Regard de maître sur une menace innocente

Regard de maître sur une menace innocente

22 septembre 2016 par 

Daniel Goossens, L’encyclopédie des bébés (intégrale), Éditions Fluide Glacial, 2016, 165 p.

Le bébé est un être ennuyant, fâcheux même. Limité sur le plan intellectuel, le bébé est incapable d’entretenir une conversation un tant soit peu rigoureuse, ni de répondre à des questions toutes simples comme « Pourquoi il est venu au monde? ». Faibles et craintifs, les bébés font d’ailleurs de très mauvais politiciens. En outre, la psychanalyse a montré que les nouveau-nés sont des êtres profondément lubriques. Il suffit de constater leur désagréable manie de salir leur couche, juste pour qu’on les déshabille et qu’ils puissent se montrer les fesses. « Quoi de plus beau qu’une paire de seins? », ne se gêne même pas pour demander l’un d’eux, sous prétexte que « le seigneur a fait ce qui est laid pour qu’on puisse l’éviter, et ce qui est beau pour qu’on puisse téter dessus ».

Ces quelques observations savantes sont compilées dans L’encyclopédie des bébés, incontournable ouvrage de synthèse dans le domaine. L’encyclopédie est une mine de renseignements utiles et de conseils pratiques. Le douanier y apprendra par exemple à repérer les bébés truands qui tentent de fuir le pays : il suffit simplement de soustraire de l’année actuelle l’année de naissance du poupon inscrite sur le passeport. Si le résultat est inférieur à deux, on se trouve vraisemblablement devant un bébé.

Parue en trois tomes de 1987 à 1990, L’encyclopédie des bébés est l’œuvre d’un virtuose de l’humour absurde, Daniel Goossens. L’auteur, accessoirement chercheur et enseignant en intelligence artificielle à l’Université Paris 8 (que ça), ne se démarque pas simplement par son humour tordu : son dessin est magistralement expressif. Ses personnages aux faciès saisissants savent rendre compte des émotions les plus intenses. Le bédéiste sait aussi caricaturer comme personne la parlure, les tics et les manies des intellectuels pompeux, des piliers de comptoir autant que des cowboys. L’auteur aime tout particulièrement se moquer de la publicité et des militaires, mais plus encore tourner en dérision toutes sortes d’icônes : celle du bébé évidemment, mais aussi, au fil de ses autres albums, le père Noël, Jésus, Albert Einstein, les grands acteurs hollywoodiens. Du tout bon.

Goossens est souvent décrit comme un secret bien gardé de la bande dessinée. Adulé par ses pairs, louangé par la critique, Goossens n’a pourtant jamais trouvé auprès du grand public un succès proportionnel à son talent. Il demeure constamment réédité, les éditions Fluide Glacial ayant justement sorti cette année une nouvelle intégrale de L’encyclopédie des bébés. Une belle occasion de parfaire son éducation. Et d’apprendre à se méfier des nourrissons. Il faut savoir que « des chercheurs américains ont montré que le plus grand péril à venir pour l’humanité était la multiplication des bébés ». Heureusement, les bébés ne sont pas très forts à la bagarre.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe