence?

Si le maire a évoqué un « compromis parfait », on peut se demander pourquoi ce n’est pas lui qui a été proposé dès le départ. Citoyen de Sacré-Cœur et ancien conseiller municipal du Bic, Jean-Roch Côté a qualifié le premier projet de « mauvais ballon d’essai » et de « coup raté ». Le Mouton Noir a contacté plusieurs personnes qui se sont opposées au redécoupage, mais elles ont dit vouloir prendre le temps d’analyser le nouveau règlement du conseil municipal avant de se prononcer. Celui-ci devrait être publié ce mercredi. 

De son côté, la conseillère Virginie Proulx a parlé de « victoire pour la mobilisation citoyenne » mais a refusé de donner son aval à la nouvelle carte électorale, dans la mesure où celle-ci ne respecte toujours pas la promesse des anciens maires Forest (Rimouski) et Gauthier (Le Bic) de ne pas toucher au territoire de l’ancienne municipalité. « Tant qu’à demander l’exception pour Le Bic, pourquoi ne pas avoir tout simplement respecté l’intégralité du territoire? a-t-elle questionné. Qu’est-ce que ça aurait changé? »

Mme Proulx a rappelé que lors de la consultation publique menée sur la plate-forme Zoom, les citoyen·ne·s ont demandé à ce que le redécoupage électoral soit issu d’une « réflexion commune » impliquant la population. « Je pense qu’on pourrait éviter beaucoup de désagréments, et des pertes de temps et d’argent si on pouvait travailler d’emblée avec les citoyens avant de mettre en place de tels règlements ayant un impact important pour plusieurs, puisque ça touche leur sensibilité et leur identité. »

Enfin, en parlant d’identité, le conseil municipal a retiré un autre irritant de son règlement : les noms des 11 districts resteront finalement les mêmes lors de la prochaine élection, le 7 novembre 2021.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe