Hydrocarbures: Les vrais enjeux

Hydrocarbures: Les vrais enjeux

21 septembre 2016 par 

Image: Pierre Brignaud

Plus que jamais la population du Québec est confrontée à un dilemme environnemental dont les enjeux méritent grandement notre attention. Il en va de notre approvisionnement en eau, de la qualité de notre nourriture et de notre air, il en va même de notre survie. Le réchauffement climatique n’est plus une hypothèse. C’est une réalité en marche, mais nous avons encore la possibilité de lutter contre cette marche ou, tout du moins, d’en ralentir le cours.

Les Québécoises et les Québécois doivent impérativement recevoir l’information dont ils ont besoin afin de prendre position dans le dossier des transports d’hydrocarbures au Québec. Cette information nous permettrait d’élever le discours au-delà du faux débat qui nous demande de choisir entre l’un ou l’autre des moyens de transport utilisés sur notre territoire ou qui oppose de manière manichéenne environnement et emploi. Se préoccuper de l’environnement procurera de l’emploi!

Bien que la compréhension des problématiques liées au réchauffement climatique semble suffisante pour que nous nous soyons massivement prononcés au cours des derniers mois en faveur d’une transition énergétique immédiate, délaissant l’idée de l’exploration et de l’exploitation des énergies fossiles sur notre territoire, le gouvernement du Parti libéral fait la sourde oreille en proposant un projet de loi (PL106) qui va nettement à l’encontre de la volonté du peuple québécois. En effet, avec ce projet de loi, le gouvernement Couillard déroule le tapis rouge à l’industrie gazière et pétrolière qui s’était déjà vu offrir par Jean Charest au cours de son règne le sous-sol québécois à dix sous l’hectare. Le projet de loi 106, sorti en catimini, le 7 juin, des cartons du ministre Arcand, donnera de tels pouvoirs aux détenteurs des licences d’exploitation, que c’est à la fois la justice, les droits de la personne et la démocratie elle-même qui se trouvent menacés par des dispositions qui sont un calque de la loi des mines, écrite au XIXe siècle. Pour certains juristes chevronnés, tel Richard Langelier, cette loi est la pire de toutes celles qu’il a lues et étudiées dans sa vie.

On le voit, les menaces sur le territoire québécois sont nombreuses. Au désir d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures par des pétrolières « juniors », il faut ajouter le projet Énergie Est de TransCanada qui traverserait plus de 830 cours d’eau et qui, à lui seul, mettrait en péril l’eau potable de plus de 5 millions de Canadiennes et de Canadiens, dont 3,2 millions de Québécoises et de Québécois, l’oléoduc 9B d’Enbridge qui menace l’approvisionnement en eau potable de la Communauté métropolitaine de Montréal, le projet de transport de pétrole par train Chaleur Terminals de la compagnie Secure Energy, qui hante déjà la magnifique rivière à saumon de la Matapédia et la baie des Chaleurs en raison des bateaux-citernes dont le nombre et la fréquence augmenteront. Il y a également le projet par train et bateau de Kildair à Sorel-Tracy dans le secteur du lac Saint-Pierre. Bref, chacun de ces projets met nos cours d’eau en péril, et par le fait même, notre territoire. Nous avons le devoir collectif de les protéger, car lorsque l’inévitable frappera, c’est tout le Québec qui en sortira grand perdant.

Plusieurs collaboratrices et collaborateurs unissent ici leur plume, dans cette édition spéciale du Mouton Noir, afin de faire la lumière sur les différents enjeux auxquels nous faisons face. Ce sont des personnes sensibles à la cause de l’eau, de l’air et de la terre qui vous permettront, nous l’espérons, une réflexion d’importance capitale.

Les auteurs sont membres de Prospérité sans pétrole.

Pour plus d’informations :
www.coulepascheznous.com

Vous avez le goût de vous impliquer ou DE VOUS JOINDRE À un groupe citoyen, contactez la Fondation Coule Pas Chez Nous :
www.coulepascheznous.com

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe