Coiffure B Jérôme devient Salle d’exposition B : concept novateur au centre-ville

Coiffure B Jérôme devient Salle d’exposition B : concept novateur au centre-ville

Entretien avec Jeff Alarie, directeur, artiste et coiffeur
18 janvier 2018 par 

Photo: radiocanada.ca

Jeff Alarie, artiste sculpteur et peintre, et « coiffeur par accident », s’est lancé dans le projet sur un coup de tête : ouvrir, avec Jérôme Bérubé, propriétaire de Coiffure B Jérôme à Rimouski, une toute nouvelle salle d’exposition au cœur d’un salon de coiffure. Un coup de tête averti s’il en est : Jeff connaissait Jérôme pour travailler dans son salon et y exposait déjà des œuvres, dont certaines trouvaient preneur dans le cadre impromptu d’une coupe ou d’une couleur. La disponibilité d’un local adjacent au commerce, plus grand et davantage ouvert sur l’artère Saint-Germain Est, a certainement motivé les deux hommes à mettre en branle leur projet : à peine quatre mois séparent l’idéation de la migration complète à la nouvelle adresse et l’inauguration, le 26 novembre dernier!

Concept novateur

Bien qu’il réponde à des besoins différents, le concept de salle d’exposition n’est pas sans rappeler l’ingéniosité des espaces de travail collaboratifs où plusieurs petites entreprises se partagent des aires communes pour avoir accès à plus de services sous un même toit. À la Salle B, on partage bel et bien le pied carré, mais ici, les expositions côtoient les espaces de travail. La clientèle peut observer certaines œuvres, alors que les curieux peuvent entrer dans le salon de coiffure pour une visite.

Si l’idée peut faire sourciller, il faut savoir que la pièce est non seulement grande, mais conçue dans un style modulaire qui offre une grande malléabilité : au besoin, notamment lors de lancements et autres activités mondaines (auquel l’espace se prête, avis aux intéressés), le salon de coiffure peut s’effacer et offrir tout l’espace aux besoins des événements.

Rimouski et l’art contemporain

Jeff Alarie ne s’en cache pas : un tel projet contribue à sa visibilité « locale », lui qui expose déjà à l’international. Mais à titre d’artiste contemporain, peu d’espaces en bonne et due forme dans la région peuvent mettre de l’avant ses créations — idem pour ses confrères, insiste-t-il, réitérant sa volonté de soutenir l’art d’ici. Et comme ces espaces sont rares, parvenir à exposer sur une base « régulière » devient impossible. C’est dans la foulée de cette explication qu’il précise la nature de la salle qu’il a imaginée : une salle d’exposition, mais de type galerie. Il faut savoir que les galeries tendent à soutenir un groupe plus ou moins figé d’artistes, qui exposent de manière cyclique et jouissent d’une représentation. La relation entre l’entreprise et ses créateurs – et le public -– revêt du coup un aspect beaucoup plus important.

Appel de candidatures

Fort d’un concept attrayant adapté à la réalité régionale, le succès de la nouvelle salle d’exposition n’en dépendra pas moins de la qualité des artistes qui y exposeront. Les appels de candidatures sont d’ailleurs toujours en cours : Jeff souhaite idéalement rassembler une demi-douzaine d’artistes régionaux sous la bannière B. À vos portfolios!

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe

Chroniqueurs