Champ libre

Here, Edward Sharpe and the Magnetic Zeros


Champ libre

Here, Edward Sharpe and the Magnetic Zeros

Pour le deuxième album du groupe fondé en 2007 par Alex Ebert et Jade Castrinos, les 10 musiciens d’Edward Sharpe and the Magnetic Zeros nous offrent de l’amour sans tracas, de la spiritualité heureuse, du soleil et beaucoup de couleurs, dans nos oreilles comme sur la pochette. Cet opus est plus uniforme que leur précédent, Up From Below (dont provenait l’excellente « Home »). Les trois premières chansons sont celles qui accrochent le plus, mais le reste de l’album, plus intimiste, est également digne d’intérêt. Le groupe propose une musique typiquement états-unienne avec des arrangements vocaux d’inspiration gospel ainsi qu’un son qui rappelle l’époque de Woodstock. Les textes sont simples – parfois simplistes – et les métaphores goûtent un peu trop sucré (« We’ll all be sharing this river of love »), mais le tout est efficace et assumé. Avec une instrumentation léchée et un mixage impeccable, l’enrobage musical de qualité achève de légitimer ce plaisir coupable ! Mélodiquement, il n’y a toutefois pas d’innovation. La musique est certes accrocheuse et enlevante, mais la force de l’album ne réside pas tant dans son originalité que dans la parfaite application de la recette d’un album qui fait du bien. Un disque à déguster en roulant sans but précis sur des routes de campagne, les vitres baissées.

Partager l'article

Voir l'article précédent

Quand le théâtre devient un outil de mobilisation citoyenne

Voir l'article suivant

Des films pour les grands