Politique

Regard sur la majorité silencieuse

Par Mathieu Bergeron le 2012/10
Image
Politique

Regard sur la majorité silencieuse

Par Mathieu Bergeron le 2012/10

On a beaucoup entendu parler ces derniers mois de gens qu’on ne voit jamais, qu’on n’entend jamais, mais qui supposément formeraient la colonne vertébrale de la société et de l’histoire : la « majorité silencieuse ».

S’il est difficile, presque impossible, de reconnaître à la « majorité silencieuse » des attributs concrets, son entité fugitive semble quand même se cristalliser dans certains moments clés de l’histoire.

La « majorité silencieuse » était, par exemple, bien campée sur son derrière, scandalisée et morte de trouille quand la minorité révoltée (bien concrète, celle-là) est descendue dans les rues pour mettre fin à la monarchie de droit divin et instaurer les sociétés démocratiques auxquelles la « majorité silencieuse » se sent aujourd’hui si attachée. Elle était bien campée sur ce même derrière quand la minorité bruyante s’est levée contre les abus de l’Église, pour les droits des femmes, des minorités ethniques, des gais, bref au nom de tout ce que la « majorité silencieuse », bien-pensante et prompte à l’auto-gratification, tient aujourd’hui pour acquis.

Force vague, anonyme et muette, la « majorité silencieuse » est facilement assimilable aux intentions du pouvoir comme son jouet carburant aux médias de masse. Sauf qu’il s’agit encore d’un raccourci, d’un jugement hâtif qui fait fi d’une chose importante : la ductilité de la « majorité silencieuse » la rend également sensible aux influences contraires.

En fait, à l’appellation « majorité silencieuse » (qui ne saurait se passer de guillemets), il faudrait préférer celle de consensus. Comme le consensus, la « majorité silencieuse » est plus ou moins consciente, plus ou moins prompte à l’inertie puisque, comme le consensus, la « majorité silencieuse » tient plus du réflexe identitaire, qui cherche à nier l’incertitude, que de l’exercice de la raison qui en fait son point de départ. Mais même le consensus le plus statistiquement quantifiable apparaît ridiculement friable en regard des exemples cités plus haut. Cette friabilité, il appartiendra toujours à une minorité de la transformer en principe évolutif. La tâche est ingrate, puisqu’en tant que mécanisme identitaire, en tant que négation du doute, la « majorité silencieuse » est pratiquement dépourvue de mémoire. Elle est prompte à adhérer à toute nouvelle forme de consensus.

S’il est facile de projeter sur la « majorité silencieuse » les rôles de boulet de l’histoire ou de jouet du pouvoir, plutôt que de la voir comme le lieu d’un débat toujours latent, c’est qu’il est rare que l’opposition sorte des canaux officiels ou des discussions de cuisine pour faire entendre à nos sociétés rock-détente autre chose que les usuelles litanies soporifiques dont on l’assomme dans les médias. Or, si la cascade d’événements qu’on appelle de manière un peu opportuniste le « printemps érable » a démontré une chose, c’est que la prétendue « majorité silencieuse » n’est pas un noyau de gens imbus d’un sens (à mon avis) mal placé de la « responsabilité » ; de maillets PLQistes qui, pour paraphraser mon slogan préféré, travaillent, consomment et ferment leur gueule.

N’en déplaise à ceux qui pensent le contraire, la « majorité silencieuse » a aussi tapé sur ses casseroles, elle a aussi traîné sa petite famille à la rencontre d’un Montréal by night éclairé aux maléfiques pièces pyrotechniques. La « majorité silencieuse » est aussi écœurée qu’on demande à sa classe de citoyens la plus pauvre de payer davantage alors qu’on pave à coups de milliards la route à l’entreprise privée, pour qu’elle aille pomper au grand désarroi des épinettes ses dollars dont nous verrons si peu la couleur.

Disons-le clairement, la « majorité silencieuse » est un mythe qu’il est grand temps de déconstruire, un Loch Ness politico-historique sur le dos duquel les politiciens croiront toujours judicieux de faire campagne. Il faut leur donner ça : faire campagne au nom des idées et opinions d’une entité inexistante est une technique qui a fait ses preuves, qu’on pense ici à l’influence de celles de « dieu »… ait-il lui-même son âme ! La « majorité silencieuse » n’a jamais eu d’autre rôle que celui d’un décor de carton que la minorité bruyante a repeinturé au fil des (r)évolutions : le mouvant consensus.

Il est temps qu’on cesse de nous casser les pieds avec ce concept sans queue ni tête, qu’on cesse de prendre la parole pour ou contre des gens dont l’inexistence (au sens historique et politique, du moins) est une commodité qui sert de matière première à toutes les formes de démagogie.

Il est temps qu’on invite les gens à prendre part au débat, à se faire entendre, plutôt que de se proposer en chevaliers condescendants d’une veuve et d’un orphelin cousus de fil blanc… ou bleu, ou rouge, ou vert. Qu’on les invite à réfléchir en leur proposant des argumentaires rationnels, plutôt que de multiplier les attaques imbéciles et les sondages biaisés dans lesquelles elle devrait se reconnaître et se mouler. Le monde évolue et son histoire a le don de faire sortir le ridicule, l’irrationnel qui se tapit dans les replis du gros bon sens sous lequel se sont pavanés les plus endurants consensus.

Est-il possible qu’un jour les gens regardent notre époque comme nous regardons aujourd’hui celle de Duplessis (corruption, inégalités scandaleuses, exploitation des ressources naturelles sans redevances dignes de ce nom, pseudo-démocratie à la solde du substitut de clergé de la finance) ? La question mérite d’être posée.

Dans les derniers mois, la « majorité silencieuse », qu’elle soit ou non descendue dans les rues ou sortie sur son balcon, a tremblé sur ses ancrages parce qu’elle a senti se profiler, confusément, une nouvelle forme de consensus, une nouvelle manière de légitimement voir les choses. Une minorité révoltée s’est fait entendre pour plaider en faveur d’une société plus juste économiquement, plus éco-responsable, moins individualiste. Une minorité nantie et favorisée par la mouvance néolibérale s’est violemment positionnée en faveur du statu quo, en faveur de la persévérance d’une vieille logique du pouvoir qui favorise d’abord et avant tout ses élites.

D’un côté comme de l’autre, on a volontiers pris comme cheval de bataille les intérêts gazeux et le bien-être théorique de la prétendue « majorité silencieuse ». Je pense qu’il est temps qu’on cesse de se battre au nom de fantômes dignes des plus fumeux feux de camps et qu’on commence à le faire au nom de projets de société dans lesquels on pourra se reconnaître.

Partager l'article

Image

Voir l'article précédent

Où allons-nous?

Image

Voir l'article suivant

Un trou noir dans le cœur