La tradition orale sous enquête!

La tradition orale sous enquête!

17 juillet 2016 par 

Depuis l’été 2015, la tradition orale fait l’objet d’une enquête dans la MRC des Basques. Cette enquête s’inscrit directement dans le plan d’action de la politique culturelle de la MRC et répond à la mission de l’organisme Les Compagnons de la mise en valeur du patrimoine vivant de Trois-Pistoles, responsable du projet. Au total, près de soixante personnes ont déjà participé à l’enquête, en entrevue individuelle, en groupe ou lors d’événements ouverts au public (cafés de la parole). Chaque rencontre s’est transformée en une magnifique occasion pour des gens d’ici de faire état de leur culture.

En plus de permettre une incursion dans le passé, les entrevues réalisées sont aussi représentatives du présent et proposent des réflexions sur le futur et sur le rôle que joue la tradition orale dans notre société.

Au fil des rencontres, des histoires, des blagues et des chansons ont émergé. Certains ont expliqué leurs méthodes de création de récits, d’autres ont chanté des chansons et des ritournelles, sans oublier les mémorables chansons grivoises du répertoire culturel de la région! D’autres encore ont raconté des histoires inventées, des légendes connues ou méconnues, des récits de vie, des histoires de villages et de chalets, issus de rumeurs et de faits insolites. Les participants au projet ont aussi ciblé les personnages mythiques de la région ainsi que les lieux qui se sont prêtés à l’oralité. Force est de constater que ces lieux ne jouent plus le rôle qu’ils ont déjà joué. Les épiceries (anciennement magasins généraux), les parvis d’églises et les cuisines familiales ne sont plus les théâtres de prises de parole portant les esprits vers l’imaginaire. Et cela a sans équivoque un impact sur notre société. En dialogue avec Serge Bouchard, Véronique Côté, auteure de La vie habitable, expose bien cette perception nommée à quelques reprises par des participants :

« L’histoire récente se présente comme une succession d’amputations et de sacrifices. Nous avons désenchanté le monde, perdu le sens de sa beauté, liquidé notre héritage de merveilleux, neutralisé l’efficacité symbolique de nos rapports aux objets, à la vie, à la mémoire. [...] Alors, le discours public se tarit, les correspondances se perdent, et chacun résiste comme il peut dans son coin. À l’inverse, on attend d’un projet social qu’il autorise le rêve1.  »

Selon Bernard Genest, écrivain et ethnologue, la tradition orale est en voie de disparition, ou du moins, grandement fragilisée, mais elle n’a pas dit son dernier mot. Il nourrit donc l’espoir d’un retour en force.

« La mondialisation engendre partout la standardisation et la banalisation, nivelant les identités, annihilant le besoin des communautés d’affirmer leur personnalité. [...] Plusieurs se questionnent sur les choix de société des dernières décennies et prédisent un retour en force des valeurs traditionnelles et du rôle des régions dans le développement des économies nationales2 .»

De nos jours, il faut recréer l’occasion de se raconter, provoquer des moments d’échange : organiser un festival de contes, une chorale ou se donner une rare occasion de rendre hommage à un membre de la famille lors d’un mariage ou d’un décès. La tradition orale n’est peut-être plus ce qu’elle était, elle se développe maintenant davantage lors de représentations publiques et se trouve en mutation dans sa forme comme dans son contenu. Les rassemblements et les entrevues réalisées dans la MRC ont toutefois permis de semer une graine dans l’esprit des participants. Il y a eu une prise de conscience à l’effet que la tradition ne doit pas se perdre ainsi, sans quoi notre culture y perdra beaucoup, peut-être une part de son âme. Plusieurs ont manifesté un intérêt pour qu’il y ait davantage de moments pour se rassembler, se raconter, et ainsi contribuer à l’enrichissement de notre culture orale. Pour honorer les anciens, pour se redécouvrir et pour la suite du monde, rien de moins.

Lors du prochain Rendez-vous des Grandes Gueules de Trois-Pistoles, à l’automne 2016, un événement sera organisé afin de présenter les résultats de l’enquête. Non seulement les entrevues seront portées à l’écrit, mais une exposition photo et un documentaire en découleront. Profitez-en pour venir à ce fabuleux festival et faire le plein de tradition orale!

1. Véronique Côté, La vie habitable, Atelier 10, 2014, p. 40.

2. Bernard Genest, « La tradition orale et les savoirs artisanaux », dans Traité de la culture dir. Denise Lemieux, Éditions de l’IQRC, 2002, p. 61.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe