Pendant que vous regarderez le hockey

Billet

Pendant que vous regarderez le hockey

16 mars 2013 par 

La Ligue nationale de hockey a finalement repris ses activités. Les prouesses de ces valeureux héros que sont les joueurs de hockey monopolisent de nouveau l’attention de nombreux amateurs. Quelles belles conversations et quels beaux débats en perspective !

Quels beaux transferts d’émotions, d’idées, de réjouissances et de frustrations ! Quels beaux transferts de quelques-unes de ces ferveurs essentielles en faveur de la justice, de la dignité et de la fraternité, vers quelque chose de totalement futile et de profondément aliénant.

Pendant que vous regarderez le hockey, que vous vous préoccuperez longuement du sort de ces jeunes et valeureux millionnaires et de leurs équipes :

Un nombre incalculable de pauvres gens verront leurs enfants, leurs frères et sœurs, leurs parents ou leurs proches mourir avant l’âge, dans l’une de ces nombreuses spoliations de terres, de biens et de richesses naturelles.

Des centaines de millions de personnes souffriront de la faim un peu partout dans le monde : la faim, cette longue et terrible souffrance qui s’achève presque toujours dans la maladie et la mort.

Des centaines de millions d’autres, des hommes, des femmes, mais aussi des enfants, vivront une vie qui n’en est plus une, à travailler sans cesse, des petites heures du matin à la tombée de la nuit, pour presque rien, dans des conditions difficiles, dans l’un de ces nombreux ateliers de la misère ou dans l’une de ces fermes d’esclavage moderne, créant des tee-shirts, des chaussures, des chemises, des pantalons, des composantes électroniques et toutes sortes d’autres choses, ou cultivant du café, du chocolat ou du sucre pour de froides multinationales sans conscience et sans regrets.

Un nombre effroyable de femmes et d’enfants nourriront l’industrie du sexe, privés de toute dignité, de tous droits, de toute protection.

Des gouvernements comme le gouvernement fédéral, élus somme toute par d’assez faibles minorités, continueront d’œuvrer sans merci pour le compte des grandes entreprises et des multinationales, pour le compte de leurs riches bailleurs de fonds ou de leurs électorats particuliers, au détriment du bien-être de la majorité, de l’égalité et de la tolérance, du partage équitable des richesses.

Des milliers d’étudiants et de travailleurs réagiront à la hausse des frais de scolarité, à la détérioration de leur condition de vie, comme ce fut le cas au Québec l’an dernier, criant haut et fort leur souhait d’une société plus juste, où l’accès à l’éducation n’est pas que l’affaire des mieux nantis, et le travail, et les revenus, et le pouvoir non plus.

Des milliers d’autres ici, des millions et des millions ailleurs, parleront de justice, d’équité, de démocratie, de partage, à la maison, au café, sur leur lieu de travail, dehors, à l’intérieur, partout.

Des foules et des foules se réuniront pour manifester pour la justice et l’équité, l’égalité, l’environnement et le respect des droits humains, pour plus de démocratie.

Un nombre incalculable de personnes se rencontreront ici et ailleurs dans le monde pour prendre toutes sortes de mesures afin de contrer de façon démocratique et non violente la guerre, la désinformation, l’exploitation éhontée des humains, des animaux et de l’environnement. Tout cela, pour bâtir, comme nous nous devons de le faire, un monde libre, égalitaire et fraternel.

Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe