Parler de sa solitude

Parler de sa solitude

12 mai 2020 par 

PHOTO: Samuel Lepage


Pendant la pandémie, plusieurs artistes ont fait paraître des pièces de « confinement », mais il y a aussi des hasards et une part d’intuition collective. Pendant l’hiver 2020, des jeunes de 18 à 35 ans, invités à prendre la parole à travers l’art, ont travaillé à un projet culturel à caractère social : Passeport Kulture. Le projet a donné lieu à la création collective d’une chanson ayant pour titre « Soli(tu)de? », lancée au tout début du confinement. Une œuvre touchante non seulement en raison du duo de belles voix, mais par l’authenticité des images du vidéoclip que le groupe a tourné, dans lequel on voit des visages qui ne cherchent pas à « jouer » pour la caméra, mais à se montrer tels qu’ils sont.

Pour Isabelle Fortier, intervenante en art social qui a accompagné le collectif, « le but en art social n’est pas nécessairement d’avoir une œuvre de qualité à la fin, le chemin que font les participants est vraiment important. » Le Carrefour jeunesse emploi, qui chapeautait le projet grâce au budget du ministère de la Culture (programme Culture et inclusion), est impressionné par l’impact de Passeport Kulture sur les jeunes : confiance, capacité de travailler en équipe, de rencontrer l’autre, de reconnaître ses forces, sentiment d’être reliés à un groupe, espace d’expression de soi.

Selon Isabelle, même si l’objectif premier n’était pas de rapprocher les participants du monde du travail, le sentiment d’accomplissement permet de développer des compétences qui peuvent se redéployer dans le cadre d’un emploi. Et sur le plan artistique, « les jeunes deviennent plus conscients de la façon dont ils peuvent se nourrir sur le plan culturel , localement, et même devenir eux-mêmes créateurs de culture. » Le programme incluait cinq visites d’arrière-scènes qui ont, par exemple, permis au groupe d’assister à une réunion de production au Théâtre du Bic et de s’initier à la technique du son et de l’éclairage chez Spectart. Les participants pouvaient également être jumelés avec un artiste. Les mentors (photographe, scénariste, musicien, auteur, artiste en arts visuels, etc.) n’avaient pas le mandat de les « professionnaliser », ce qui fait dire à Isabelle Fortier que certains mentors ont été déstabilisés, ont dû s’éloigner de l’idée de la performance pour revenir à l’essentiel, peut-être dialoguer avec le participant à travers l’art, accompagner.

Pourquoi créer une œuvre qui traite de solitude? Ce thème, au cœur des préoccupations des participants, s’est imposé collectivement. Il a généré beaucoup de matériel qui a servi à l’écriture de la chanson, confiée à deux d’entre eux. Le texte, qui prend le parti de « ceux qui en arrachent, ceux qui ont pas de place ou ceux qui ont pas de cash », contraste avec la luminosité de la neige sur laquelle les images du vidéoclip furent tournées et qui ancre sans contredit dans l’espoir.

Chapeau à ce collectif! Si les jeunes ont touché à quelque chose de profond en eux en choisissant de parler de leur solitude, ils ont su transmettre sans fioritures leur authenticité, leur voix, leur visage « vrai ». Être vrai, n’est-ce pas un peu une façon d’être moins seul?

Isabelle Fortier se dit « subjuguée, encore une fois, par la beauté et l’émergence créées par des individus rassemblés mettant leurs forces à profit pour un but commun. Un microcosme de ce qu’on peut faire ensemble pour le changement social dont on a besoin ».

Le groupe a entre autres eu le soutien d’Antoine Proulx pour la vidéo et de Sylvana White pour l’enregistrement. Pour voir le vidéoclip : https://www.youtube.com/watch?v=B98pze20FD4

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe