Les conspirationnistes cherchent à noyauter le mouvement anti-loi 61

Les conspirationnistes cherchent à noyauter le mouvement anti-loi 61

L'auteur est journaliste de l'Initiative de journalisme local, financée par le Gouvernement du Canada
12 juin 2020 par 


« Nous autres, les citoyens ordinaires, on est obligés, après notre journée d’ouvrage, de faire des vidéos pour renseigner les gens […]. Parce qu’il y a des choses pas d’allure qui se passent, et la télé n’en parle même pas. »
Le couple formé de Régis Grosset et Paméla Bouchard, de Saint-Marcellin, est très actif sur les réseaux sociaux. Dans une vidéo, il appelait par ces mots la population à venir manifester contre le projet de loi 61 devant le bureau du député de Rimouski Harold LeBel. Ce que quelques dizaines de personnes ont fait, lundi 8 juin.

On ne présente plus le projet de loi 61, qui choque énormément de monde au Québec. En vertu de celui-ci, le gouvernement provincial veut s’octroyer des pouvoirs extraordinaires dans le but de relancer le plus rapidement possible l’économie du Québec. Ce qui provoque une levée de boucliers. « Vous avez raison de vous inquiéter du projet de loi 61 », écrivait mercredi Gabriel Nadeau-Dubois aux abonnés de sa page Facebook. Harold LeBel a vertement critiqué le gouvernement caquiste : « Passer par-dessus des règles éthiques, s’ouvrir à la corruption et à la collusion, jamais on n’embarquera là-dedans. »

Toutefois, les personnes qui flirtent avec le conspirationnisme se sont emparées du sujet particulièrement rapidement. Après avoir consulté leurs profils Facebook, on peut considérer que le couple de Saint-Marcellin, qui est également engagé contre la 5G, entre dans cette catégorie.

Quelques exemples de ce que Paméla Bouchard a partagé depuis le début du mois? Une image montrant un couvre-visage et expliquant que celui-ci est dangereux, car il ne retiendrait pas les virus et ferait respirer son propre CO2 à son porteur. Une vidéo YouTube disant que « Trudeau enrichit [Bill] Gates ». Un article nommé « Suède : l’épidémie se termine même sans confinement », ayant été déclaré « information partiellement fausse » par Facebook. Un message sous-entendant que les vaccins sont dangereux, car de nombreuses substances sont alors injectées dans le corps des enfants…

Son conjoint (qui a 3328 amis Facebook) n’est pas en reste : il parle de « pseudo-pandémie » et publie notamment du contenu d’Alexis Cossette-Trudel, que La Presse décrit comme « la tête d’affiche québécoise d’un écosystème de médias alternatifs qui propagent allègrement des thèses conspirationnistes », et dont l’auditoire a explosé pendant la pandémie de covid-19. (À titre d’exemple, au mois d’avril, M. Cossette-Trudel prétendait « [révéler] les accointances pédophiles de Justin Trudeau ».)

Cette semaine, Paméla Bouchard a été temporairement co-organisatrice d’un rassemblement contre le projet de loi 61 lancé sur Facebook par une citoyenne de Rimouski, Marie Boirot, après que cette dernière ait sollicité de l’aide pour organiser l’événement sur le groupe du mouvement Rimouski en transition. Mais il y a finalement deux événements distincts ce vendredi à 13h : « Les bureaux du député étant fermés le vendredi, j’ai décidé de tenir [mon rassemblement] devant le ministère [de l’Environnement], explique Mme Boirot. Paméla et son conjoint ont décidé de manifester aux bureaux d’Harold [LeBel]. »

La cohabitation entre les deux groupes n’aurait probablement pas été facile : Marie Boirot conseille aux participants du rassemblement de ne pas oublier leur masque, alors que Régis Grosset et Paméla Bouchard ridiculisent l’utilisation de celui-ci.

Une mouvance qui prend beaucoup de place 

La prise en main du combat anti-projet de loi 61 par des personnes propageant des discours conspirationnistes n’est pas propre au Bas-Saint-Laurent. La fin de semaine dernière, une manifestation a été organisée à Val-David dans les Laurentides, au cours de laquelle Jean-Jacques Crèvecœur a pris la parole.

Ce Belge d’origine se décrit comme « conférencier et formateur en développement personnel » selon la RTBF, qui explique qu’« il fait croire à son auditoire que l’épidémie actuelle correspondrait à la mise en place d’une "dictature 3.0" afin de nous vendre des vaccins au bénéfice de Bill Gates, et de nous injecter un "gel nanotechnologique" pour nous identifier numériquement, grâce à la 5G. »

« Dans le contexte du confinement, on peut se sentir impuissant, et à la merci des décisions gouvernementales qui nous échappent. Crèvecœur nous dit que les autorités nous prennent pour des imbéciles et qu’il va nous révéler la vérité. Du coup, nous nous sentons plus malins et investis du devoir de partager cette vérité avec nos proches », explique un professeur de psychologie sociale à l’Université libre de Bruxelles, Olivier Klein, cité par la RTBF.

M. Crèvecœur (dont Paméla Bouchard et Régis Grosset publient régulièrement des vidéos) fait partie des administrateurs de la Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple (FDLP) qui poursuit le gouvernement du Québec, arguant que les mesures prises pour combattre l’épidémie de covid-19 étaient exagérées. 

La FDLP conteste également le projet de loi 61. Son président, Stéphane Blais, a déclaré que la covid-19 est un « coup d’État international ». Également chef du parti Citoyens au pouvoir, M. Blais intervient régulièrement au micro de la chaîne YouTube « alternative » Le Stu-Dio, de l’animateur très critique de l’immigration André Pitre.

Pour mener à bien sa poursuite, la FDLP a déjà collecté 350 000 $. Une somme importante, mais pas étonnante lorsqu’on sait que nombre de Québécois se questionnent légitimement sur le bien-fondé de mesures de confinement appliquées partout sans distinction et sur le projet de loi 61.

En voguant sur ces thèmes, les conspirationnistes de tout poil devraient parvenir à agrandir leur auditoire. On imagine déjà la suite : ils pourront lui présenter de nombreuses autres théories… Si la pandémie de covid-19 s’essouffle au Québec, celle de fausses nouvelles est loin d’être finie.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe