De L’influence d’un livre à l’influence des livres

De L’influence d’un livre à l’influence des livres

16 mars 2013 par 
En janvier dernier, une nouvelle émission littéraire a été lancée à l’antenne de Radio Ville-Marie. Produite à Rimouski et chapeautée par le département de lettres de l’UQAR, l’émission, qui a pour titre Sous l’influence des livres, fera une large place à la création sous toutes ses formes. Romanciers, poètes et essayistes se succéderont ainsi tous les mois et s’entretiendront avec Claude La Charité, Camille Deslauriers, Martin Robitaille et Katherine Gosselin, tous les quatre professeurs de littérature à l’UQAR. La formule est simple. Chaque mois, un écrivain sera invité à venir parler de son œuvre, mais aussi des livres qui l’ont marqué. « Ça peut être des lectures très évidentes dont on voit la trace dans les épigraphes, par exemple, mais ça peut aussi être des lectures plus étonnantes dont on ne soupçonnerait pas qu’elles ont été marquantes pour cet écrivain parce qu’on n’en voit pas la trace dans son écriture », explique Claude La Charité, qui croit qu’on ne peut être un grand écrivain sans d’abord être un lecteur attentif. « On veut savoir à partir de quelle bibliothèque les grands écrivains naissent ou se fabriquent », poursuit-il.

Paul Chanel Malenfant (à droite), professeur retraité et poète, était l’invité (de gauche à droite) de Claude La Charité, Camille Deslauriers, Katherine Gosselin et Martin Robitaille le 13 février dernier. L’enregistrement a eu lieu au Centre Joseph-Charles Taché de l’UQAR. (Photo : Jean-Luc Théberge)

L’émission fera la belle part aux auteurs de la région, tout en accordant une place de choix aux écrivains de l’extérieur, même si pour l’instant, les invités ont surtout été recrutés à l’intérieur du département de lettres de l’UQAR, qui compte plusieurs auteurs, dont Martin Robitaille, Camille Deslauriers et Paul Chanel Malenfant, maintenant retraité. Le titre de l’émission, Sous l’influence des livres, est un clin d’œil au premier roman de la littérature québécoise, L’influence d’un livre de Philippe Aubert de Gaspé fils. « On voulait que cette émission-là soit résolument ancrée dans ce qui se fait aujourd’hui comme littérature, sans nécessairement rompre le lien avec ce qui s’est fait anciennement », précise encore Claude La Charité. Aussi les œuvres du passé comme celles du présent auront-elles également leur place dans l’émission, dont la seconde partie sera entièrement consacrée à l’histoire littéraire. De la célébration du 150e anniversaire des Anciens Canadiens de Philippe Aubert de Gaspé père à celle du 100e anniversaire de la parution de Du côté de chez Swann de Marcel Proust, l’objectif avoué consiste à inscrire la littérature dans la longue durée. D’après Katherine Gosselin, c’est d’ailleurs ce qui distinguerait Sous l’influence des livres des autres émissions culturelles actuelles. « Souvent, dans les émissions littéraires, on a l’impression d’une énumération d’œuvres. On passe d’une œuvre à une autre, on les jette tout de suite après les avoir lues. Dans notre émission, il y a une idée de cumul, il y a un ensemble qui se constitue. C’est l’idée de tradition. On se souvient de nos lectures. » Les quatre animateurs sont plutôt critiques vis-à-vis des quelques émissions littéraires qu’il est encore possible d’écouter au Québec, même s’ils reconnaissent que certaines sont meilleures que d’autres. Néanmoins, il paraît difficile aujourd’hui de parler de littérature autrement qu’avec légèreté et désinvolture, comme si elle n’avait rien à nous enseigner. « On dirait que les animateurs se sentent toujours obligés de parler sur le ton de la convivialité et de la plaisanterie de choses qui soi-disant vont mieux passer aux yeux du grand public », croit Claude La Charité. Même son de cloche du côté de Martin Robitaille, qui affirme qu’il n’y a plus de lieux au Québec où il est encore possible de parler de Proust ou de Rabelais sans que le public ne décroche. Pour autant, Sous l’influence des livres a une visée vulgarisatrice. L’émission s’adresse tant aux lecteurs d’occasion qu’aux lecteurs plus assidus, voire aux spécialistes – c’est du moins le pari que font les quatre professeurs. Centrée sur le processus de création, elle offrira aux auditeurs une rare occasion d’entrer dans les arcanes de l’écriture. La prochaine émission sera diffusée le 13 mars, à 13h30, sur les ondes de Radio Ville-Marie (104.1 FM). Les rediffusions par baladodiffusion sont disponibles sur le site web du département de lettres de l’UQAR : www.uqar.ca/lettres.
Consultez le journal au format numérique
Visionner

Consultez le calendrier culturel du Girafe