Durer

Durer

10 novembre 2015 par 

Dans l’histoire des hommes, chaque acte de destruction trouve tôt ou tard sa réponse dans un acte créatif.

 – Eduardo Galaneo

Le climat social au Québec a rarement été aussi morose. Compressions budgétaires totalement sauvages, démantèlement de nos outils collectifs, attaque en règle contre les services publics, dénigrement par le pouvoir de tout mouvement de résistance, qu’il soit syndical, social, environnemental, national ou citoyen. Les régions sont abandonnées à elles-mêmes. Le pétrole se prépare à couler à flots sur notre territoire sans notre consentement. Bien des progressistes ont l’impression de vivre un véritable cauchemar, une insupportable « gueule de bois militante ». Et pourtant…

Pourtant, il y a du mouvement à l’horizon. Depuis la rentrée automnale, plus de 400 000 travailleuses et travailleurs du secteur public unissent leurs voix et préparent des actions de grève pour lutter contre l’austérité. Des milliers de parents se joignent au mouvement pour défendre l’école publique. Des personnalités médiatiques reprennent le flambeau. Des artistes, des intellectuels reviennent à l’avant-scène. Avec peu de moyens, mais beaucoup de conviction. Bien des associations étudiantes n’attendent que le signal pour se remettre à la tâche.

Les espaces de lutte sont multiples, c’est vrai. Mais la résistance citoyenne s’organise mieux que jamais. Des villes refusent maintenant d’être de simples spectatrices de spéculateurs pétroliers sans vergogne. Des élus se lèvent pour dire non à l’inacceptable. Du rarement vu. Il faut le voir.

Le défi maintenant est de tisser un maximum de liens entre tous ces groupes. S’écouter, s’épauler. Constater que toutes nos luttes convergent. Pour le bien commun, le vivre ensemble. Simplement. Et le plus important : tenir le coup. Longtemps. Résolus. Même si c’est dur. Même si c’est long. Malgré les embûches.

Il y a quelques années, Robert Jasmin, militant et porte-parole d’ATTAC-Québec (Association québécoise pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne), un homme pour qui j’aiénormément d’estime, me rappelait très justement que « la plus grande qualité d’un militant, c’est de durer ».

Il en va de même pour tout mouvement de résistance, pour toute lutte. Lutte syndicale, sociale, environnementale ou lutte de libération nationale. Durer. Au-delà du momentané sentiment d’impuissance, des reculs imposés, des défaites crève-cœur. Oui, durer. Expliquer, convaincre, unir, lutter. Toujours, tout le temps. Durer.

Pour un jour, enfin vaincre… et recommencer. Durer.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe