dernier numéro

Vol XXIV No 5, mai-juin 2019, Plein feu sur le KRTB

Un artiste rimouskois en inde

Guillaume Dufour Morin

Un artiste rimouskois en inde

19 mars 2018 par 

Performance du 12 janvier, où l’on voit Guillaume Dufour-Morin couché au sol, avec des poussières ramenées vers lui. PHOTO : JONATHAN M. ROY

Mais où est donc Guillaume Dufour Morin? Depuis le 29 décembre 2017, l’artiste de l’art action, originaire de Causapscal et vivant à Rimouski, est en résidence d’artistes au Healing Hill Art Space (HHAS) à Morni Hills, en Inde. Au terme de son séjour, le 19 février 2018, il aura réalisé un projet de performance d’envergure, en plus d’avoir présenté un atelier et des œuvres en solo ou en collectif dans les villes de Chandigarh, de Jaipur, d’Imphal et de Delhi.

Les aspects clés de la résidence

Invitée par l’artiste indien Harpreet Singh, fondateur et directeur de l’organisation hôte, l’artiste, chercheure et activiste culturelle métisse Julie Fiala (Ontario) assure le commissariat de la programmation Reliances. D’une durée de sept semaines, le programme se compose d’activités de recherche en résidence, de production et de diffusion d’œuvres et d’ateliers d’art performance, principalement sous la forme d’événements artistiques multipliant les contextes de diffusion et d’activités pédagogiques dans des institutions d’enseignement et en résidence.

Cinq artistes professionnels du Canada, Guillaume Dufour Morin, Julie Fiala, Ange Kindrachuk, Julie-Isabelle Laurin et Jonathan M. Roy font partie de la programmation privilégiant la rencontre interculturelle avec les communautés indiennes, particulièrement celles de Morni Hills et de Chandigarh. L’artiste allemande Beate Linne, les artistes indiens Harpreet Singh, Johnson Phaomei et Raashish India, ainsi que l’artiste néo-zélandaise Rewa Walia, originaire de l’Inde, participent également à l’événement.

Que signifie le vocable reliances (ou barosa en hindi) au cœur de la programmation? Nous pourrions tenter de le traduire par « interdépendance, confiance, différence et interaction », car le projet de résidence souligne l’importance de l’écoute et du partage des savoirs dans un processus de création qui rejette l’appropriation culturelle tout en marquant l’altérité.

La Nouvelle Hygiène : un répertoire des pratiques saines

Dans son ensemble, le projet de résidence de Guillaume Dufour Morin s’inspire de deux œuvres de Mierle Laderman Ukeles, artiste féministe de la performance du maintenance art. Proposant une rencontre entre l’art et la vie, les réalisations de l’artiste donnent lieu à des sculptures sociales vivantes, à des archives et à des artefacts interrogeant facétieusement et allusivement, par des dramatisations en dérive, des transgressions anti-spectaculaires ou des bizarreries en trompe-l’œil, la culture de la réglementation corporelle au quotidien et ses traces (monuments, bibliothèques, patrimoines, etc.).

Un événement d’envergure internationale

Au cours de son projet de résidence au HHAS soutenu par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Guillaume Dufour Morin approfondira sa réflexion sur l’imaginaire de la maintenance hygiéniste en critiquant « l’aseptisation de l’être » et la gestion des corps dans l’espace domestique et urbain. Partant de l’idée que les normes hygiéniques sont des construits sociaux performés, il rencontrera des Indiens et des Indiennes pour valoriser leur rituel d’hygiène quotidien afin de mettre en valeur leur esthétisme et leur altérité dans ses productions. L’artiste de la relève souhaite exécuter des « captations » de gestes d’épuration et élaborer des reconstitutions créatives, mises en série dans des performances de groupe dirigées, axées sur le rejet du colonialisme et de l’uniformisation culturelle tels qu’ils pourraient se manifester au contact de la culture indienne.

Guillaume Dufour Morin est un artiste contemporain reconnu dans le Bas-Saint-Laurent. Sa pratique en arts visuels unit l’art action et la création littéraire conceptuelle. Il a présenté son travail de performance dans de nombreux festivals à l’étranger (Slovaquie, 2016; Serbie et Pays-Bas, 2017). Son séjour en résidence et sa participation à la programmation Reliances ont déjà des retombées : l’artiste sera commissaire émergent lors de l’édition 2018 de la Morni Hills Performance Art Biennale du HHAS à l’automne.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe