Prélèvement à la source de la taxe santé

Lettre à ma bergerie

Prélèvement à la source de la taxe santé

16 mars 2013 par 
Madame la Première Ministre, Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous faire part de notre sentiment de trahison devant votre récente décision de formaliser et de rendre davantage invisible la taxe santé que vous aviez pourtant promis d’abolir pendant la campagne électorale. Pendant que les familles du Québec se préparaient à célébrer le temps des fêtes, Revenu Québec annonçait aux employeurs, à l’insu de la majorité de la population qui vous a portée au pouvoir, qu’il devrait retenir à la source la contribution santé à compter de 2013. Pourtant à peine un mois plus tôt, votre ministre, Agnès Maltais, annonçait aux membres du comité de coordination de L’R des centres de femmes du Québec que le PQ maintenait son intention d’abolir la taxe santé. Sachez, Madame la Première Ministre, que notre mouvement de femmes est implanté partout au Québec et que nous luttons avec vigueur depuis 2010 pour l’abolition de la taxe santé, une mesure injuste, régressive et appauvrissante, particulièrement pour les femmes dont les revenus sont encore aujourd’hui notablement moindres que ceux des hommes. Nous avons cru vos promesses, nous avons célébré votre prise de position en faveur de la taxe santé pendant et après la campagne électorale, vous comprendrez donc notre surprise d’apprendre que votre gouvernement décide plutôt de se doter d’une infrastructure complexe en modifiant les pratiques de Revenu Québec de même que celles de tous les employeurs du Québec pour le prélèvement automatique de la taxe santé. Nous ne sommes pas dupes, le fait de prélever la taxe santé sur le revenu n’amoindrit pas son caractère régressif (montant qui représente un pourcentage plus important du revenu pour les plus pauvres). Votre version de la taxe santé continue d’affecter de la même manière près de 35 % de la population québécoise, et elle coûtera trois fois plus cher à une personne gagnant 20 000 $ qu’à une personne en gagnant 130 000 $ ! Pourquoi ne pas abolir la taxe santé comme promis en campagne électorale et augmenter les impôts, qui eux, sont réellement progressifs (montants modulés selon les revenus) ? Au contraire, l’instauration du prélèvement à la source ouvre la porte à des augmentations futures de la taxe santé qui seraient par ailleurs moins visibles que son paiement via le rapport d’impôt. Au-delà de la surprise, nous nous sentons flouées, trahies, puisque en plus de ne pas respecter vos engagements, vous le faites en manque complet de transparence envers la population qui vous a portée au pouvoir. Cette façon d’agir en catimini est ignoble. Nous restons indignées devant le geste de votre gouvernement, Madame Marois, et réitérons nos attentes envers le respect intégral de vos promesses !

Angèle Laroche Présidente de L’R des centres de femmes du Québec

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe