dernier numéro

VOL XXIV No. 2 Éducation et solidarité internationale

Des bons coups dans nos écoles!

Des bons coups dans nos écoles!

5 novembre 2018 par 

PHOTO: Caroline Jacques


Pour ce dossier sur le rôle de l’éducation, j’ai rencontré les porteurs de deux initiatives scolaires inspirantes et qui ouvrent les perspectives des élèves sur le monde qui les entoure. En développant des connaissances sur le fleuve Saint-Laurent ou en stimulant une curiosité pour le journalisme, ces projets scolaires influencent inévitablement chez les jeunes leur compréhension du monde et leur relation avec lui.

Mon école, mon fleuve… notre avenir!

Certifiée « école bleue » depuis 2007, l’école primaire du Grand-Pavois de Rimouski met de l’avant des activités pédagogiques liées à l’eau et à sa préservation : des recherches, des présentations, des rencontres avec des spécialistes, etc. De plus, depuis 2015, les élèves ont peint les murs de l’école afin d’illustrer la biodiversité, la géographie et l’histoire du fleuve Saint-Laurent.

Quand on se promène sur les trois étages de cette école, une magie opère. Des poissons, des oiseaux, des bateaux, des plantes marines, des fonds marins. La vie qui se cache dans le fleuve colore le quotidien des enfants et du personnel. Certainement un moyen positif de créer un sentiment d’appartenance à cet écosystème! Selon Geneviève Couillard, enseignante, l’ensemble des activités permet aux enfants de comprendre l’importance du fleuve et l’impact que nos comportements ont sur lui. De plus, certains élèves vont par exemple sensibiliser leurs parents à la maison, aux moyens de diminuer la consommation d’eau.

Pour la réalisation de la murale, les élèves sont accompagnés par deux artistes, Caroline Jacques et Gervais Bergeron, tandis que les enseignants assurent une transmission de savoirs aux élèves et les aident dans leurs recherches.  

« On voulait en savoir plus sur le béluga. On a fait des recherches et on a trouvé plein de choses. Moi, je ne savais pas que le béluga était en voie de disparition. » – Élève

Pour la dernière phase du projet, un comité travaille sur la rédaction d’un guide didactique qui permettra de léguer les connaissances aux futurs enseignants et aux élèves, mais également d’inciter d’autres écoles à suivre cette direction. Selon Caroline Jacques, ce guide facilitera la pérennité du projet et l’approfondissement des connaissances sur le fleuve, notre relation avec lui et la motivation à en prendre soin.

Une agence de presse unique en région !

À l’école secondaire du Mistral à Mont-Joli, dès le deuxième secondaire, des élèves ont la chance de s’initier aux tâches qui relèvent de la presse : réaliser des entrevues, faire de la vidéo, de la photographie, du montage, etc. En plus d’assurer une couverture des activités dans l’école, ils rencontrent des acteurs du milieu liés à des thématiques variées et réalisent des reportages qui sont ensuite diffusés par différents médias : radio, réseaux sociaux, journaux, etc. De plus, chaque année, les élèves réalisent des projets en partenariat avec des acteurs externes, comme COSMOSS, avec qui ils réaliseront des capsules vidéo sur l’intimidation.

L’agence de presse est intégrée à un cours et dirigée par Alexandre Lavoie, enseignant depuis dix-sept ans au Mistral. Ce dernier a été interpellé par l’importance de développer la fierté des élèves pour leur école et leur communauté. Il a donc mis sur pied, avec sa collègue Johanne Lévesque, le projet d’agence de presse afin de mettre en lumière des sujets d’actualité ou des réalisations des jeunes. L’enseignant distribue les tâches en considérant les personnalités et les forces de ses élèves.

« Il y en a pour qui le CIA [l’agence] sauve leur motivation, et l’expérience devient une motivation à venir à l’école. » – Alexandre Lavoie, responsable de l’agence

Au-delà du développement des compétences techniques et de communication, le professeur fait régulièrement des retours avec les élèves sur les reportages, ce qui leur permet de développer un regard critique. Par exemple, ils ont récemment réalisé des entrevues avec cinq des sept candidats aux élections provinciales, ils ont diffusé le tout sur les réseaux sociaux. De retour en classe, ils ont discuté des enjeux liés aux élections, puis voté pour leur candidat préféré.

L’agence rêve d’avoir plus de matériel, ce qui permettrait de renforcer cette initiative plus que positive pour l’école et la communauté.

La portée de ces deux initiatives sur les jeunes et leur milieu de vie permet d’observer concrètement l’influence transformatrice que peut avoir le système scolaire si une préoccupation citoyenne est intégrée aux activités pédagogiques réalisées en classe et ancrée dans le territoire.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe