dernier numéro

Vol XXIV No 1, Aider les proches aidants et aidantes

Énergies oniriques

Gagnante d'une bourse d’écriture de 250 $

Énergies oniriques

10 décembre 2013 par 

Katrine Morneau - 1re secondaire - École secondaire de Dégelis - Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs

À la station-service, le pompiste me demande : « Essence, électricité ou pelures de patates ? »

Avant même que je puisse lui répondre, une voix impatiente me fait vivement revenir dans mon cours d’histoire. Nous sommes en train de travailler sur le sujet des carburants au 21e siècle, il y a 100 ans.

— Julianne Paradis, dit ma professeure d’histoire, sortez de vos rêveries et concentrez-vous !

— Oui, madame.

— Comme je le disais, vous avez deux semaines pour rédiger un texte de deux pages sur les carburants d’autrefois.

La cloche résonna.

Prenant livres, cartable et étui, je m’en vais dîner. Je me demande bien comment composer un texte dont j’ignore tout du sujet. C’est alors qu’une idée de génie me traverse l’esprit. Pourquoi ne pas demander à grand-papa Paradis ? Il est tellement renseigné qu’il pourra sûrement m’aider.

— Julianne ! Quel bon vent t’amène ? dit-il.

— Eh bien, grand-papa, à l’école, nous devons écrire un texte sur les carburants d’autrefois. Je me suis dit que tu pourrais m’aider…

— Tu as bien fait de venir me voir. J’ai justement un court texte là-dessus. Il pourrait t’être utile.

Grand-papa me sort une vieille feuille qu’il a dû dénicher dans ses livres d’automobiles. Je la lis très attentivement. Au moment où je trouve que le texte devient de plus en plus intéressant, je m’aperçois que l’endos de la feuille n’est pas imprimé, j’en déduis qu’il doit y avoir l’autre partie du texte quelque part.

— Julianne, me dit grand-papa, l’air confus, je t’ai seulement donné la première partie du texte, mais je ne trouve pas la deuxième, elle doit être dans ma bibliothèque. Veux-tu que je la cherche ? —

Non, non grand-papa, je vais continuer mes recherches à l’école. Merci quand même. Je sors de la maison. Sur le bord du chemin, une drôle de voiture jaune attire mon attention. Je m’en approche, mais le propriétaire me fait sursauter.

— Excuse-moi pour l’odeur de friture. J’ai réussi à concocter une essence à base d’huile à patates frites. Tu peux l’examiner si tu veux.

En m’approchant, je vois le manuel de fabrication sur la banquette arrière. Je lui demande si je peux le lui emprunter pour continuer mes recherches. Il accepte… à ce moment, une drôle de sonnerie me fait sursauter.

C’est mon réveille-matin. Stupéfaite, je réalise que tout cela n’était qu’un rêve.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe