Et la culture dans tout ça?

Survol de l’enseignement des arts au Bas-Saint-Laurent

Et la culture dans tout ça?

20 septembre 2014 par 

Au primaire

L’enseignement des arts? Tout dépend de la volonté des directions et de l’implication des professeurs. Par exemple, à l’école Du Rocher/D’Auteuil, à Rimouski, les espaces d’exposition portent tous des noms de grands artistes québécois et on poursuit une collaboration avec l’Orchestre symphonique de l’Estuaire qui amène les jeunes à partager la scène avec l’orchestre. Plusieurs écoles au Bas-Saint-Laurent ont leur spécialité : la musique et le chant à l’école de Val-Brillant, le conte à Trois-Pistoles, les arts du cirque dans la région de Rivière-du-Loup et le théâtre à l’école La Colombe d’Esprit-Saint.

La plupart des grands événements culturels ouvrent leurs portes aux jeunes de la région, quand ils ne conçoivent pas une grande partie de leur programmation en fonction d’un jeune public. C’est le cas du Salon du livre de Rimouski, de La crue des mots dans la Mitis et du Carrousel international du film. Les grands diffuseurs de spectacles offrent aussi une programmation en salle qui vise les élèves du primaire, mais le transport peut être un obstacle pour les jeunes habitant en milieu rural.

Au secondaire

La musique est très présente dans les options offertes aux étudiants du secondaire. Autant à Rimouski qu’à Mont-Joli, il y a une belle continuité entre les différents cycles du secondaire pour les jeunes qui font partie d’un ensemble d’harmonie. Le Conservatoire de musique de Rimouski et l’École de musique du Bas-Saint-Laurent offrent aussi plusieurs possibilités d’apprentissage et d’accommodements au sein des différents programmes d’enseignement et d’enrichissement. Cependant, seul le Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup bénéficie de vrais programmes arts-études, autant en danse qu’en musique. Des projets sont sur la table depuis des lustres ailleurs dans la région, mais on peut se demander s’il y a une véritable volonté d’implanter de tels programmes. Beaucoup de jeunes choisissent un enrichissement en danse ou en arts visuels, mais... il y a des trous dans leur cheminement scolaire.

En continuité?

La musique est le seul secteur où il est possible de faire un parcours scolaire complet, du primaire à l’université, grâce à la collaboration des institutions d’enseignement et des organismes du milieu, avec les programmes d’enrichissement des Écoles de musique, du Conservatoire, du programme jazz-pop au Cégep de Rimouski, etc.

En danse, on trouve beaucoup de ressources régionales et l’École de danse Quatre Temps à Rimouski, avec près de 1 000 membres à son actif, offre un programme d’enrichissement au primaire et au secondaire. On a même développé, au Cégep de Rimouski, un programme collégial en danse qui devait débuter cet automne, mais, contrairement au programme jazz-pop qui s’est imposé rapidement, on n’a pas réussi à obtenir suffisamment d’inscriptions pour l’ouvrir dès la rentrée 2014.

En arts visuels, on remarque aussi un problème de continuité. Si l’enrichissement en arts plastiques est très populaire à Rimouski (on accepte autour de 25 élèves pour 150 demandes), il n’est donné qu’en 1re et 2e secondaire. Il y a donc un vide pour les trois dernières années du secondaire, puisque les plus motivés pourront s’inscrire en arts visuels au cégep. On trouve d’ailleurs une grande diversité dans les options de la grande famille des arts visuels dans la région : photographie et animation 3D à Matane ou encore l’École des métiers du cinéma à Rivière-du-Loup.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe