Votez, c’est magique!

Votez, c’est magique!

12 septembre 2019 par 

Comment reconnaît-on un idiot pendant les élections? C’est celui qui dit : « Peu importe pour qui vous votez, l’important c’est de voter ». Quand on touche le fond du baril, cette phrase-là nous sert de pelle pour aller plus creux. Alors vaut mieux voter pour quelqu’un qui nuira au bien commun, comme Maxime Bernier, que de ne pas voter? Donc, le plus important dans le fait de voter, c’est le vote. C’est fabuleux. Comme de dire : « Peu importe ce que tu manges, l’important c’est de manger. — Crisse, y’est en train de licher une tige d’uranium dans un restaurant de Tchernobyl. — L’important, c’est de manger, pis y’a l’air en forme pour un vieillard. — Y’a 21 ans ». Votez Maxime Bernier.

« Mais au pire, vote pour le moins pire. » Ça fait plus de 150 ans que les deux mêmes partis politiques fédéralistes et capitalistes s’échangent le pouvoir au Canada grâce à la tactique du « moins pire ».

C’est-tu écrit dans la Bible? Jésus l’a dit? « Allez voter mes tabarnaks. » C’est aussi le jour où y’a inventé les sacres. Notre système démocratique comme notre système économique ont été créés par Dieu, tout comme le système solaire et la force gravitationnelle. Si tu votes pas, Dieu va mourir, les étoiles vont tomber, les morts vont renaître, L’Auberge du chien noir va revenir en ondes!

Sur des sites comme Élections Québec, on nous dit que voter aux élections, c’est exprimer son opinion, contribuer au bon fonctionnement de notre société, donner son point de vue sur la façon dont sont administrés les programmes sociaux et nos revenus collectifs, etc. Tout ça avec un X en quatre ans? Eh ben! Mon X, c’est un X-Men! Mon super X a orienté les négociations pour le nouvel ALENA? Celui qui représentait le Québec pour « le dossier économique le plus important de l’histoire du Canada depuis 25 ans » était le non-élu Raymond Bachand (ancien ministre libéral sous Charest et maintenant lobbyiste pour Bombardier). J’imagine que monsieur Bachand, qui a reçu près de 700 000 $ d’honoraires en 12 mois, de nos poches, a tenu compte de mon vote pour Manon Massé, y’a quatre ans?

Ils veulent qu’on associe « voter » avec « changement », « bon-pour-toi », « dans-ton-intérêt », nous laissant croire que le simple geste de voter va obligatoirement améliorer les choses. La pensée magique du vote. Le fétichisme du vote. Est-ce Alain Choquette qui comptabilise les bulletins de vote?

Un concept très important à intégrer : on vit en démocratie! On nous le répète, depuis un bout même. À Athènes, alors que les femmes et les esclaves n’avaient pas le droit de vote, on vivait en démocratie. Pendant la révolution industrielle, les travailleurs immigrants et les femmes n’avaient pas le droit de vote, on vivait en démocratie. Au Canada, les femmes et les Autochtones n’avaient pas le droit de vote, on vivait en démocratie. Aux États-Unis, on envoyait des soldats noirs, qui n’avaient pas le droit de vote, défendre la démocratie au Vietnam. Pis aujourd’hui, dès qu’une agence de notation supranationale nous avertit que notre cote peut baisser, on tombe en austérité, mais on vit en démocratie. Aujourd’hui à Athènes, y’a pu d’esclaves pis les femmes ont le droit de vote, mais c’est l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le FMI qui décident des politiques économiques du pays. On vit en démocratie parce qu’à l’intérieur du McDo, on peut voter entre un Big Mac ou un MacPoulet! Mais en fait, peu importe pour qui tu votes à l’intérieur du fast-food, Big Mac ou MacPoulet, ben au final, tu votes pour le McDo.

Le vote dans notre système démocratique libéral est un désengagement citoyen. J’ai pas besoin de m’engager dans rien. J’suis full zen. Je vote, puis je lâche prise. C’est plein de gens bienveillants qui vont s’occuper de mes intérêts. C’est souvent des banquiers qui sont là, faque les intérêts, y connaissent. Après la simplicité volontaire, moi, je choisis la servitude volontaire. On t’incite pas à voter en se souciant de ton bonheur, mais pour avoir un taux de participation assez élevé qui justifiera leur démocratie libérale. Si le taux de participation descend à 5 %, y vont-tu encore dire : « le peuple a parlé », « élu démocratiquement », « avec 35 % du 5 %, nous avons une majorité claire ».

Aux apôtres bandés du vote à tout prix pour n’importe qui, allez donc dans l’isoloir, faites trois X, masturbez-vous pis lâchez-nous avec vos fantasmes bourgeois.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe